Nantes
Lisaqua avance à grands pas vers la plus grande ferme de gambas d’Europe
Nantes # Agriculture # Innovation

Lisaqua avance à grands pas vers la plus grande ferme de gambas d’Europe

S'abonner

La start-up nantaise de la crevette "saine, fraîche et locale" Lisaqua accélère son développement. Son projet de grande ferme aquacole en Île-de-France prend forme avec le dépôt imminent du permis de construire et du permis d’exploiter. À la clé, un investissement de 30 à 50 millions d’euros pour la plus grande ferme de gambas d’Europe, ainsi que 50 à 70 recrutements d’ici à deux ans.

Gabriel Boneu, président de Lisaqua, adossé aux bassins d’élevage des crevettes d'une ferme aquacole située à Saint-Herblain — Photo : David Pouilloux

Aujourd’hui, environ 200 kg de crevettes sont pêchés chaque jeudi dans les bassins de la ferme aquacole de Lisaqua implantée à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) et livrés dès le vendredi. Mais ce volume pourrait considérablement augmenter. "Notre ferme aquacole de Saint-Herblain s’étend sur 2 000 m2. C’est une ferme pilote, qui produira 10 tonnes de crevettes par an, explique Gabriel Boneu, président et cofondateur de Lisaqua, avec Charlotte Schoelink, Caroline Madoc. Elle nous sert à établir et consolider notre business model pour nos autres fermes, notamment pour notre projet le plus important en île de France."

La plus grande ferme de gambas d’Europe

Actuellement, l’équipe de Lisaqua (20 salariés) prospecte de nouveaux sites d’implantation pour ses fermes d’élevage de gambas à faible impact (zéro antibiotique, zéro rejets polluants dans la nature, production saine et locale, récupération de chaleur produite par des industriels…). Le second projet, après celui de Saint-Herblain, va permettre à la start-up nantaise de changer de dimension. "Nous allons implanter la plus grande ferme de gambas d’Europe à Monthyon, en Seine-et-Marne, à 45 minutes de Paris et de Rungis, rapporte le dirigeant. Nous serons à côté d’une Unité de Valorisation Énergétique (UVE) en partenariat avec Veolia qui exploite le site. 14 hectares seront disponibles. Nous sommes ici sur un projet qui obéit à une logique d’écologie industrielle, c’est-à-dire que l’on va pouvoir chauffer nos bassins avec la chaleur perdue de cette installation. Nous produirons 500 tonnes de gambas par an, et nous recruterons 50 à 70 personnes."

À la recherche de partenaires financiers

Le permis de construire et le permis d’exploiter seront déposés avant la fin de l’année. "L’objectif est de démarrer la construction en 2024, et la production en 2025, précise Gabriel Boneu. Notre projet d’investissement représentera plusieurs dizaines de millions d’euros." Dans une fourchette de 30 à 50 millions, là où jusqu’à présent Lisaqua avait investi autour de 5 millions d’euros, rassemblés via des levées de fonds, subventions et prêts bancaires. "Nous sommes dans la phase de recherche de partenaires financiers, investisseurs et banques, de partenaires commerciaux qui assureront la vente de nos crevettes en Île-de-France, et de partenaires en ingénierie pour la construction de cette grande ferme. Nous affinerons le montant précis dans les semaines qui viennent."

Transition alimentaire et transition énergétique

Pour le reste, Lisaqua ne manque pas d’autres ambitions. "Notre objectif est de déployer un réseau de fermes en France et à l’étranger, proches des lieux de consommation, bien entendu, mais aussi avec des implantations qui permettront de valoriser la chaleur perdue d’installations industrielles ou agricoles, explique le dirigeant. L’Ademe estime qu’un tiers de la chaleur produite par l’industrie est dissipé dans l’environnement. Nous participons à la transition alimentaire, avec des produits locaux, et en même temps à la transition énergétique, avec cette chaleur récupérée qui devient utile à l’élevage de nos crevettes." Chaque gambas, après trois mois d’élevage, pèse autour de 22 grammes quand elle sort de l’eau, et file alors en direction des restaurants et poissonneries locales. "La plupart des crevettes que l’on achète passent par une étape où elles sont surgelées, parfois jusqu’à 2 ans, avant d’être vendues. Les nôtres sont livrées fraîches et vendues en 24 heures." Et élevées dans une atmosphère à 28 degrés, avec de la chaleur non gaspillée.

Nantes # Agriculture # Pêche # Innovation # International # RSE