Auvergne Rhône-Alpes
Michelin, Sigvaris, McPhy : les investissements marquants en Auvergne-Rhône-Alpes en 2022
Auvergne Rhône-Alpes # Industrie # Investissement

Michelin, Sigvaris, McPhy : les investissements marquants en Auvergne-Rhône-Alpes en 2022

S'abonner

Dans un contexte de relance post-crise sanitaire, les investissements à venir sont nombreux pour 2022 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. De nombreux projets liés à l’industrie, à la santé ou à l’hydrogène sont portés aussi bien par de grands groupes que par des PME et ETI du territoire.

Le groupe pharmaceutique allemand Boehringer Ingelheim va investir 100 millions d’euros de plus sur son site de Jonage (Rhône) — Photo : Pierre Lelièvre

- Boehringer Ingelheim

Boehringer Ingelheim engage 100 millions d’euros supplémentaires à Lyon

Le géant allemand de la santé humaine et animale Boehringer Ingelheim investit 100 millions d’euros en complément des 200 millions d’euros engagés en 2019 pour son futur site dédié à la santé publique vétérinaire de Jonage (Rhône). Objectif : augmenter les capacités de production, de stockage et adapter les futures lignes à d’autres maladies animales.

- Novasep

Novasep injecte 6,1 millions d’euros dans son usine de Mourenx

Le groupe lyonnais Novasep, spécialiste de la production de vecteurs viraux et de principes actifs pharmaceutiques, investit 6,1 millions d’euros au sein de son usine de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) afin d’améliorer la flexibilité et la compétitivité de son site de production. Réalisé sur trois ans, l’investissement a été sélectionné par le gouvernement dans le cadre du plan France Relance. Avec ce projet, Novasep va créer sept emplois directs sur le site qui produit des principes actifs pharmaceutiques.

- Sigvaris

Sigvaris engage 14 millions d’euros pour moderniser ses sites de production

Leader français de la compression médicale, Sigvaris Group France va investir 14 millions d’euros sur les quatre prochaines années pour moderniser et digitaliser ses trois sites de production dont deux sont implantés dans la Loire, à Saint-Just-Saint-Rambert et Andrézieux-Bouthéon, et un en Alsace à Huningue. Baptisé "Oxygène", ce plan d’investissement, soutenu en partie par le plan France Relance, doit permettre à l’entreprise " d’aller plus loin dans l’automatisation de nos outils de production mais aussi de notre logistique encore beaucoup trop manuelle pour gagner en compétitivité ", précise Stéphane Mathieu, directeur général.

Carbogen Amcis lance la construction d’une nouvelle usine sur le biopôle Clermont-Limagne

Le suisse Carbogen Amcis est en train de faire construire une nouvelle usine pharmaceutique au sein du biopôle Clermont-Limagne à Saint-Beauzire (Puy-de-Dôme). Le groupe a posé début avril la première pierre de sa neuvième usine de production au monde dont l’ouverture est attendue en janvier 2023. En septembre 2020, Carbogen Amcis, spécialisé dans les produits pharmaceutiques, avait annoncé un investissement de 45 millions d’euros pour agrandir ses capacités de production dans le Puy-de-Dôme. Parallèlement à la construction de ce nouveau site de production de 9 500 m² dédié à la fabrication de produits injectables, 60 à 70 personnes seront recrutées.

- JDE Peet's

JDE Peet’s va investir 110 millions d’euros sur son site d’Andrézieux-Bouthéon

JDE Peet’s (Jacobs Douwe Egberts) va investir 110 millions d’euros sur la période 2021-2022 pour booster les capacités de production de son site d’Andrézieux-Bouthéon (Loire). Le géant néerlandais du café, qui avait déjà investi 30 millions d’euros en 2019 dans une première extension des capacités de son site ligérien et 3 millions d’euros supplémentaires l’année suivante dans un nouvel entrepôt de stockage, ambitionne désormais d’augmenter de 60 % sa production de capsules aluminium compatibles Nespresso. Passée de 250 salariés en 2016 à 400 aujourd’hui, l’usine d’Andrézieux-Bouthéon devrait ainsi voir ses effectifs poursuivre leur croissance.

- Michelin

Michelin investit près de 32 millions d’euros à Blavozy

Le spécialiste français du pneumatique Michelin (CA 2020 : 20 Md€ ; 127 000 salariés) va investir 31,6 millions d’euros pour moderniser la production de son site de Blavozy, près du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Financé à hauteur de 1,75 million d’euros par l’État dans le cadre de France Relance, cet investissement repose sur le déploiement de la technologie Osiris. Déjà utilisé par le groupe clermontois pour la fabrication de pneus de véhicules de tourisme et de poids lourds, ce procédé de fabrication plus automatisé, moins énergivore et plus propre va se substituer au procédé classique utilisé à Blavozy pour les pneus de grande dimension dédiés aux engins de génie civil.

Marrel lance un plan d’investissement de 6 millions d’euros

La crise sanitaire ne freine pas les velléités de développement de Marrel (CA 2019 : 38 M€ ; 200 salariés) à Andrézieux-Bouthéon (Loire). L’obtention de deux contrats militaires au long cours, avec la Roumanie et la Malaisie, permet à la filiale du groupe italien Fassi (200 M€ de CA), 3e constructeur mondial de grues de camions, de retrouver de la visibilité. Un plan d’investissement de 6 millions d’euros sur les quatre prochaines années a d’ailleurs été validé par son actionnaire. Il devrait se dérouler en trois phases : d’ici 2022, l’usine sera agrandie de 4 000 m² supplémentaires, puis la ligne dédiée au traitement de surface sera automatisée. Enfin, Marrel investira dans des robots de soudure, de lasers de découpe et des machines de chaudronnerie et d’usinage.

Agripolyane rachète son site industriel et investit 15 millions d’euros

Concepteur et fabricant de films plastiques pour le secteur agricole, le bâtiment et l’industrie, Agripolyane (97 salariés), propriété du groupe grec Plastika Kritis, qui a repris l’entreprise en 2006, va racheter son site industriel de Saint-Chamond (Loire) à Saint-Etienne Métropole. La collectivité avait acquis le terrain et les bâtiments en 2005 pour soutenir la trésorerie de l’industriel - placé en redressement judiciaire en 2004. Le prix de vente du site de 6,2 hectares, fixé à 1,7 million d’euros reste inférieur aux 3,8 millions d’euros déboursés à l’achat. Pour autant, Saint-Etienne Métropole ne perd pas forcément en change : pour pouvoir utiliser le site, les travaux de désamiantage et mise aux normes auraient coûté 6,7 millions d’euros à la collectivité. Les travaux seront effectués par le nouveau propriétaire, qui veut investir au total 15 millions d’euros d’ici à 2024 pour moderniser les bâtiments et son parc de machines avec l’objectif de doubler ses capacités de production.

- Solvay

Solvay investit 37 millions d’euros dans une chaudière biomasse

À Saint-Fons (Rhône), l’usine Solvay va installer une chaudière biomasse opérée par Dalkia, qui substituera des déchets de bois à du gaz naturel. L’investissement partagé entre les deux sociétés, se monte à 37 millions d’euros, dont 12,9 millions sont apportés par l’Ademe dans le cadre de France Relance. D’ici 2023-2024, l’usine Solvay (300 salariés), implantée à Saint-Fons depuis 150 ans et servant principalement les industriels de l’agroalimentaire, la parfumerie et autres industries pharmaceutiques, va substituer 57 % de gaz naturel par du bois déchet.

- Elkem Silicones

Elkem Silicones se dote d’une nouvelle unité de production de polymères

Elkem Silicones (CA 2020 : 1,3 Md€ ; 4 000 salariés dont 850 en Auvergne Rhône-Alpes), la branche spécialisée dans les silicones et polymères du groupe de chimie norvégien Elkem, propriété du groupe chinois BlueStars, a fait l’acquisition d’une unité de production en France "flambant neuve et jamais utilisée", construite en 2019 par un industriel dont l’identité n’est pas connue. Un entrepôt dédié à la gestion de produits dangereux ainsi qu’une surface foncière supplémentaire complètent l’opération afin de permettre une possible extension. Située à proximité des sites chimiques du groupe à Saint-Fons (Rhône) et de la plateforme chimique de Roussillon (Isère), cette usine, dont le montant d’acquisition est supérieur à 10 millions d’euros, sera dédiée d’ici 2022 à la production de silicones OFS (organo-fonctionnels), des produits de spécialités destinés aux marchés de la cosmétique, de l’agriculture, du textile et des revêtements. Le groupe lyonnais Elkem Silicones a également annoncé fin octobre un renforcement de ses capacités de production à travers un investissement de 36 millions d’euros sur le site de Péage-de-Roussillon, en Isère.

HRS va investir 15 millions d’euros pour bâtir son futur site de production

Le concepteur et fabricant de stations de recharge à hydrogène HRS - Hydrogen Refueling Solutions - (CA 2020 : 10,4 M€ ; 40 salariés), basé à Champs-sur-Drac (Isère) a, en parallèle de son introduction en Bourse en février 2021, annoncé son projet de construire son futur site de production et de R & D à Champagnier (Isère), au sud de Grenoble. Doté d’une capacité de production de 120 stations par an, ce site de 2,6 hectares est attendu pour 2022-2023. Il nécessitera un investissement de 15 millions d’euros financés grâce aux 76 millions d’euros levés lors de son entrée sur Euronext.

- McPhy

McPhy multiplie ses capacités de production avec une nouvelle usine à Grenoble

En attendant que sa future usine de fabrication d’électrolyseurs à Belfort sorte de terre, la société drômoise McPhy (CA 2020 : 13,7 M€), spécialisée dans les équipements de production et de distribution d’hydrogène, se dote d’un nouvel outil industriel de 4 000 m² à Grenoble (Isère). Opérationnelle dès mars 2022, cette usine permettra à McPhy de multiplier sa capacité de production par sept à 150 stations fabriquées par an. Une centaine d'emplois sera créée. L’activité R & D de la PME, située à La Motte-Fanjas (Drôme), sera déplacée à Grenoble, tout comme l’installation d’une ligne de test destinée à optimiser la fabrication en série de ses électrolyseurs.

Philibert Savours, spécialiste du levain, investit 15 millions dans une nouvelle usine

Voilà trente ans que Philibert Savours (CA 2020 : 12 M€ ; 47 salariés), produit du levain naturel (sans OGM, colorants, ni conservateurs artificiels). Un pari qui commence à payer pour la société qui va construire un second site de 4 000 m2 à Crottet (Ain), grâce à un investissement de 15 millions d’euros. La construction de cette usine, qui se veut exemplaire d’un point de vue environnemental, est soutenue à hauteur de 2,7 millions d’euros par l’État dans le cadre du plan de relance. Le reste est financé en fonds propres. Avec deux lignes supplémentaires, qui devraient commencer à sortir de terre début 2022, la capacité de production passera de 3 000 à 9 000 tonnes.

Le chocolatier espagnol Natra investit près de 10 millions d’euros à Saint-Etienne

Spécialiste du chocolat en marque blanche, le groupe espagnol Natra (CA 2020 : 450 M€) va engager une modernisation profonde de sa seule usine française (CA 2020 : 45,8 M€ ; 92 salariés), basée à Saint-Etienne. Un investissement global de près de 10 millions d’euros qui permettra de porter la capacité de production du site de 9 500 à 13 000 tonnes de tablettes par an. Capacité à laquelle il faut rajouter les 3 000 tonnes de chocolat de couverture dédiées au marché des professionnels, une activité qui avait été stoppée il y a deux ans. Moins énergivores, les futures installations viendront conforter le site stéphanois dans son statut de plus grosse unité de production du groupe.

L’École La Mache met 20 millions d’euros dans un projet immobilier à visée pédagogique

Installée dans le 8e arrondissement de Lyon, l’École La Mache (300 salariés ; 1 200 élèves de la 3e à Bac +5) lycée technique et professionnel, investit 20 millions d’euros dans un projet d’agrandissement et de réhabilitation majeur, financés à hauteur de 6 millions d’euros par une subvention régionale, 4 millions d’euros par du mécénat et le reste par un apport en fonds propres et des prêts bancaires. Spécialisé dans la formation aux métiers de l’industrie et du bâtiment, l’établissement se dotera, d’ici 2024, de 4 700 m² supplémentaires tout en rénovant 2 300 m² de bâtiments existants. Le futur bâtiment accueillera les formations supérieures proposées par l’établissement, doté de chambres d’étudiants et d’un espace de coworking de 80 m². "Nous souhaitons attirer 300 élèves supplémentaires d’ici à 2024 et développer notre offre de formation", explique Louis Landrot, président de la fondation La Mache.

Klépierre va investir 23 millions d’euros à Centre Deux

Propriétaire du vieillissant Centre Deux à Saint-Etienne, le groupe immobilier Klépierre va investir 23 millions d’euros dans la rénovation de son centre commercial. Engagé il y a quelques semaines, ce vaste lifting devrait durer 14 mois, pour une livraison prévue au dernier trimestre 2022. Klépierre entend rajeunir et apporter une ambiance plus cosy à ce centre commercial créé en 1979. La façade extérieure bénéficiera elle aussi d’un coup de jeune avec un habillage en voile métallique micro-ajouré et rétroéclairé.

Auvergne Rhône-Alpes # Industrie # Agroalimentaire # Chimie # Production et distribution d'énergie # Immobilier # Santé # Investissement
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise MANUFACTURE FRANCAISE DES PNEUMATIQUES MICHELIN