Saint-Nazaire
Le logisticien Idéa met la décarbonation au cœur de son plan stratégique
Saint-Nazaire # Logistique # Innovation

Le logisticien Idéa met la décarbonation au cœur de son plan stratégique

Membre fondateur des Dirigeants Responsables de l’Ouest (DRO), le groupe de logistique industrielle Idéa, basé à Montoir-de-Bretagne, a placé la RSE au cœur de son plan stratégique 2020-2025 avec l’objectif de réduire de 25 % son empreinte carbone d’ici 2025 et d’atteindre la neutralité en 2040.

Bruno Hug de Larauze, président du groupe Idéa et Bénédicte Birgand, responsable RSE groupe — Photo : Caroline Scribe

Le groupe de logistique industrielle Idéa (1 600 salariés, 160 M€ de CA, 50 sites en France) a pour habitude de jouer collectif. Et la RSE ne fait pas exception à la règle. C’est pour cette raison que Bruno Hug de Larauze, président du groupe a cocréé DRO et rejoint la démarche ACT (Accessing low carbone transition) PME développée par l’Ademe. La même logique collaborative a présidé à l’élaboration du plan stratégique 2020-2025 de l’entreprise. Celui-ci a impliqué les 220 managers du groupe et est décliné au niveau de chaque site, chaque métier, pour rendre les collaborateurs acteurs de la transition. "Notre raison d’être est la RSE et tous les objectifs du plan stratégique s’y rattachent. Nous nous sommes affranchis des contraintes de nos racines de logisticien industriel pour préparer l’avenir et imaginer le transport autrement, en prenant en compte les impacts sociaux et environnementaux. Nous pouvons nous le permettre grâce à notre indépendance financière", expose Bruno Hug de Larauze.

Idéa s’est ainsi donné pour objectif de réduire de 25 % son empreinte carbone d’ici 2025 et d’atteindre la neutralité en 2040. Environ 50 % des 100 millions d’euros d’investissement prévus dans le plan stratégique sont fléchés dans ce sens. Un des enjeux majeurs du groupe est de réduire l’impact environnemental de sa flotte de poids lourds qui représente 50 % de ses émissions de CO2, dans une approche prenant en compte d’emblée les scope 1, 2 et 3 (incluant les camions affrétés). 40 % de la flotte seront renouvelés d’ici 2025, en fonction des technologies disponibles. Des camions biogaz ont d’ores et déjà été achetés. "Après validation par les chauffeurs, nous avons accepté le surcoût d’environ 20 % généré par ce choix. Notre méthode est toujours la même. Nous faisons de la veille sur les innovations, nous expérimentons en impliquant les salariés et les clients et nous assumons 100 % des risques", souligne le dirigeant. Par ailleurs, l’activité Shipping Vrac s’est dotée de 3 grues électriques, représentant un investissement de 5, 5 millions d’euros chacune.

Production d’énergies décarbonées

Le groupe veut également tendre vers l’autonomie énergétique en produisant de l’énergie locale décarbonée pour ses propres usages et ceux de son écosystème. Idéa a ainsi réhabilité une ancienne friche industrielle classée Seveso, à Montoir-de-Bretagne, pour la transformer en un éco-parc dédié aux énergies renouvelables. Une unité de méthanisation fonctionne depuis 2022, portée par un partenariat public privé entre Idéa, la communauté de communes de La Carene et Engie Bioz. "En vitesse de croisière, cette unité valorisera, chaque année, 28 000 tonnes de déchets industriels et agricoles organiques de proximité. Injectés dans le réseau, ils alimenteront l’équivalent de la consommation de gaz de 1 500 foyers et le digestat fournira de l’engrais aux agriculteurs dans une boucle circulaire. Demain, nous pourrons produire de l’hydrogène", décrit Bénédicte Birgand, responsable RSE du groupe. Deux autres projets prévoient de produire des biogaz à partir de déchets de bois et de boues d’épuration. Idéa poursuit également l’installation de panneaux photovoltaïques (30 000 m² sur 4 sites), dont le premier lot commencera à produire fin 2023.

Saint-Nazaire # Logistique # Innovation # Investissement # RSE