France
L'Etat va garantir 2 milliards d'euros de prêts pour que les entreprises  s'adaptent au réchauffement climatique
France # Politique économique

L'Etat va garantir 2 milliards d'euros de prêts pour que les entreprises  s'adaptent au réchauffement climatique

S'abonner

L’État propose aux entreprises quelque deux milliards d’euros de prêts garantis verts, afin de les aider à financer les investissements d’adaptation au changement climatique. 

Les prêts verts doivent permettre aux entreprises de financer des mesures d'adaptation ou d'atténuation au changement climatique — Photo : Savoieleysse

A chaque crise son PGE, ce prêt garanti par l'Etat. L'Etat va de nouveau garantir des prêts contractés par les entreprises. Non pas pour les aider à faire face au Covid, mais pour leur permettre de financer des investissements leur permettant de s'adapter au réchauffement climatique. 

Le gouvernement va mettre en place des prêts verts garantis par l’État, a annoncé Bruno Le Maire le 8 février. Le montant global de ces "prêts verts" sera de 2 milliards d’euros.

Jusqu'à 2,5 millions d'euros pour un industriel

Une entreprise pourra emprunter jusqu'à 2 millions d’euros et même jusqu’à 2,5 millions d’euros dans le cas d'une entreprise industrielle. Ces prêts pourront être proposés aux TPE et PME dès ce mois de mars pour les projets les plus importants, supérieurs à 200 000 euros. La demande sera à effectuer auprès de la Banque publique d’investissement Bpifrance. Pour les investissements inférieurs à 200 000 euros, l’opération s’effectuera directement auprès des réseaux bancaires, à partir de juillet 2024.

Les prêts verts doivent permettre aux entreprises de financer des mesures d'adaptation ou d'atténuation au changement climatique. Parmi les exemples de projets éligibles cités par le gouvernement : l’isolation des bâtiments, les circuits de réutilisation de l’eau, le filtrage des eaux usées, les systèmes de détection des feux de forêts. "Ça ne coûte pas un euro d’argent public, mais ça vous offre la sécurité financière nécessaire pour investir", a commenté le ministre de l'Economie.

Un plan d’adaptation demandé aux entreprises stratégiques

Bruno Le Maire a par ailleurs demandé que les grandes entreprises stratégiques, en particulier les entreprises publiques, essentielles pour le fonctionnement des systèmes énergétiques et de transport (SNCF, EDF, RTE, etc.) fournissent d’ici la fin 2024 un plan détaillé d’adaptation au réchauffement climatique. "Nous ne pourrons pas avoir des trains qui ne peuvent pas circuler parce qu’il fait trop chaud" ou "des centrales nucléaires en difficulté par manque d’eau pour les refroidir".

Enfin, il a indiqué que désormais, serait refusé tout investissement dans l’immobilier public qui ne réponde pas à l’obligation d’adaptation au changement climatique.

Ces annonces ont été faites en ouverture de la journée de lancement des travaux d’élaboration du troisième plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC). Les représentants des filières économiques les plus exposées au changement climatique et des organisations syndicales, y étaient réunis par Bruno Le Maire et Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique. Le projet de PNACC sera officiellement soumis à consultation en mars pour un objectif de finalisation à l’été.

France # Politique économique