Lyon
Le grossiste en fruits et légumes déclassés Atypique veut lever des fonds pour ouvrir sept entrepôts
Lyon # Agriculture # Levée de fonds

Le grossiste en fruits et légumes déclassés Atypique veut lever des fonds pour ouvrir sept entrepôts

S'abonner

Le grossiste lyonnais en fruits et légumes Atypique aide les agriculteurs à valoriser des productions "déclassées". Fondée sur une promesse anti-gaspillage et un positionnement prix judicieux, le projet prend son essor grâce à la mise en place d’un réseau national d’entrepôts, financé par une prochaine levée de fonds.

Thibault Kibler et Simon Charmette ont créé l’entreprise Atypique pour vendre les fruits et légumes "atypiques" délaissés par la grande distribution — Photo : Atypique

Depuis mars 2021, le duo d’entrepreneurs Thibault Kibler et Simon Charmette développent Atypique, une entreprise de distribution de fruits et légumes "déclassés" : ils mettent en relation des agriculteurs dont les productions ne sont pas vendues via les circuits traditionnels et des entreprises de la restauration. Incubée à l’école d’ingénieurs en agronomie Isara, à Lyon, la jeune pousse (12 salariés) devrait quadrupler ses effectifs d’ici la fin de l'année, forte d'un peu plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires en 2022.

Partie avec une mise de fonds de 5 000 euros en 2021, Atypique a autofinancé sa croissance puis emprunté 225 000 euros, ce qui lui a permis de créer deux entrepôts, à Brignais (Rhône) et à Rungis (Essonne). Elle prépare aujourd'hui une levée de fonds pour financer ses projets, dont la mise en place d’un réseau national d’entrepôts (7 nouveaux d’ici fin 2024), qui approvisionneront ses clients français de la restauration hors domicile (collective, traiteurs, petits transformateurs, épiceries…). De 650 tonnes sauvées en 2021, Atypique prévoit de passer à plus de 4 000 tonnes vendues cette année.

1,2 million de fruits et légumes jetés

Thibault Kibler, ingénieur formé à Centrale Lille de 26 ans, a rencontré son associé Simon Charmette sur la plateforme "Jobs that make sense". Ce Polytechnicien de 30 ans a été confronté au gâchis dès son plus jeune âge dans l'exploitation agricole de ses parents, producteurs ardéchois de châtaignes et de pommes de terre - des produits souffrant de nombreux défauts de calibre.

Chaque année, estiment les deux associés, plus de 1,2 million de tonnes de fruits et légumes sont jetés, soit l’équivalent de 2 milliards d’euros de perte pour le monde agricole. "Au-delà du gaspillage, nous avons la volonté de rémunérer maraîchers et fruiticulteurs pour un produit qu’ils ne vendent pas", décrit Thibault Kibler. En moyenne, plus d’une salade sur deux est "jetée" à l’exploitation.

Prix intermédiaire 

Ces fruits ou légumes "déclassés" incluent tout ce que la grande distribution ne veut pas mettre sur ses étals en raison d’un défaut de calibre, de forme, ou d’anomalies esthétiques mineures. "Mais jamais un produit abîmé ou ayant un calibre qui impacte négativement le goût", précise l'entrepreneur.

Atypique propose 50 à 60 références de saison par mois, issues d’une centaine de producteurs français. 90 % des produits portent le label Siqo (signe d’identification de la qualité et de l’origine), dont 50 % en bio.

Grâce à un positionnement prix judicieux, intermédiaire entre celui pratiqué par la grande distribution (1 euro environ le kilo de pomme) et celui des industriels (0,19 euro), les clients du grossiste engagé accèdent enfin aux pommes françaises (0,70 euro le kilo). Cohérent jusqu’au bout, Atypique met un point d’honneur à bien gérer ses stocks : moins de 0,3 % des volumes sont jetés, contre 1 à 2 % pour un grossiste "classique", estime Thibault Kibler.

Lyon # Agriculture # Distribution # Restauration # Services # Levée de fonds
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise ATYPIQUE