Nancy

Numérique

Yuzu réinvente les outils d’évaluation utilisés par les recruteurs

Par Jean-François Michel, le 21 septembre 2022

La start-up nancéienne Yuzu veut mettre les neurosciences au service du recrutement, à travers une solution de mesure des compétences comportementales basée sur un jeu vidéo.

Lors de son arrivée sur le marché, prévue pour début 2023, Léo Fichet et l’équipe de Yuzu pourront évaluer quatre compétences comportementales.
Lors de son arrivée sur le marché, prévue pour début 2023, Léo Fichet et l’équipe de Yuzu pourront évaluer quatre compétences comportementales. — Photo : Jean-François Michel

L’échéance se rapproche à grande vitesse : "Début 2023, nous serons sur le marché", affirme Léo Fichet, le dirigeant de la start-up Yuzu. Installée à Nancy, dans le Orbor, le bâtiment totem de la French Tech, l’équipe de Yuzu développe une solution d’évaluation des soft skills, ou compétences comportementales, en partenariat avec le 2LPN, pour Laboratoire lorrain de psychologie et neurosciences de la dynamique des comportements, une entité de l’Université de Lorraine dirigée par Jérôme Dinet.

Imaginée par Fabrice Michel, patron du groupe messin RH Partners et associé du start-up studio Lumena, la solution est portée depuis janvier 2022 par Léo Fichet, qui a rassemblé toutes les compétences nécessaires autour de lui. Diplômé d’un master en entrepreneuriat de l’Université de Lyon, fort de premières expériences acquises dans des start-up gravitant autour du start-up studio parisien eFounders, Léo Fichet s’est associé à Cédric Paquet, ingénieur en intelligence artificielle, et Vincent Coursac, ingénieur en développement de jeux vidéo et ancien de chez Ubisoft, pour créer officiellement Yuzu en juillet 2022.

Un premier tour de table dès 2023

Majoritaires au capital de Lumena, les trois associés vont aussi s’appuyer sur les compétences du start-up studio Lumena, qui est entré au capital de Yuzu à hauteur de 40 %. "Pour nous, c’est un super avantage de pouvoir s’appuyer sur les dirigeants expérimentés de Lumena", assure Léo Fichet. Pour arriver à porter sa solution sur le marché, l’équipe de Yuzu devra rassembler 700 000 €. Pour l’instant, la start-up est soutenue par la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne et la Caisse d’Épargne Grand Est Europe, ainsi que Bpifrance et la région Grand Est.

"Nous travaillons aussi sur un premier tour de table, qui interviendra vraisemblablement au cours de l’année 2023", précise le dirigeant de Yuzu. Une année charnière pour la start-up, qui verra son équipe s’étoffer : "Actuellement, nous sommes six, mais nous devrons rapidement atteindre les dix collaborateurs". Du 5 au 8 janvier, Léo Fichet et son équipe iront au CES de Las Vegas pour présenter leur solution, une opportunité pour convaincre à l’international mais aussi pour séduire le marché français. D’après Léo Fichet, la solution de Yuzu est très attendue.

Plus loin dans l’immersion

"Nous arrivons maintenant au bout d’outils d’évaluation qui n’ont pas évolué depuis 20 ans. Et les compétences comportementales sont aujourd’hui plébiscitées par la plupart des recruteurs", détaille Léo Fichet. Ces outils d’évaluation, ce sont des QCM ou des jeux de logiques, qui permettent d’obtenir des résultats mais ne poussent pas le candidat dans ses retranchements.

"À l’opposé, on a la meilleure méthode d’évaluation qu’on appelle l’Assessment Center", souligne le dirigeant de Yuzu. "Là, on fait venir en présentiel plusieurs candidats, on les met en situation pour voir comment la personne priorise ses actions ou gère une situation de stress, avec une boîte mail inondée par exemple." Une méthode qui demande un effort logistique et reste donc réservée aux grands groupes et aux cabinets de recrutement. "Grâce à un outil génial, qui s’appelle le jeu vidéo ou serious game dans le monde professionnel, nous sommes allés beaucoup plus loin dans les mises en situation et dans l’immersion", explique Léo Fichet, qui, s’il commencera par cibler les entreprises disposant de services de ressources humaines, ne veut pas pour autant se couper du marché des TPE : "En plus d’un abonnement à notre solution, nous vendrons des évaluations à l’unité".

Des scénarios construits avec le 2LPN

Conçue en mode SaaS, entièrement accessible depuis n’importe quel ordinateur, la solution de Yuzu permet d’évaluer un candidat installé chez lui, tout en "gardant la dimension égalité des chances", souligne le dirigeant de Yuzu. "Les amateurs de jeu vidéo ne sont pas favorisés." Le premier scénario développé, baptisé "Mission banquise", vise à évaluer l’adaptabilité du candidat. Isolé dans une station scientifique polaire, le candidat est amené à préparer l’arrivée d’une tempête, en réparant par exemple une antenne radio pour rétablir la communication avec le monde extérieur. "Nos scénarios sont construits avec le 2LPN", détaille Léo Fichet. "Une fois qu’un scénario est terminé, nous réalisons des bancs d’essai, en faisant venir des cobayes humains au laboratoire, qu’on barde de capteurs. Si les résultats sont satisfaisants, le labo cautionne scientifiquement le scénario et on peut le mettre à notre catalogue." À terme, Yuzu compte avoir 20 compétences en catalogue.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition