Bas-Rhin
"L’Ironman a changé ma vision de ce que doit être un patron"
Interview Bas-Rhin # Services # PME

Boris Coriol directeur général de Numerize "L’Ironman a changé ma vision de ce que doit être un patron"

S'abonner

Parcourir près de 4 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course à pied en seulement une journée. Voici le genre de défi que se lance régulièrement Boris Coriol, directeur général de Numerize (25 salariés), spécialisée dans la numérisation de documents et l’archivage électronique, à Hoerdt (Bas-Rhin). Pour ce féru d’Ironman, le sport va au-delà de la performance, c’est devenu son mode de (sur) vie.

Boris Coriol pratique l’Ironman, une sorte de triathlon de l’extrême, depuis 2018 — Photo : DR

Qu’est-ce qui vous a incité à pratiquer cette discipline connue sous le terme d’Ironman ?

Un accident tout bête, une déchirure des ligaments croisés survenue durant un match de football. Entre 2013 et 2015, j’avais pris plus de 20 kilos ! Pour ne rien arranger, j’étais un gros fumeur… J’ai eu le déclic lors d’une consultation médicale : j’arrêtais la clope et me lançais dans la course à pied. Pour me motiver, je m’étais mis en tête de participer au marathon de New York qui était l’un de mes rêves pour mes 30 ans. Ce que j’ai fait. Sans réaliser un temps incroyable, mais j’étais fier de ce que j’avais entrepris.

J’ai adoré l’ambiance et les encouragements au bord de la route, un moment magique… Puis j’ai enchaîné avec d’autres marathons, à Paris et à Amsterdam, avant de me lancer dans le triathlon.

"M'imposer des heures quotidiennes de sport a bousculé mon mode de fonctionnement. Cela m'a aussi appris à mieux déléguer et à renforcer ma confiance envers les équipes"

Sauf que je ne pensais pas que ce serait aussi difficile ! J’ai dû reprendre des cours de natation avant mon premier Ironman à Vichy en 2018. Ce qui fait la beauté de ce type de triathlon, c’est qu’on dispose de 16 heures maximum pour passer toutes les épreuves, faute de quoi on est disqualifié. Depuis, j’ai parcouru plus de dix Ironman et presque autant de marathons. Aujourd’hui, je consacre entre 10 et 20 heures par semaine au sport, combinant vélo, course à pied et natation, ce qui me permet de me muscler de façon harmonieuse et d’éviter les blessures.

Que vous apporte le sport dans votre quotidien de chef d’entreprise ?

Il m’aide à moins penser au travail, à être plus calme, plus réfléchi et plus concentré. C’est aussi une source d’inspiration : il m’arrive de trouver des solutions comme lorsque je nage. Mon esprit s’éveille, je suis comme plongé dans un état second que l’on peut comparer à de la méditation. J’ai aussi changé ma vision de ce que doit être un patron. Avant, je voulais être le patron modèle, celui qui gère tout, qui arrive en premier et qui part le dernier. M’imposer des heures quotidiennes de sport a bousculé mon mode de fonctionnement. Cela m’a aussi appris à mieux déléguer et à renforcer ma confiance envers les équipes.

Favorisez-vous la pratique sportive au sein de vos équipes ?

J’avais toujours quelques collaborateurs qui couraient avec moi pendant la pause de midi. Mais l’activité sportive de mes équipes a vraiment évolué lorsque j’ai installé une salle de sport digne de ce nom au sein de nos nouveaux locaux à Hoerdt (Bas-Rhin) depuis 2020. Elle est dotée d’un vélo elliptique, d’un tapis de course… Mes collaborateurs s’y retrouvent deux fois par semaine.

Quels ont été les effets de cette activité pour vos 25 collaborateurs ?

Cela a renforcé l’esprit d’équipe. Dans l’entreprise, il y a des commerciaux, des administratifs, des membres de la production, soit des profils pas forcément faciles à rassembler. Avec la salle de sport qui se trouve au sein de nos nouveaux bureaux, tout a changé. Ils pratiquent le sport désormais ensemble avant de déjeuner ensuite ensemble. Les échanges dans le travail sont plus fluides, plus simples et plus solidaires.

En marge de Numerize, vous venez de développer Ostro, une application mobile dédiée au sport. De quoi s’agit-il exactement ?

Par mon parcours, je souhaitais montrer que le sport est accessible à tous. Souvent, on a tendance à se concentrer uniquement sur la performance. Pourtant, un sportif chevronné qui va courir 35 kilomètres fournira un effort aussi important qu’une jeune maman qui va prendre une heure pour finir son 5 kilomètres. Il faut sortir du chronomètre et saluer toutes celles et ceux qui ont envie de pratiquer une discipline. C’est l’objet de cette application qui permet, entre autres, de faire des sorties sportives sécurisées et de réunir des personnes autour d’une même passion. En les mettant en relation avec des clubs ou des associations, ainsi qu’avec des coachs qui peuvent diffuser le contenu de leurs séances et de leurs exercices.

Bas-Rhin # Services # PME # Sport
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise NUMERIZE