Vendée

Agroalimentaire

Sodebo envisage une vaste extension de son usine 

Par Cyril Raineau, le 26 avril 2021

En Vendée, les élus de la communauté de communes Terres de Montaigu viennent d’émettre un avis favorable au projet d’extension de l’usine de Sodebo. Le géant de l’agroalimentaire projette d’étendre son site, avec à la clé, plus de mille créations d’emplois. La direction du groupe vendéen maintient toutefois le mystère sur ses plans de développement.

Sodebo emploie 2 500 salariés, tous réunis en Vendée, sur un seul site à Saint-Georges-de-Montaigu.
Sodebo emploie 2 500 salariés, tous réunis en Vendée, sur un seul site à Saint-Georges-de-Montaigu. — Photo : Ga‘l Arnaud

Sodebo a dans ses cartons des projets de développement mais ses réelles intentions restent nimbées d’un halo de mystère. Une chose est toutefois certaine, le géant vendéen de l’agroalimentaire (2 500 salariés, 428 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020) ne pas va rester inactif ces prochaines années.

Une étape à ses ambitions a été franchie le 14 avril. Ce jour-là, les élus de la communauté de communes de Terres de Montaigu ont, par 44 voix pour contre 1 abstention, émis un avis favorable aux travaux d’extension de l’usine. Toute la production et tout le personnel de Sodebo sont regroupés sur un seul site, à Saint-Georges-de-Montaigu, depuis sa création en 1973. Les délégués communautaires ont plus précisément donné leur accord à l’enquête publique ouverte par le préfet suite à la demande d’autorisation environnementale déposée par Sodebo.

De nouvelles unités de production

Ce quitus était indispensable pour l’ETI vendéenne avant de développer son site et ainsi augmenter sa capacité de production. Dans le détail, Sodebo envisagerait la création d’une unité de production pour son activité traiteur en 2022, un agrandissement de la plateforme logistique existante en 2023, en 2025 la création d’une usine spécialisée dans les emballages tout comme d’un second entrepôt logistique, puis en 2030 une seconde unité de production destinée à l’activité traiteur. Le périmètre du site passerait ainsi à 110 hectares (contre 63 en 2005 avant des extensions en 2017), les effectifs de 2 500 salariés actuellement à 3 600 à l’horizon 2030. La production de produits finis augmenterait de 391 tonnes par jour en moyenne en 2018 à 832 tonnes par jour en 2030, avec des pointes possibles à 1 000 tonnes par jour.

"Impossible de donner des dates et des investissements"

C’est à partir de ces données chiffrées fournies par Sodebo que l’Autorité environnementale des Pays de la Loire avait émis un avis le 26 novembre sur les conséquences écologiques du projet. S’en est suivie l’enquête publique ouverte par la préfecture conduisant au vote favorable des élus de Terres de Montaigu mi-avril.

Mais depuis toutes ces démarches administratives indispensables à ses projets, Sodebo ne confirme plus aucun des éléments présentés à l’Autorité environnementale des Pays de la Loire. Et entretient le flou sur ses réelles ambitions. Patricia Brochard, coprésidente, fait tout juste savoir que certes Sodebo continuera à innover et à se développer, "nécessitant des constructions, des extensions mais aussi des recrutements". Mais de souligner dans la foulée que "l’exercice de projection dans l’avenir va évoluer au fur et à mesure de la vie de l’entreprise mais aussi du contexte extérieur. Il nous est donc désormais impossible de donner des dates et des investissements précis qui risquent de changer." Le seul petit voile levé sur l’avenir concerne la seule année 2021 avec le recrutement de 242 CDI.

Sodebo emploie 2 500 salariés, tous réunis en Vendée, sur un seul site à Saint-Georges-de-Montaigu.
Sodebo emploie 2 500 salariés, tous réunis en Vendée, sur un seul site à Saint-Georges-de-Montaigu. — Photo : Ga‘l Arnaud

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail