Haute-Garonne

Innovation

Sunbirds invente le drone solaire super-autonome

Par Fleur Olagnier, le 23 octobre 2019

Sunbirds est la première société au monde à commercialiser un drone solaire capable de voler jusqu'à 8 heures sans interruption. Ce "mini Solar Impulse" a déjà séduit plusieurs fermes australiennes et exploitations forestières en Afrique pour la surveillance des cultures.  

Laurent Rivière, président et fondateur de Sunbirds.
Laurent Rivière, président et fondateur de Sunbirds, a imaginé un drone fonctionnant grâce aux rayons du soleil. — Photo : Sunbirds

Le créateur

Laurent Rivière a travaillé sur les satellites d’observation de la Terre SPOT 6 et SPOT 7 pour Astrium (aujourd’hui Airbus DS). En 2015, il a l’idée d’utiliser les drones en complément des satellites dans le domaine de la surveillance aérienne. « À l’époque, les drones de petite taille n’étaient capables de couvrir qu’une centaine d’hectares à la fois de par leur faible autonomie. J’ai donc pensé à l’énergie solaire pour décupler le temps de vol », explique Laurent Rivière. Il crée ainsi la société Sunbirds à l’IoT Valley de Labège, pour se consacrer au développement de son « mini Solar Impulse » à la manière de Bertrand Piccard et André Borschberg.

Le concept

Opérationnel depuis 2018, le drone SB4 Phoenix de Sunbirds pèse 3,5 kg, mesure 3,2 m d’envergure et ses ailes sont recouvertes de cellules solaires. « L’utilisation du soleil permet à l’engin de voler jusqu’à huit heures d’affilée et ainsi de couvrir des milliers d’hectares de surface, souligne Laurent Rivière. Aujourd’hui, l’autonomie des drones d’observation concurrents ne dépasse pas une heure ». Ainsi, le SB4 Phoenix peut suivre sa feuille de route et prendre photos et vidéos sans intervention humaine pendant tout le temps de vol.

Parmi les premiers clients intéressés, on trouve les fermiers australiens qui possèdent souvent des surfaces agricoles colossales. « Chaque jour, les exploitants doivent, par exemple, vérifier que les milliers de têtes de bétail qu’ils élèvent et qui vivent en liberté sur leurs terres, aient bien un point d’eau à proximité. Jusqu’à présent, ils effectuaient cette surveillance par avion ou hélicoptère ! Avec un drone, le coût de cette opération est réduit de 90 % ». Malgré les 25 400 € à l’achat, le SB4 Phoenix suscite énormément d’intérêt et a également séduit plusieurs forestiers européens comme Interholco. L’engin permet en effet de mesurer l’impact en termes de déforestation à un moindre coût et de manière plus immédiate que via l’organisation d’audits.

Les perspectives

Sunbirds, qui ne souhaite pas communiquer sur son chiffre d’affaires, a déjà bénéficié de plusieurs augmentations de capital - montants confidentiels - et de subventions de la Région Occitanie, notamment sur la partie export. Laurent Rivière vient ainsi d’ouvrir un bureau en Australie et peaufine à présent l’accompagnement de ses clients, depuis l’achat du drone jusqu’au déploiement et l’exploitation des données. La société toulousaine propose également des drones plus classiques. Mais c’est bien grâce à son drone solaire, le seul au monde à être opérationnel, que Sunbirds entend devenir un acteur central dans la cartographie des grands espaces.

Laurent Rivière, président et fondateur de Sunbirds.
Laurent Rivière, président et fondateur de Sunbirds, a imaginé un drone fonctionnant grâce aux rayons du soleil. — Photo : Sunbirds

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.