Lyon

Immobilier

Le marché de l’immobilier d’entreprise lyonnais attractif mais en tension

Par Déborah Berthier, le 17 juin 2022

La dynamique est bonne sur le marché de l’immobilier d’entreprise à Lyon en 2022. Qu’il s’agisse des bureaux, des locaux d’activité ou des entrepôts. Mais le manque de foncier tire les prix à la hausse et oblige les entreprises à s’éloigner du centre de la métropole.

La dynamique du marché des bureaux est notamment tirée par la construction du futur bâtiment de la Cité administrative d'État dans le quartier de la Part-Dieu.
La dynamique du marché des bureaux est notamment tirée par la construction du futur bâtiment de la Cité administrative d'État dans le quartier de la Part-Dieu. — Photo : Pierre Lelièvre/JDE

Dans la métropole lyonnaise, les voyants sont au vert en cette année 2022 pour l’immobilier d’entreprise. "Lyon est toujours aussi attractive", confirme Loïc de Villard, président de la Fnaim Entreprises, en marge du Carrefour de l’immobilier d’entreprise organisé par la CCI Lyon Métropole en juin 2022.

+23 % de mètres carrés commercialisés

C’est notamment le cas sur le marché des bureaux où, après un début 2021 compliqué et une fin d’année dynamique, 2022 apparaît comme une année "excellente", analyse Stéphane Julien, directeur du département Bureaux de JLL Lyon, évoquant une hausse de 23 % du nombre de mètres carrés commercialisés au premier trimestre 2022 par rapport à la moyenne décennale.

Une dynamique notamment tirée par la construction du futur bâtiment de la Cité administrative d’État (19 000 m2) au cœur du quartier de la Part-Dieu, mais pas seulement. "Les grands acteurs se réveillent après deux ans de crise. Et l’immobilier est perçu comme un outil de transformation de l’entreprise, notamment en matière de RSE", analyse Stéphane Julien. Ainsi, les acteurs préfèrent installer leurs bureaux dans Lyon intra-muros ou à Villeurbanne, qui concentrent 80 % des transactions, de manière à favoriser les modes de transports doux et la proximité.

Les locaux d’activité sortent de la métropole

Sur le marché des locaux d’activité, à l’inverse, la tendance est à l’éloignement. "Un tiers de mètres carrés que nous avons commercialisés depuis le début de l’année est en dehors de la métropole, détaille Emmanuel Mazille, directeur général de Malsh Realty & Property. C’est l’un des faits marquants de ce début d’année."

La cause de ce nouveau phénomène : le manque de foncier dans la métropole. "Il y de moins en moins d’offre sur le marché et de moins en moins de permis sont délivrés", explique Emmanuel Mazille. Une pénurie qui entraîne également une hausse des prix, sur le marché du neuf comme de l’ancien. Et qui profite au marché de l’ancien et de la location.

Une pénurie de foncier

Sur le marché de la logistique, le manque de foncier est encore plus criant. "Nous n’avons enregistré aucune vente début 2022, pose Ludovic Da Silva, directeur logistique Sud France au sein du bureau Cushman & Wakefield France. Il n’y a plus d’offre. Et sur le marché locatif, les loyers atteignent des sommes qui auraient été inimaginables il y a cinq ans."

Loïc de Villard, de la Fnaim Entreprises, rappelle : "La région lyonnaise constitue le deuxième marché français pour l’immobilier logistique. Mais il faut libérer du foncier car nous rencontrons une forte rupture de stock", plaide-t-il, ne manquant pas d’exprimer ses inquiétudes quant à la politique de la Métropole en matière d’immobilier d’entreprise.

La collectivité a en effet annoncé l’abandon de la construction de nouveaux immeubles de grande hauteur dédiés aux entreprises. Et a mis en avant une stratégie d’implantation d’entreprises privilégiant certains secteurs stratégiques et une complémentarité avec les autres territoires de la région (Vallons du Lyonnais, Vienne, Villefranche, Roanne, Saint-Etienne, le Nord Isère) pour installer de nouveaux locaux.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition