Région Sud

Banque

Crédit Agricole Provence Côte d’Azur veut accélérer pour inventer une nouvelle économie

Par Olivia Oreggia, le 19 mai 2022

Avec un chiffre d’affaires à 487 millions d’euros en 2021, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur voit son modèle de développement renforcé. À rebours de certains de ses concurrents, la banque régionale mise sur plus de proximité au travers de ses agences, et sur un engagement plus fort en faveur en faveur d’une économie décarbonée.

De gauche à droite : José Santucci, directeur général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur ; Thierry Hardy, directeur général adjoint ; Marie Nghiem, maire du Village by CA Provence Côte d’Azur ; Stéphane Benoussaïd, directeur marketing ; Christian Moutte, président du Crédit Agricole PCA.
De gauche à droite : José Santucci, directeur général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur ; Thierry Hardy, directeur général adjoint ; Marie Nghiem, maire du Village by CA Provence Côte d’Azur ; Stéphane Benoussaïd, directeur marketing ; Christian Moutte, président du Crédit Agricole PCA. — Photo : Olivia Oreggia

Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur a enregistré un produit net bancaire de 487 millions d’euros en 2021, en très légère hausse par rapport à 2020. Mais plus encore que son chiffre d’affaires, c’est le nombre de ses clients que la banque mutualiste revendique haut et fort : bientôt un million de clients pour 2 millions de visites dans ses agences réparties dans les Alpes-Maritimes, le Var, les Alpes-de-Haute-Provence et Monaco.

50 000 nouveaux clients par an

"2021 et 2020 ont été deux années très contrastées mais intéressantes pour notre entreprise car elles ont validé notre modèle de développement basé sur la confiance, souligne José Santucci, directeur général. La satisfaction client passe par du contact. Aujourd’hui, nous créons donc des postes sur des métiers nouveaux et sur de la croissance organique."
Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur (2 744 collaborateurs) prévoit ainsi d’étoffer son réseau de 203 agences et quelque 100 points "relais CA" chez les commerçants affiliés. "Nous gagnons plus de 50 000 clients chaque année, précise Thierry Hardy, directeur général adjoint. Notre politique tranche avec la plupart de nos concurrents qui rationalisent, regroupent des agences ou en ferment."

11 millions d’euros distribués chaque jour

Un modèle qui se veut aussi plus "vert". "C’est un vrai changement parmi nos clients : ils affichent désormais leur préoccupation sur les sujets RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises, NDLR). Quand on parle crédit immobilier, ils se renseignent sur la performance énergétique du bien concerné, quand on parle d’épargne, ils arbitrent leurs choix par rapport à des solutions qui leur semblent plus vertueuses ou responsables."

José Santucci est directeur général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur.
José Santucci est directeur général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur. - Photo : Olivia Oreggia

Et le Crédit Agricole PCA entend bien jouer un rôle au cœur de cette économie décarbonée, lui qui revendique distribuer chaque jour quelque 11 millions d’euros de financement sur son territoire. "Nous entrons dans une période incertaine, avec des ruptures profondes : inflation, hausse brutale des taux d’intérêt, difficultés de recrutement… À court terme, nous aurons besoin d’accompagner le territoire. À moyen terme, on a une économie à réinventer. Le Covid ou la guerre en Ukraine amènent beaucoup d’interrogations sur cette économie mondialisée, à flux tendu. Il nous faut remettre en avant des circuits courts et réinventer nos capacités de production, le tout dans un challenge mondial : cette économie devra être décarbonée."

Vers la neutralité carbone

Ainsi le Crédit Agricole PCA vise la neutralité carbone en 2050, pour elle-même et pour l’ensemble de ses activités. La banque prévoit ainsi de participer au déploiement de la mobilité douce en déployant un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques près de ses agences. Elle a également lancé un appel d’offres auprès des particuliers et des entreprises autour de la protection du climat, dont les 16 lauréats se partageront une enveloppe de 100 000 euros.
Enfin, elle pourra s’appuyer sur un autre levier déployé ces dernières années : l’innovation, via notamment son Village by CA situé installé au cœur de Sophia Antipolis, qui portera des projets ancrés dans la transition énergétique et environnementale. Et de citer en exemple Mycophyto, deeptech de l’écosystème sophipolitain fondée en 2017, qui travaille à développer des synergies naturelles entre les plantes et les micro-organismes du sol comme alternative aux pesticides.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition