France
Smic, loi industrie verte, immobilier : ce qu’il faut retenir du discours de politique générale de Gabriel Attal
France # Industrie # Politique économique

Smic, loi industrie verte, immobilier : ce qu’il faut retenir du discours de politique générale de Gabriel Attal

S'abonner

Le travail a figuré au centre du discours de politique générale de Gabriel Attal. Le Premier ministre veut désmicardiser et débureaucratiser la France. Il a aussi promis des mesures spécifiques pour l’industrie, l’immobilier, l’agriculture ou encore la plasturgie.

Discours de politique générale de Gabriel Attal à l’Assemblée nationale le 30 janvier 2024 — Photo : DR

Le travail apparaît comme la première des quatre priorités fixées par Gabriel Attal. Dans son discours de politique générale, prononcé ce mardi 30 janvier dans le vacarme désormais habituel de l’Assemblée nationale, le Premier ministre a défendu qu’il continuerait d’œuvrer pour que "le travail paie mieux que l’inactivité". Pour cela, il annonce, entre autres, que les 15 heures d’activité pour les allocataires du RSA, actuellement expérimentées dans plusieurs départements, seront généralisées d’ici juin 2025.

Désmicardiser la France

"Il faut désmicardiser la France", a-t-il martelé. Pour cela, le gouvernement continuera d’inciter les branches professionnelles dont les grilles restent sous le Smic, à les revaloriser. Elles étaient une soixantaine il y a un an, une trentaine fin 2023. "Je n’exclus aucune mesure pour y parvenir", a-t-il affirmé. Le Premier ministre compte aussi mener une réforme sur les bas salaires et promet une exonération de charges dès la prochaine loi de Finances.

Gabriel Attal annonce aussi son intention de supprimer l’allocation de solidarité spécifique pour les chômeurs en fin de droits, pour la faire basculer sur le RSA. Selon lui, cette allocation permet de cotiser pour la retraite "sans travailler. La retraite doit être le fruit du travail".

Gabriel Attal va continuer de rapprocher l’école des entreprises, citant la généralisation des stages de deux semaines en seconde.

L’exception agricole française

Le Premier ministre a évidemment évoqué la colère des agriculteurs. "Il doit y avoir une exception agricole française", assurant que "nous serons au rendez-vous". Parmi les mesures annoncées : le versement des aides PAC aux exploitants agricoles avant le 15 mars, des simplifications pour faciliter le versement des aides aux jeunes agriculteurs, la création d’un fonds pour les viticulteurs ou le reversement aux agriculteurs des amendes payées par les industriels et les distributeurs fraudant la loi Egalim.

Un deuxième volet de la loi Industrie Verte

Débureaucratiser la France. Un volet important de l’action gouvernementale sera la simplification administrative, sujet amplifié par les exhortations du monde agricole ces dernières semaines. Le chantier concernant la simplification pour les entreprises est en cours, et devrait aboutir "après l’été". Le Premier ministre a rappelé que certaines procédures demandaient "trop de délais", et qu’il fallait les réduire pour "accélérer le retour de notre industrie". Il annonce qu’il va proposer prochainement un deuxième projet de loi Industrie verte, après celui adopté à l’automne.

Immobilier : un choc de l’offre annoncé

Alors que le marché de l’immobilier neuf s’enfonce dans la crise, le Premier ministre entend créer "un choc d’offre" pour soutenir le logement. Il annonce pour cela une simplification massive des normes. Le gouvernement va aussi prochainement désigner vingt territoires "engagés pour le logement", qui bénéficieront de procédures accélérées.

50 entreprises du plastique aidées

Concernant la transition énergétique, "jamais je n’accepterai la décroissance". Gabriel Attal ne cautionne pas "l’écologie punitive", mais veut "bâtir ensemble une écologie populaire", en faisant "rimer climat avec croissance". "Nous continuerons d’aider l’industrie à se décarboner". Après avoir participé aux investissements lourds des 50 industriels les plus polluants de France, il annonce qu’une initiative similaire va être déployée pour les 50 sites qui mettent le plus d’emballages plastiques sur le marché.

Montée en puissance du parc nucléaire

"Nous allons assurer notre indépendance énergétique. Le nucléaire est une fierté française", assure Gabriel Attal, qui annonce sa volonté de continuer à faire "monter en puissance notre parc nucléaire". Outre les réacteurs nucléaires, "nous continuerons à développer les énergies renouvelables de la même manière que nous développons l’énergie nucléaire".

Concluant par un plaidoyer pour l’Europe, Gabriel Attal a directement visé et cité le Rassemblement national. À cause du Brexit, "la Grande-Bretagne ne produit plus d’acier, a-t-il fait valoir. Cette industrie existe encore en France, grâce à l’Europe. On ne peut pas vouloir sortir de l’Europe sauf à vouloir servir un autre pays, une autre puissance".

France # Industrie # Agriculture # Immobilier # Politique économique