Alpes-Maritimes

Énergie

Avec sa nouvelle filiale SEV, le groupe Ragni veut aider les territoires à être connectés

Par Olivia Oreggia, le 01 décembre 2022

Le groupe Ragni, spécialiste azuréen de l’éclairage public, a créé une nouvelle entité baptisée SEV. Cette entreprise s’engage à accompagner les collectivités, tant sur le plan technologique qu’humain, dans leurs transitions énergétique, environnementale et numérique.

Aux côtés des dirigeants du groupe Ragni (Jean-Christophe, Marcel et Stéphane Ragni), Thierry Suzanne a présenté SEV à la ministre de la Transition énergétique lors du Salon des maires 2022 à Paris.
Aux côtés des dirigeants du groupe Ragni (Jean-Christophe, Marcel et Stéphane Ragni), Thierry Suzanne a présenté SEV à la ministre de la Transition énergétique lors du Salon des maires 2022 à Paris. — Photo : Ragni

Spécialisé depuis 95 ans dans la conception et la fabrication de solutions d’éclairage public, le groupe Ragni (160 salariés, 60 M€ de chiffre d’affaires), basé à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), lance une nouvelle filiale baptisée SEV. L’objectif est d’accompagner les collectivités dans leur transition énergétique au sens large. L’offre intègre évidemment l’éclairage, compétence historique des communes, mais pas seulement. "Nous adressons, pour démarrer, une dizaine de cas d’usages centrés essentiellement sur la gestion des énergies - électricité, eau, gaz -, la qualité de l’air, la gestion des déchets, la mobilité ou la supervision des bornes de recharge électrique, égraine Thierry Suzanne, cofondateur et directeur commercial de SEV. Nous réunirons les données et la qualité d’analyse sur une même plateforme."

Quand la technologie s’adapte aux besoins

L’entreprise s’adosse pour ce faire à une quinzaine de start-up spécialisées réparties dans toute la France, parmi lesquelles IoThink, basée elle aussi à Cagnes-sur-Mer. "Ces entreprises ne se parlaient pas il y a encore trois mois ! Chacun travaillait sur sa partie propre. Mais tout le monde a bien compris l’enjeu", appuie Thierry Suzanne. Un enjeu de taille et d’avenir, accentué par l’explosion des prix de l’énergie.

En France, plus de 40 % des points lumineux ont plus de 25 ans. "Alors que le parc national d’éclairage public français est généralement considéré comme vétuste, les collectivités ont une connaissance insuffisante de leurs installations", pointait en 2021 la Cour des comptes dans son rapport annuel. Mais pour ces collectivités, notamment les plus petites, opérer une transition énergétique ne passe pas seulement par le remplacement de matériel vétuste, énergivore ou inadapté. Il leur faut aussi s’y retrouver dans le foisonnement d’offres technologiques qui peuvent leur être proposées et qui engagent le denier public.

"L’éclairage public a beaucoup évolué ces dernières années, vivant une révolution que d’autres marchés vont connaître, reprend Thierry Suzanne. On dit désormais à ceux qui changeaient une ampoule que tout doit désormais être connecté, relié à Internet ! Or, les offres manquent souvent de flexibilité, d’ouverture. Il faut comprendre le projet du territoire, connecter les usages aux usagers. Ce n’est pas aux villages de s’adapter à la technologie."

Accompagnement et équipe dédiée

C’est donc cet accompagnement qui propose désormais SEV en s’appuyant sur la cinquantaine de personnes que regroupent ses partenaires ainsi que sur le réseau du groupe Ragni. En cas de problème technique, une fois le système installé, le client pourra ainsi compter sur une équipe dédiée, y compris dans les territoires ruraux, loin des ressources des grandes métropoles. Au terme de "smart city", Thierry Suzanne lui préfère ainsi celui de "territoire connecté".

2023 verra les premières installations pilotes. Les équipes de SEV seront structurées en conséquence, y compris à l’export où le groupe Ragni est présent. Dans un second temps, l’offre devrait logiquement adresser aussi les secteurs tertiaire et secondaire.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition