Industrie

Humbird va fabriquer sa première série de vélos-bus en bois

Par David Pouilloux, le 11 janvier 2023

La start-up industrielle Humbird fabrique un vélo-bus en bois, le Woodybus. Pour construire ce véhicule destiné au transport scolaire, l’entreprise nantaise fait appel à des fournisseurs locaux. Engagée dans la mobilité durable, elle vient de remporter un premier contrat d’un million d’euros pour la fabrication de 46 premiers véhicules.

Jean-François Robert et Jérémy Jeusset, codirigeants de Humbird, fabricant du Woodybus.
Jean-François Robert et Jérémy Jeusset, codirigeants de Humbird, fabricant du Woodybus. — Photo : David Pouilloux

La première commande vient de tomber, à peine une semaine après l’installation d’Humbird dans la S-Factory, où se côtoient sous un même toit des start-up industrielles. "Nous avons remporté un appel d’offres lancé par la communauté de communes Seine-Eure, en Normandie, rapporte Jean-François Robert, fondateur de l’entreprise. L’enveloppe est d’un million d’euros, et l’on pourra fabriquer pour elle 46 Woodybus sur quatre ans."

Le Woodybus ? Un véhicule de transport scolaire de la famille des vélos-bus. "Il est équipé de 9 places, une pour le chauffeur, un adulte, et huit pour les enfants, détaille Jérémy Jeusset, codirigeant de l’entreprise fondée en 2019. Il est destiné au ramassage scolaire, pour les primaires, pour des trajets de 1 à 3 km. Notre prototype est au point et Bpifrance nous a soutenus à hauteur de 40 000 euros pour ce projet." Un projet qui offre une solution pour les collectivités qui veulent promouvoir le vélo, et pour les parents, rassurés de ne pas voir leurs bouts de chou s’élancer seuls sur la route.

Assistance électrique et panneaux solaires

Le Woodybus est un vélo, à plusieurs places, et homologué par les autorités de transport. "Il respecte le cahier des charges des vélos cargo : faire moins de 115 cm de large, moins de 3,5 mètres de long et peser, chargé, moins de 650 kg, explique Jérémy Jeusset. Il existe des modèles, en Europe du Nord, de vélo-bus, mais leurs structures et châssis sont en métal. Ils sont donc très lourds et ne peuvent être homologués en France. Le nôtre est principalement en bois, et pèse seulement 200 kg. Il fait la longueur d’une Twingo."

Ce véhicule, à assistance électrique, est alimenté par une batterie qui fournit l’énergie nécessaire pour que le chauffeur déplace le Woodybus lorsqu’il est seul à bord, lorsqu’il fait marche arrière, et permet aux enfants de ne pédaler que pour faire avancer leur propre poids. "La batterie se recharge grâce à des panneaux photovoltaïques posés sur le toit", explique Jérémy Jeusset.

Économie d’une tonne de CO2

Leur engin obéit à une écoconception revendiquée. "Nous sommes engagés dans la transition énergétique, c’est notre raison d’être, souligne Jean-François Robert. On économise 1 tonne de CO2 pour le fabriquer comparé à un véhicule en aluminium, et les parents ne prennent pas leurs voitures pour accompagner leurs enfants à l’école. Nos fournisseurs sont locaux, situés dans un rayon de moins de 100 km." Thébault Bois fournit le bois des Landes, Anjou Méca assure l’usinage de pièces, Somep effectue la découpe laser et le pliage de pièces métalliques, SFCMM celle des tubes pour les selles et la direction… "La prochaine étape est de faire également appel aux entreprises qui nous entourent à la S-Factory, assure Jean-François Robert. Panopoli pourra découper nos panneaux et une autre start-up pourrait imprimer des pièces en 3 D."

Occupant 100 m2 aujourd’hui, Humbird envisage déjà de passer à 200 très rapidement, et table sur une embauche dans les trois mois, et deux nouvelles embauches en 2024. "Nous visons la fabrication de 35 Woodybus en 2023, 50 en 2024, estime Jean-François Robert. Et on ne s’interdit pas de développer d’autres modèles, pour adultes ou familiaux, une sorte de camping-car en version vélo." Pour l’heure, en plus de la communauté de communes Seine-et-Eure, pionnière des vélos bus en France, les villes de Grenoble, Thonon-les-Bains, Pau ou Le Teil s’intéressent aux vélo-bus nantais.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition