Hérault

Agroalimentaire

Le Petit Béret lance un concept vino-touristique au Château Milhau près de Béziers

Par Anthony Rey, le 05 juillet 2022

Productrice de boissons au goût de vin sans alcool, la PME Le Petit Béret investit dans un premier domaine de 3 hectares près de Béziers pour créer un pôle oenotouristique. Exploitant son savoir-faire unique en fermentation, elle lancera aussi une gamme de spiritueux d’ici la fin de l’année.

Le Petit Béret vend sa boisson au goût de vin sans alcool dans 41 pays dans le monde.
Le Petit Béret vend sa boisson au goût de vin sans alcool dans 41 pays dans le monde. — Photo : Le Petit Béret

Le pari un peu fou lancé en 2015 par Le Petit Béret (12 salariés, CA 2021 : 3 M€) – produire une boisson au goût de vin sans alcool au cœur du Languedoc-Roussillon, premier bassin viticole au monde – prend une nouvelle dimension avec l’acquisition d’un premier domaine. La PME héraultaise, transférant son siège social à l’occasion, a fait l'acquisition du Château Milhau-Lacugue à Puisserguier, près de Béziers.

Un concept vino-touristique

Le site, d’une superficie totale de 3 hectares, intègre un caveau et un gîte (6 chambres d’hôtes) qui formeront le pôle oenotouristique de l’entreprise. L’acquisition porte sur le bâti, et non les vignes aux alentours, à l’exception d’un hectare. Après avoir reçu quelques délégations venues des États-Unis, des Émirats arabes et du Japon au cours des derniers mois, le château ouvrira au grand public cet été.

Le Petit Béret continue à décliner son concept, dans une démarche pédagogique couvrant à la fois le vin (rouge, blanc et rosé), la gastronomie et la santé.

"Avec un million de visiteurs réguliers sur notre site web, nous recevions beaucoup de demandes d’amateurs voulant découvrir notre savoir-faire. Dans ce château, nous leur offrons une expérience vino-touristique allant de la vigne au verre. Nous leur montrerons les accords entre mets et vins que nous avons été les premiers à imaginer avec nos produits. Ils découvriront aussi notre démarche d’oenosanté, car les pépins de raisin, qui contiennent des polyphénols, ont des effets bénéfiques en santé connus de longue date", égrène Fathi Benni, PDG du Petit Béret.

Nouvelles offres sans alcool

La PME biterroise utilise une technologie propriétaire, mise au point en collaboration avec l’Institut national de la recherche agronomique, lui assurant une production sans fermentation alcoolique. Elle va étendre sa gamme en exploitant ce savoir-faire unique : après les vins et les effervescents, elle développe des bières depuis 2021, dont elle a déjà écoulé 500 000 bouteilles. Elle se tourne aussi vers les spiritueux, avec pas moins d’une dizaine de lancements programmés d’ici la fin 2022. "Toute la R & D bâtie autour de la fermentation sans alcool peut être dupliquée pour chaque nouveau produit. Nous avons démarré avec le raisin, puis nous avons abordé la brasserie en appliquant notre procédé au malt, à l’orge et au houblon. Même démarche en botanique : nous lançons des spiritueux sur la base des hydrolats que nous avons développés grâce à ce process", commente Fathi Benni.

Les perspectives commerciales sont bonnes : le Petit Béret, qui vend déjà ses vins dans 41 pays, va donc accroître sa dimension internationale avec de nouveaux produits. L’entreprise, qui table sur une progression de 50 % en 2022, va tripler ses effectifs dans les cinq ans à venir, portée par la croissance du segment sans alcool dans le commerce et la grande distribution. Fathi Benni, qui revendique le titre de pionnier en viticulture sur ce marché, s’en remet à des indicateurs en hausse constante : "Les dosettes de café ont bénéficié, au cours des vingt dernières années, du plus fort taux de pénétration commerciale, avec des pics incroyables d’environ 20 %. La bière sans alcool est désormais le produit qui se rapproche le plus de ce taux."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition