Région Sud

Agroalimentaire

Malgré la crise sanitaire, la Chocolaterie de Puyricard ouvre de nouvelles boutiques

Par Didier Gazanhes, le 25 février 2021

Résistant à la crise sanitaire notamment grâce à la montée des ventes sur Internet, la Chocolaterie de Puyricard, installée près d’Aix-en-Provence, ouvre de nouvelles boutiques.

De gauche à droite, les trois générations de dirigeants de la Chocolaterie : Anne-Marie, Solène et Tanguy Roelandts.
De gauche à droite, les trois générations de dirigeants de la Chocolaterie : Anne-Marie, Solène et Tanguy Roelandts. — Photo : Philippe DOIGNON

Même en pleine crise sanitaire, la Chocolaterie de Puyricard ne cesse de se développer. À la fin de l’année 2020, l’entreprise familiale créée en 1967 a ouvert deux nouvelles boutiques, à Saint-Raphaël (Var) et à Vedène (Vaucluse). " Nous poursuivons la création de magasins en fonction des opportunités, à un rythme raisonnable ", confie Solène Roelandts, la petite-fille des créateurs qui, d’ici deux ans, succédera à son père, Tanguy, l’actuel PDG.

Si la plupart des 22 boutiques de l’entreprise sont en propres, quatre sont en franchise, dont celle de Saint-Raphaël. " Nous n’avons pas vocation à être franchiseur. Ce n’est pas notre métier. Nous ne nous engageons que dans de véritables partenariats avec des personnes passionnées, convaincues par nos produits et notre entreprise. Une chose est certaine, nous voulons conserver plus de magasins en propre que de franchises. Notre préoccupation principale, c’est le produit. Quand on délègue la vente, il peut y avoir des prises de décision qui ne seraient pas les nôtres. Je pense que " quand on veut gagner de l’argent ", au final, c’est toujours le produit qui trinque… "

La qualité du produit demeure ainsi le credo de la chocolaterie qui vend des chocolats haut de gamme. " Nous ne mettons que peu de sucre et aucun additif. Nos produits ont ainsi une durée de vie de trois semaines. Nous ne congelons aucun chocolat. Les livraisons aux magasins sont hebdomadaires et nous les réapprovisionnons par notre propre flotte de véhicules ".

120 tonnes de chocolat par an

Au total, la chocolaterie produit 120 tonnes de chocolat par an. Afin de diversifier ses gammes, l’entreprise a également intégré la fabrication de calissons, de guimauve, et de glace en 2013, puis de biscuit en 2016. " Nous rajoutons de nouveaux produits au fur et à mesure. Plus personne n’est mono produit de nos jours et cela permet de mieux lisser notre chiffre d’affaires qui est fortement saisonnier, à Noël et Pâques ". 45 % du chiffre d’affaires est ainsi réalisé en trois semaines courant décembre et 25 % lors des vacances de Pâques. Pour préparer les fêtes de fin d’année, l’effectif de la chocolaterie passe de 87 salariés à près de 350 personnes, réparties entre production et vente.

Outre les boutiques, la chocolaterie assure la distribution de ses produits via son site internet. Avant la crise sanitaire, le site internet représentait l’équivalent d’une boutique moyenne et se plaçait en neuvième position sur les 22 sites de l’entreprise. Aujourd’hui, le site représente la troisième boutique de l’entreprise. " Internet a compensé les pertes enregistrées en 2020 par les boutiques, notamment durant les confinements. L’été a également été une période de forte activité, contrairement à une année normale. À la clôture de nos comptes, fin août, nous n’avions reculé en termes de chiffre d’affaires que de 5 %. Nous sommes un produit haut de gamme, artisanal et local ce qui nous a permis de bien résister… ", conclut Solène Roelandts.

De gauche à droite, les trois générations de dirigeants de la Chocolaterie : Anne-Marie, Solène et Tanguy Roelandts.
De gauche à droite, les trois générations de dirigeants de la Chocolaterie : Anne-Marie, Solène et Tanguy Roelandts. — Photo : Philippe DOIGNON

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail