Brest
Oceania Hotels se relance avec de nouveaux établissements
Brest # Restauration

Oceania Hotels se relance avec de nouveaux établissements

S'abonner

Grâce à une levée de fonds de 92 millions d’euros, le groupe hôtelier brestois Oceania Hôtels va reprendre son développement, interrompu par deux années de Covid. L’entreprise a déjà commencé à redresser la barre avec une croissance de 50 % de son chiffre d’affaires en 2022. Insuffisant cependant selon le président Gurvan Branellec, qui vise plus haut avec l’ouverture de trois nouveaux hôtels en 2024.

Gurvan Branellec, président du groupe brestois Oceania Hôtels — Photo : Isabelle Jaffré

C’est une nouvelle phase qui s’amorce pour Oceania Hotels (650 salariés, 67 M€ de CA) en 2023. Le groupe hôtelier brestois vient de réaliser une levée de fonds de 92 millions d’euros auprès d’un pool bancaire : Crédit Agricole du Finistère et Unexo, Crédit Mutuel Arkea, LCL, CIC Ouest et BPGO. "Ce sont des banques qui nous accompagnent depuis longtemps", remarque Gurvan Branellec, le président d’Oceania Hotels.

Remontée nécessaire

Cette levée de fonds va permettre à l’entreprise de retrouver des liquidités au moment où elle amorce une remontée de son chiffre d’affaires. En 2020, à cause de la crise du Covid, Oceania Hotels avait en effet perdu 60 % de son chiffre d’affaires. En 2021, elle atteignait 41,7 millions d’euros de revenus. "2022 a été une très bonne année avec 50 % de croissance mais ce n’est pas un exploit", souligne le dirigeant. Avec 67 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière, l’entreprise n’a pas retrouvé complètement le niveau de 2019, à 75 millions d’euros. "Cette performance au-delà du niveau du marché était une nécessité pour se relever de la crise. Nous avons beaucoup souffert pendant deux ans et les quatre premiers mois de 2022 ont été compliqués. L’activité s’est heureusement accélérée par la suite", se souvient-il.

2023 sera donc une année de transition pour Oceania Hotels avec le démarrage de nombreux chantiers de rénovation. "Cela nous permettra d’ouvrir trois nouveaux hôtels en 2024. En 2025, nous serons dans la consolidation avec un fonctionnement à plein régime", précise Gurvan Branellec. Le groupe détient aujourd’hui 31 hôtels, dont 28 sont en exploitation en ce printemps 2023 et trois en travaux.

Le grand escalier Art Déco du Conti à Brest a été rénové avec le reste de l'hôtel — Photo : Oceania Hotels

Le groupe a, par exemple, démarré les travaux du futur Oceania de Lille (88 chambres). Monument classé du patrimoine lillois, l’ancien siège social de la banque Scalbert-Dupont, va être transformé en établissement 4 étoiles avec un espace bien-être (spa, sauna, salle de fitness et salles de massage). Une piscine sera aménagée au milieu de l’ancienne salle des coffres-forts. L’ouverture de cet hôtel Oceania Les Augustins est prévue en juin 2024, à l’occasion des Jeux de Paris 2024.

L’enseigne se développe aussi dans d’autres grandes villes françaises. À Lyon, le groupe a choisi un esprit boutique hôtel pour son Oceania 3 étoiles de 72 chambres avec un grand lobby ouvert sur un jardin terrasse et un restaurant. L’ouverture est prévue en octobre 2024. À Paris, Porte de Clichy, les premières études seront lancées cette année pour rénover intégralement l’hôtel de 170 chambres sous la marque Oceania en trois ou quatre étoiles pour être prêt courant 2025.

Saisir les opportunités

En Bretagne, le Conti à Brest vient de rouvrir après 18 mois de travaux. L’hôtel Oceania 4 étoiles de Saint-Malo va connaître à son tour une rénovation complète des chambres avec notamment la création d’une grande suite avec vue mer. L’établissement fermera ses portes au plus tard en novembre de cette année pour environ six mois de travaux. La réouverture est prévue au printemps 2024. "Nous réfléchissons aussi à des travaux pour notre hôtel Oceania du centre de Brest", précise Gurvan Branellec. Oceania Hotels est également toujours positionné sur le projet d’hôtel près de l’aéroport de Brest. "C’est toujours d’actualité. La balle est dans le camp de la CCI qui gère l’aéroport et la Région Bretagne, qui en est la propriétaire", précise-t-il.

Les chambres de l’hôtel Oceania de Saint-Malo vont être rénovées — Photo : Oceania Hotels

Oceania Hotels poursuit par ailleurs le développement de sa marque lancée en 2014 : Nomad Hotels, dont le concept est "écoresponsable et connecté". "C’est un peu l’inverse du low cost, où l’on part de peu et on se retrouve, au final, à payer tout un tas d’options supplémentaires, explique le dirigeant. Avec Nomad Hotels, le client peut bénéficier de réduction s’il consomme moins d’eau, réserve longtemps l’avance, ne fait pas changer ses draps tous les jours pour les séjours courts, etc." Après Roissy et Le Havre, la construction d’un établissement de 106 chambres a commencé sur un terrain jouxtant la gare de Dijon. L’ouverture est prévue pour le deuxième trimestre 2024.

"Chaque hôtel s’inscrit dans une ville et son histoire. Nous nous adaptons à chaque situation", indique Gurvan Branellec. Le patron reste ainsi à l’affût d’autres opportunités. "L’hôtellerie est en métier difficile et il faut être opportuniste, au bon sens du terme." Oceania Hotels a d’ailleurs deux nouveaux projets dans ses cartons. "Rien n’est signé. Il est donc trop tôt pour en parler en détail", sourit-il.

Recrutement problématique

La croissance d’Oceania est cependant bridée par ses problèmes de recrutement. "Faute de personnel suffisant, nous avons été contraints de fermer certains services de restauration, ce qui est toujours difficile à accepter", note le dirigeant. Serveurs, cuisiniers, femmes de chambres mais aussi comptables et autres fonctions supports : tous les métiers sont concernés par cette pénurie de main-d’œuvre. Et le recours à davantage d’alternances ne suffit pas à pallier le problème. "On peine à trouver des gens motivés pour apprendre ces métiers", regrette le chef d’entreprise, bien conscient de la pression mise sur ses équipes en place. "Nous avons la chance d’avoir des collaborateurs investis qui ont su donner un coup de collier quand il a été nécessaire de compenser", insiste-t-il.

En 2023, Oceania poursuit sa remontée. "Nous faisons un début d’année intéressant même si la croissance reste fragile dans ce secteur très malmené. Notre activité dépend beaucoup d’éléments extérieurs", affirme le président. Le groupe doit d’ailleurs s’adapter aux bouleversements du marché que la crise Covid a entraînés. Alors que sa clientèle était composée à 70 % de professionnels et 30 % de loisirs avant 2020, ce ratio se rééquilibre aujourd’hui. "Notre clientèle loisirs prend de l’importance. Nous avons de plus en plus de clients locaux à venir dans nos établissements pour s’offrir un bon moment sans aller trop loin de chez eux, décrit-il. D’où l’idée de développer des services comme le spa, la piscine, etc. À nous de nous adapter à cette nouvelle clientèle."

Brest # Restauration # Hôtellerie # Tourisme # Services