Lyon

Pharmacie

Boehringer Ingelheim engage 100 millions d'euros supplémentaires à Lyon

Par Pierre Lelièvre, le 08 octobre 2021

Le géant allemand de la santé humaine et animale Boehringer Ingelheim investit 100 millions d’euros en complément des 200 millions d’euros engagés en 2019 pour son site dédié à la santé publique vétérinaire de Jonage (Rhône). Objectif : augmenter les capacités de production, de stockage et adapter les futures lignes à d’autres maladies.

Boehringer Ingelheim aura au total investi plus de 300 millions d’euros sur le site de Jonage, près de Lyon.
Boehringer Ingelheim aura au total investi plus de 300 millions d’euros sur le site de Jonage, près de Lyon. — Photo : Pierre Lelièvre

Il y a tout juste deux ans, le groupe allemand Boehringer Ingelheim (CA 2020 : 19,6 Md€ ; 52 000 salariés dans le monde), spécialisé dans les vaccins vétérinaires, annonçait un investissement de 200 millions d’euros sur la Zac des Gaulnes à Jonage, dans la métropole lyonnaise, pour la construction d’un nouveau site de production et d’une réserve stratégique de vaccins vétérinaires dédiés à la lutte contre les épidémies de fièvre aphteuse et de fièvre catarrhale ovine.

Vingt-quatre mois plus tard et alors que le chantier est presque terminé, le groupe remet au pot et engage un investissement de 100 millions d’euros supplémentaires, a annoncé le 8 octobre Erick Lelouche, président de Boehringer Ingelheim France, qui accueillait à Jonage la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

La ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher lors de la visite des installations de Boehringer Ingelheim à Jonage le 8 octobre 2021.
La ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher lors de la visite des installations de Boehringer Ingelheim à Jonage le 8 octobre 2021. - Photo : Pierre Lelièvre

Adapter une production à de nouvelles maladies

"Avec ce nouvel investissement, nous allons augmenter nos capacités de production et de stockage et adapter les lignes de production à d’autres maladies, notamment les vaccins porcins et aviaires", souligne Erick Lelouche, qui compte "anticiper plus efficacement les futures épidémies".

Sur l’emprise de quatre hectares où sont bâtis les deux bâtiments d’une surface totale de 15 000 m², Boehringer Ingelheim va donc adapter un outil qui n’est pas encore entré en production. La mise en service du complexe industriel est attendue pour 2023, avec jusqu’à 600 millions de mono-doses produites par an de vaccins contre la fièvre aphteuse ou la fièvre catarrhale ovine.

Les principes actifs sont produits dans ces grandes cuves enterrées de plus de 11 000 litres.
Les principes actifs sont produits dans ces grandes cuves enterrées de plus de 11 000 litres. - Photo : Pierre Lelièvre

Le site, dans sa version initiale, accueillait déjà une capacité de stockage d’antigènes permettant de réduire les délais dans la production de vaccins de plusieurs mois (6 à 9 mois) à seulement quelques jours (5 à 11 jours). Cette banque d’antigènes va être augmentée. Plus d’une centaine d’emplois hautement qualifiés seront créés dès la mise en service du site.

Une partie de l’investissement servira également à financer les trois mois de retard pris par le chantier avec la crise du Covid-19. 150 entreprises ont travaillé sur le site au plus fort du chantier.

1 500 salariés dans la région lyonnaise

Le géant allemand bâtit ainsi dans la métropole lyonnaise un complexe pharmaceutique de haute technologie. Doté d’un laboratoire confiné, de systèmes de traitement et de filtration des effluents de production et de l’air, de cuves automatisées de 11 000 litres, l’ensemble de bâtiments est déjà bien avancé. "Nous sommes en phase de réception, il nous restera à réaliser l’étape de qualification des procédés de production pour obtenir, l’an prochain, l’autorisation d’exploitation", précise Lionel Badarous, directeur du site.

Ce nouvel engagement financier de Boehringer Ingelheim, qui a investi plus de 500 millions d'euros investis depuis 2016 en France, fait de l’agglomération lyonnaise un territoire clé dans la stratégie de développement du groupe allemand. Le groupe détient quatre sites industriels, de R & D et tertiaires dans le Rhône (Lyon Gerland, Lyon Porte des Alpes, Jonage et Lentilly) et un dans l’Ain (Saint-Vulbas). Il y emploie plus de 1 500 salariés sur les 2 362 du groupe en France (sur dix sites). La filiale française du groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 405 millions d'euros en 2020.

Boehringer Ingelheim aura au total investi plus de 300 millions d’euros sur le site de Jonage, près de Lyon.
Boehringer Ingelheim aura au total investi plus de 300 millions d’euros sur le site de Jonage, près de Lyon. — Photo : Pierre Lelièvre

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail