Moselle

Industrie

À Florange, ArcelorMittal parie sur l'alternance pour préparer l'avenir

Par Jean-François Michel, le 07 juin 2021

À la rentrée de septembre 2021, le site ArcelorMittal de Florange, en Moselle, comptera 55 nouveaux alternants. Le groupe sidérurgique utilise ce levier pour trouver les compétences nécessaires à l’utilisation optimale de l’outil de production.

Chaque année, le site ArcelorMittal de Florange recrute une soixantaine d’alternants, dont plus de la moitié sera embauchée.
Chaque année, le site ArcelorMittal de Florange recrute une soixantaine d’alternants, dont plus de la moitié sera embauchée. — Photo : ArcelorMittal - Olivier Lievin

Réseaux sociaux, plateformes de recrutement, vidéos YouTube, forums de l’emploi ou encore visites dans les lycées régionaux : les équipes du leader mondial de la sidérurgie, le groupe ArcelorMittal (53,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020, 168 000 salariés dans 60 pays), ne négligent aucune piste pour trouver les bons candidats et pourvoir les postes ouverts à l’alternance. Sur le site de Florange, où travaillent 2 200 personnes, ils seront 55 alternants, du bac Pro au bac +5, à entrer chez le sidérurgiste lors de la rentrée de septembre.

Susciter des vocations

Le groupe cherche à séduire une génération "qui n’a pas forcément eu le bon message à l’école", estime Juliette Brunet, responsable Attractivité et marque employeur pour ArcelorMittal France. "Avant de rentrer dans l’entreprise, je me faisais des idées qui se sont toutes révélées fausses", concède Julien Thalgott, alternant en Licence pro Maintenance, dans le secteur auto-industrie du site de Florange. "J’imaginais qu’on travaillait encore à la chaîne…"

À Florange, un réseau d’une quinzaine de salariés ArcelorMittal endosse le rôle "d’ambassadeur" du groupe, avec pour première mission de détruire les préjugés : "De nombreux jeunes ne savent tout simplement pas ce qui se passe derrière les murs de l’entreprise", détaille Julien Cescon, manager support direction chez ArcelorMittal et ambassadeur du groupe depuis quatre ans. Marraine de l’association "Elles Bougent", qui vise à susciter des vocations pour les métiers de l’industrie chez les jeunes femmes, Caroline Coupinot, manager opérationnel Transport fer chez ArcelorMittal, s’attaque à un sujet encore plus délicat : "De nombreuses jeunes filles s’autocensurent et imaginent qu’elles ne pourront pas concilier leur rôle de femme avec une carrière dans l’industrie".

Recrutement de nouvelles compétences

"Nous cherchons des personnes motivées et pas des compétences", insiste le chef d’établissement de Florange, Jean-François Malcuit, qui s’appuie sur des tuteurs pour faire monter en compétences des jeunes qui se retrouvent face à un outil de production évoluant vers l’usine 4.0, à l’image de la nouvelle ligne de galvanisation du site, Galsa 2, une ligne entièrement numérique qui produit actuellement au rythme de 600 000 tonnes par an, pour une capacité de 800 000 tonnes.

Environ 60 % des alternants qui entrent à Florange chez ArcelorMittal sont embauchés, un "atout pour l’entreprise", estime Jean-François Malcuit, qui réalise en moyenne 80 recrutements au total chaque année et utilise la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences pour déterminer le nombre d’alternants à embaucher "deux à trois ans en amont". Depuis 2014, plus de 400 embauches ont été réalisées sur le site de Florange, et la pyramide des âges dans le "cluster Nord", l’entité ArcelorMittal à laquelle appartient le site de Florange, est "plutôt favorable", estime Jean-François Malcuit.

Si tous les départs en retraite ne sont pas remplacés, ils permettent progressivement de faire évoluer les effectifs du site : de nouvelles compétences, plus techniques, sont recrutées et certaines tâches pénibles automatisées. Le dirigeant estime aussi faire "un acte citoyen" en "offrant un terrain de jeu chez ArcelorMital à des jeunes qui pourront aussi vendre leurs compétences ailleurs", explique Jean-François Malcuit. "Nous les retrouvons quelques années après chez nos fournisseurs et sous-traitants."

Chaque année, le site ArcelorMittal de Florange recrute une soixantaine d’alternants, dont plus de la moitié sera embauchée.
Chaque année, le site ArcelorMittal de Florange recrute une soixantaine d’alternants, dont plus de la moitié sera embauchée. — Photo : ArcelorMittal - Olivier Lievin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail