Bas-Rhin

Agroalimentaire

La brasserie La Licorne soigne sa consommation d’énergie

Par Lucie Dupin, le 13 mai 2022

À Saverne, la brasserie alsacienne La Licorne a ouvert une démarche de réduction de sa consommation d’eau et d’énergie. Sa pratique RSE vient d’être reconnue par le label Alsace Excellence et l’industriel s’est engagé auprès de l’Agence de l’eau Rhin Meuse pour la préservation des ressources.

Fabrice Schnell, directeur technique de La Licorne, travaille avec son équipe à la réduction de l’empreinte énergétique de la brasserie.
Fabrice Schnell, directeur technique de La Licorne, travaille avec son équipe à la réduction de l’empreinte énergétique de la brasserie. — Photo : La Licorne

C’est l’une des activités de l’industrie agroalimentaire les plus énergivores, la fabrication de la bière, qui "utilise à la fois des circuits de chauffe et de refroidissement", note Fabrice Schnell, directeur technique à la brasserie La Licorne à Saverne (Bas-Rhin) (CA : 100 millions d’euros ; 160 collaborateurs). Depuis 2019, la brasserie, appartenant au groupe allemand Karlsberg, a ainsi voulu repenser sa consommation de ressources et a procédé à des investissements productifs. "Notre transition vers la sobriété énergétique a commencé en 2019 avec le remplacement de notre ancienne installation dotée de compresseurs à ammoniac par un groupe d’eau glacée pour refroidir la bière. Nous récupérons des calories pour préchauffer l’eau à 45 degrés venant de la compression des moteurs, ce qui était perdu avec l’ancien système", détaille Fabrice Schnell. En 2021, la brasserie a aussi installé un condenseur échangeur pour récupérer des fumées de combustion à 200 degrés. "Aujourd’hui, nous atteignons les 92 % d’autonomie en eau chaude utilisée pour la fabrication et le nettoyage dans la brasserie", évalue Fabrice Schnell. La brasserie réalise ainsi 25 % d’économie d’énergie au niveau du brassage.

Cinq millions d’euros d’investissement

La Licorne a également travaillé à la réduction de sa consommation en eau avec, entre autres, une refonte de ses logiciels pour réguler de manière intelligente les deux lignes de pasteurisation et l’installation d’un osmoseur en entrée de chaudière vapeur pour améliorer la qualité de l’eau,"soit une économie d’environ 50 000 mètres cubes d’eau par an", selon Fabrice Schnell. La Licorne consomme désormais trois litres d’eau par litre de bière produite alors que la moyenne du secteur est à cinq litres d’eau. L’investissement pour l’ensemble de ces améliorations de l’outil productif est évalué à environ cinq millions d’euros, dont 30 % sont subventionnés à travers le dispositif des certificats d’énergie. "Le changement vers cette transition énergétique était nécessaire", pointe Fabrice Schnell. Le dirigeant reconnaît aussi que "certains chantiers n’auraient pas pu être menés à court terme sans ces aides".
La marque Alsace, pilotée par l’Adira, a récemment attribué à La Licorne le label Alsace Excellence. Celui-ci repose sur un audit mesurant des critères de performance économique, éthique sociale et environnementale. La Licorne ne compte pas s’arrêter là dans sa démarche RSE. Elle a été la première industrie à signer un contrat "Eau et Climat" en juillet 2021 avec l’Agence de l’eau Rhin Meuse pour favoriser la réduction de ses consommations énergétiques et la préservation des ressources. La brasserie mène actuellement une étude pour récupérer l’énergie des effluents et installer des panneaux photovoltaïques pour son autoconsommation. La Licorne brasse environ 900 000 hl par an et distribue sa production principalement en France, à 70 % dans les grandes et moyennes surfaces et à 30 % dans les cafés, hôtels et restaurants.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition