Ain

Transport

Neotrucks en route pour électrifier la mobilité industrielle

Par Déborah Berthier, le 20 janvier 2022

La société Neotrucks, basée à La Boisse dans l’Ain, recycle et transforme grâce au rétrofit des véhicules poids lourds qui entament une seconde vie sur des sites industriels.

Yves Giroud a fondé Neotrucks fin 2020.
Yves Giroud a fondé Neotrucks fin 2020. — Photo : DR

Yves Giroud le dit lui-même : "La mobilité industrielle n’était pas une vocation". Pourtant, après une carrière d’une vingtaine d’années dans les télécoms, suivie d’une première expérience dans la distribution de solutions de mobilité industrielle électriques, il a lancé, fin 2020, Neotrucks, basée à La Boisse, dans l’Ain. Cette société, qui compte actuellement quatre associés, conçoit et commercialise des tracteurs de parc électriques, issus de l’économie circulaire. Utilisés sur les sites logistiques de grands groupes industriels, ces engins sont utilisés pour déplacer des semi-remorques. "Ces véhicules ne sont pas homologués pour la route", précise Yves Giroud. Si leur vitesse est limitée à 25 km/h, ils présentent l’avantage de pouvoir être conduits par des manutentionnaires, non titulaires du permis poids lourd. "Le secteur connaît une pénurie de chauffeurs. C’est donc un avantage non négligeable."

Pour construire ces tracteurs de parc, Neotrucks a conclu un partenariat avec Renault Trucks. La jeune entreprise rachète à Renault Trucks les camions mis en leasing pour quatre ans, auprès de transporteurs, tels que Geodis. "Jusqu’à présent, Renault Trucks revendait ces véhicules en occasion", explique Yves Giroud. Ils sont désormais délestés de leurs éléments thermiques, puis rétrofités et transformés en tracteurs de parc par Brevet Carrosserie, également implantée dans l’Ain. Le partenariat avec Renault Trucks prévoit également que la maintenance des véhicules pourra être réalisée par le groupe automobile, qui dispose d’un important maillage de concessions en France (340 concessions) et en Europe (1 400).

Trois nouveaux véhicules à venir

Pour développer ce véhicule, baptisé Elyt, un budget de deux millions d’euros sur vingt-quatre mois a été nécessaire à Yves Giroud. Le financement du projet comprend un prêt bancaire, un prêt d’amorçage de Bpifrance, de la love money, ainsi qu’un important financement de l’Ademe. Neotrucks a en effet été lauréat de l’appel à projets régional Auratrans visant notamment à soutenir la transition écologique de la mobilité industrielle. Ce qui lui a permis d’obtenir une première subvention de 117 000 euros. En décembre 2021, la société a ensuite remporté le concours d’innovation I-Nov de l’Ademe, accompagné de 950 000 euros en subventions et avance remboursable.

Le premier modèle de Neotrucks a été baptisé Elyt.
Le premier modèle de Neotrucks a été baptisé Elyt. - Photo : DR

Alors que la preuve de concept définitive est en passe d’être validée, Neotrucks s’apprête à tester ses tracteurs dans des sites pilotes, début 2022. Parmi eux, le site de Placoplatre à Chambéry, où la manutention est prise en charge par Transports de Savoie, ou encore sur le site de Dagneux de Transports Feuillet. "La commercialisation est prévue pour mai ou juin 2022", indique Yves Giroud, qui prévoit la vente de cinq à dix véhicules, à 250 000 euros en moyenne, la première année. "Notre carnet de commandes est déjà bien rempli", souligne-t-il. Le catalogue de Neotrucks devrait par ailleurs rapidement s’étoffer avec d’autres engins de manutention. Dès 2022, un prototype de camion porte-conteneurs devrait voir le jour. Est également prévue la mise au point d’un camion avitailleur (pour faire le plein des avions) et d’un ampliroll (un camion équipé d’un système de grue).

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition