Auvergne Rhône-Alpes

Industrie

Six grands groupes s’allient pour décarboner l’industrie en Auvergne Rhône-Alpes

Par Déborah Berthier, le 09 décembre 2022

Les groupes EDF, HEF, Bosch Rexroth, Serfim, SNCF et Vicat lancent un consortium visant à accélérer l’innovation en matière de décarbonation et performance de l’industrie. De premiers projets commencent à voir le jour.

Au sein du nouveau consortium Excellence Industrie, HEF développe une bague connectée qui vise à améliorer la maintenance des machines industrielles.
Au sein du nouveau consortium Excellence Industrie, HEF développe une bague connectée qui vise à améliorer la maintenance des machines industrielles. — Photo : Barbara Tournaire

Ensemble, ils veulent innover pour décarboner l’industrie et favoriser les relocalisations. Le groupe EDF (84,5 Md€ de chiffre d'affaires en 2021), le spécialiste de l’ingénierie des matériaux de surface HEF (3 200 salariés, 274 M€ de CA en 2021, siège social à Andrézieux-Bouthéon), la filiale de Bosch dédiée aux technologies d’entraînement et de commande Rexroth (31 000 salariés, 6,2 Md€ de CA en 2021, siège social à Vénissieux), l’ETI lyonnaise du BTP Serfim (2 600 salariés, 462 M€ CA en 2021), la SNCF (270 000 salariés, 34,8 Md€ de CA en 2021) et le cimentier Vicat (9 500 salariés, 3,1 Md€ de CA en 2021) viennent de lancer Excellence industrie, un consortium basé sur le campus Région du numérique, à Charbonnières-les-Bains, près de Lyon.

De premiers projets sur les rails

En plus de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, les innovations issues de ce groupement d’entreprises ont vocation à favoriser l’économie circulaire et construire l’usine du futur, en opérant la transition numérique. "Ces grands groupes sont familiers de l’open innovation (innovation entre entreprises, NDLR), mais il est rare de les voir entreprendre ensemble une telle démarche collaborative, souligne Fabrice Casciani, délégué du groupement. Chacun vient avec ses difficultés, ses enjeux, ses idées." Richard Brunet, président de Bosch Rexroth, ajoute : "Nous avons besoin d’avoir une vision et des solutions concrètes afin de continuer à produire localement en étant compétitifs. Le consortium Excellence industrie nous permet de travailler en ce sens."

Initié il y a près d’un an, le groupement a permis de faire émerger plusieurs projets, avec des degrés de maturité différents. Serfim, EDF, Vicat et Dalkia travaillent notamment au développement de solutions permettant de garantir des chantiers circulaires et bas carbone. EDF et la SNCF s’intéressent à la problématique du numérique responsable, pour identifier des solutions permettant de contribuer à l’équilibre du réseau électrique, ou encore de mesurer l’impact individuel du numérique dans le tertiaire.

Une bague connectée pour améliorer la maintenance industrielle

Le projet le plus avancé est une bague connectée, développée par HEF. Ce composant d’usure qui permet de maintenir un axe, est intégré dans des engins de levage ou agricole, dans des trains ou encore des machines d’extraction. "Lorsque cette pièce est défaillante, le temps de maintenance pour une machine va de quelques heures à quelques jours", explique Pierrick Pavallier, ingénieur développement chez HEF. La bague connectée conçue par le groupe ligérien permet de contrôler l’état d’usure sans démontage. "On améliore ainsi la maintenance et réduit la quantité de pièces de rechange qu’il est nécessaire de stocker."

Dans le cadre de ce projet, les autres acteurs du consortium ont pu partager leurs besoins, en tant qu’utilisateurs de ces pièces. Par ailleurs, "Bosch Rexroth dispose d’une technologie interne de lecture de puce RFID que nous devrions pouvoir intégrer à notre bague", précise Bertrand Nicolet, responsable innovation chez HEF. EDF devrait également apporter sa contribution au développement de la bague, dont la commercialisation est prévue d’ici un an et demi.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition