Région Sud

Investissement

Les investissements qui marqueront 2021 en Région Sud 

Par Hélène Lascols, le 06 janvier 2021

Alors que la crise sanitaire du coronavirus frappe depuis mars 2020, certaines entreprises continuent malgré tout à croire en l’avenir et à investir. Tour d’horizon (non exhaustif) des projets d’investissements en Région Sud.

Le quartier de la gare de Toulon accueillera ses premiers bâtiments en 2021.
Le quartier de la gare de Toulon accueillera ses premiers bâtiments en 2021. — Photo : DR

Les projets dans les Bouches-du-Rhône

Sea TPI investit pour se déployer au niveau national

Portée par une croissance à deux chiffres depuis cinq ans, l’entreprise ciotadenne Sea TPI, fondée il y a plus de 20 ans poursuit ses investissements. Spécialisée dans la création et l’animation de 65 centres de services IT et renforcée dans ses choix stratégiques et dans son modèle par la crise sanitaire de la Covid-19, l’entreprise, présente à La Ciotat, Lille et Paris, va lancer la création d’un centre de services à Paris et entend doubler la capacité de son siège et de son centre de services à La Ciotat. Des investissements importants sont également prévus dans la formation à travers SEAcademy. Après avoir réalisé 23,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, son dirigeant Philippe Pelfort vise ainsi les 30 millions d’euros en 2022. Il espère doubler la taille de l’entreprise (300 salariés actuellement) en cinq ans et la déployer au niveau national.

Une usine à 60 millions d’euros sur le port de Marseille-Fos

Le port de Marseille Fos et le groupe suisse BMG (Building Material Group) viennent de signer le bail d’un terrain de 6 hectares au Caban à Fos-sur-Mer pour la construction d’une usine de fabrication de plaques de plâtre. L’activité de cette société consistera à chauffer puis broyer du gypse - minéral naturellement recyclable - pour obtenir du plâtre. Au total, 70 emplois seront créés et 60 millions d’euros seront investis pour construire cette usine, dont les travaux ont démarré en 2020 pour une mise en service en 2022. Le site sera capable de produire 30 millions de m² par an de plaques de plâtre, qui serviront à la réalisation de cloisons sèches, de plafonds, de gaines techniques et seront destinés aux grandes surfaces de bricolage, négociants de matériaux, vendeurs de panneaux et aux artisans européens.

Softway Medical investit 18 millions d’euros dans son nouveau siège social

L’entreprise construit son futur siège de 6 000 m².
L’entreprise construit son futur siège de 6 000 m². - Photo : Softway Medical

Positionnée depuis 20 ans comme hébergeur et intégrateur de solutions à destination des acteurs de la santé, l’entreprise Softway Medical, basée à Meyreuil dans les Bouches-du-Rhône, déménagera à la fin 2021 sur la commune de Fuveau. Une enveloppe de 17 à 18 millions d’euros sera consacrée à la construction de ce futur siège de 6 000 m², un bâtiment pensé en concertation avec les 500 collaborateurs du groupe pour « qu’il leur ressemble ». « Motivés par une forte croissance (15 à 20 % en 2020) et par le besoin d’accueillir de nouveaux talents (54 personnes intégrées au mois de septembre), nous voulons faire de ce bâtiment un vecteur de bien-être au travail », souligne Patrice Taisson, le président de Softway Medical. Imaginé comme un campus, ce bâtiment, à énergie positive et équipé d’une toiture photovoltaïque, sera le premier labellisé Effinergie de la région.

Synergie Family veut offrir une seconde vie à l’usine Ricard

Chez Synergie Family, une association marseillaise qui gère des centres de loisirs, des maisons pour tous et des centres sociaux, la crise du coronavirus n’a pas entamé les rêves des deux fondateurs, Laurent Choukroun et Frank Tortel. Après quatre années de croissance – l’association est passée de 3 à 400 collaborateurs, de 30 000 euros à 10 millions d’euros de volume d’activités - Synergie Family veut bâtir un tiers lieu dédié à l’innovation éducative au sein des locaux historiques de la société Ricard, situés à Sainte-Marthe, à Marseille. Ce projet a déjà un nom, L’Épopée, et pourrait ouvrir ses portes au premier semestre 2021. Sur 9 000 m², cet espace devrait abriter un écosystème d’incubation et d’entrepreneuriat en innovation éducative et sociale, un lieu de vie et d’expériences éducatives, artistiques et manuelles et un laboratoire à ciel ouvert réunissant le Sylab, destiné à expérimenter de nouvelles solutions d’ingénierie sociale, le lab RSE et un hub d’innovation éducative. Pour le concrétiser, la foncière solidaire Etic, Ici Marseille (manufactures solidaires et partagées), MCES (seul club professionnel e-sport basé dans la cité phocéenne) et deux structures d’accompagnement, Marseille solutions et Archipel & Co ont accepté de suivre l’association dans ce projet.

Technicoflor construit une nouvelle usine pour doubler la production

François-Patrick Sabater, fondateur de Technicoflor.
François-Patrick Sabater, fondateur de Technicoflor. - Photo : DR

Le créateur de parfums Technicoflor, basé à Allauch, dans les Bouches-du-Rhône, est en cours de construction de sa nouvelle usine. Sur un terrain de deux hectares, mitoyen de l’actuel site, sur lequel l’entreprise est installée depuis 1982, date de sa création par François-Patrick Sabater. Le nouveau site de production, qui s’étendra sur 3 500 m², permettra de doubler les capacités de production de l’entreprise et représente un investissement de 10 millions d’euros. « Nous produisons actuellement environ 900 tonnes. Quand le nouveau bâtiment sera opérationnel, nos capacités vont passer à 1 600 tonnes. La production sera totalement automatisée », confie Patrice Rouan, directeur général de l’entreprise. « Nous avons un besoin d’espace pour faire face à notre développement et livrer toujours plus rapidement nos clients. Nous aimerions tenir le délai de cinq jours entre la commande et la livraison. Nos clients travaillent en flux tendu et notre force c’est la réactivité », ajoute-t-il.

Nouveau siège social pour IES Ingrédients

La société IES Ingrédients (19 salariés – CA : 28,50 M€), basée à Allauch, dans les Bouches-du-Rhône distribue des matières premières pour la cosmétique, les parfums et les arômes. L’entreprise construit actuellement son nouveau siège social conjointement avec Technicoflor. « Nous allons passer de 600 m² à 2 600 m². Cela va notamment nous permettre de multiplier notre surface de stockage par cinq. Par ailleurs, nous disposerons de trois laboratoires qui développeront nos kits de présentation sur nos trois marchés (cosmétique, parfumerie et arôme) et nous pourrons ainsi offrir du sur-mesure à nos clients », se félicite Noël Poinsignon, qui dirige la PME. Au total, la PME commercialise plus de 650 matières premières et réalise 25 % de son chiffre d’affaires à l’export.

Florame veut booster sa production avec une nouvelle usine

Florame disposera d'une usine de 3 800 m² à la fin 2022.
Florame disposera d'une usine de 3 800 m² à la fin 2022. - Photo : DR

La société Florame, basée à Saint-Rémy-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône, et spécialisée dans l’aromathérapie et la cosmétique bio, vient d’acquérir 20 000 m² de terrain dans la zone de la Massane. Elle envisage de regrouper toutes ses équipes dans une nouvelle usine de 3 800 m² d’ici la fin 2022. Avec ce nouveau bâtiment de 5 000 m², l’entreprise triplera sa surface de production. « Ce projet est un investissement lourd de près de 5 à 6 millions d’euros, soit à peu près la moitié de notre chiffre d’affaires (11,50 M€ en 2019, NDLR). Les premiers produits devraient sortir des chaînes de production à la fin 2022. Il s’agit d’un vrai investissement, d’un vrai engagement sur le territoire », précise le directeur général Romain Ruth, dont la famille a acquis l’entreprise de 65 salariés au début des années 2000.

Tenergie lance un plan d’investissement de 2 milliards d’euros à trois ans

Après avoir enregistré une croissance de 112 % de son chiffre d’affaires entre 2018 et 2019, franchissant la barre des 200 M€, la société Tenergie, acteur français de l’énergie solaire, implanté à Meyreuil près d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, a engagé en 2020 un plan d’investissement de 2 milliards d’euros. Ce plan de croissance à trois ans portera sur le développement de nouvelles centrales de production, la conclusion de partenariats avec les développeurs pour accélérer ensemble la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique et l’acquisition de centrales existantes ou en cours de construction, comme l’acquisition en début d’année 2020 de 43 nouvelles centrales dans le Sud-Ouest.

Double investissement pour les chantiers navals

Le site des chantiers navals de La Ciotat génère un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros.
Le site des chantiers navals de La Ciotat génère un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros. - Photo : D.Gz

Le site de La Ciotat Shipyards (LCS), dans les Bouches-du-Rhône, qui compte déjà un ascenseur à bateaux de 2 000 tonnes, est en train d’aménager un second ascenseur de 4 000 tonnes, baptisé Projet Atlas, destiné aux yachts de plus de 80 mètres de long. L’outil, qui sera sous gestion publique et sera loué à des opérateurs privés, devrait voir le jour d’ici à l’été 2022. Le site des chantiers navals regroupe une trentaine d’entreprises et génère un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros, en croissance de 20 % entre 2018 et 2019.
En parallèle de cet investissement, les chantiers navals sont en cours de construction d’un village d’entreprises spécialisées, LCS Yachting Village. Cette zone de 12 000 m² de locaux accueillera principalement des ateliers (de 200 m² à 1 000 m², sur 8 000 m²) ainsi que des locaux tertiaires. « Actuellement, 60 % de la sous-traitance est effectuée par des entreprises locales. Nous souhaitons remonter ce taux à 80 %. Dans les 4 000 m² dédiés au tertiaire, nous allons réserver des espaces destinés à la formation », détaille Jean-Yves Saussol.
La Ciotat Shipyards va investir environ 100 millions d’euros dans la plateforme 4 000 tonnes et dans le village d’entreprises.

Les projets d’investissement dans le Var

Au printemps 2021, le futur pôle numérique de la capitale varoise

Jouxtant le nouveau quartier de la créativité et de la connaissance, inauguré cette année, le quartier de la gare de Toulon, en chantier, accueillera ses premiers bâtiments en 2021. Dans le quartier du Zénith, la métropole Toulon Provence Méditerranée et l’entreprise XL Datacenter devraient inaugurer au printemps 2021 un nouveau site de l’écosystème numérique métropolitain. Près de 3 millions d’euros ont été investis par XL Datacenter pour réaliser un hôtel d’entreprises du numérique (1 000 m²) et le premier data center du Var avec 120 baies informatiques. Cet espace apportera une réponse concrète aux entrepreneurs du numérique, « qui est devenu un secteur clé de l’avenir économique du territoire (labellisé FrenchTech en 2016, NDLR), un secteur en plein essor et créateur d’emplois », souligne Hubert Falco, président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée.

L’État investit 38 millions d’euros à Toulon

L'Etat engage la rénovation de 3 000 m² de bureaux à Toulon.
L'Etat engage la rénovation de 3 000 m² de bureaux à Toulon. - Photo : DR

Le quartier de la gare, à Toulon, poursuit sa transformation, sous la houlette du groupe Édouard Denis (retenu par Var aménagement développement). Ce dernier va réhabiliter la partie sud de l’îlot Montety et édifier un hôtel de 83 chambres, un immeuble de bureaux traditionnels et un espace de coworking et coliving de 5 500 m². Aux côtés de ce projet, financé par des fonds privés et dont la livraison est prévue pour 2022, l’État a fait l’acquisition et engage la rénovation de 3 344 m² de bureaux dans le cadre du Plan national de rénovation des cités administratives. Ce bâtiment, qui doit être livré en mai 2022, accueillera les services de la direction de services départementaux de l’Éducation Nationale. Le budget validé lors de la Commission Nationale de l’Immobilier Public de mai 2019 est de 38 millions d’euros.

Le groupe automobile Gemy s’installe à Signes

Le groupe de distribution automobile mayennais Gemy (1 300 collaborateurs, 700 M€ de CA 2019, 50 000 véhicules vendus en année plein), notamment présent en région Sud va créer une plateforme de reconditionnement des véhicules d’occasion à Signes, dans le Var. Ce projet, mené par Jean-Marc Butin, occupera un terrain de 6 hectares. Ce centre devrait employer 75 personnes à temps plein à sa mise en service et 200 en vitesse de croisière.

Les projets d’investissement dans les Alpes-Maritimes

Cannes : 1 million d’euros pour le musée du cinéma

Le Musée international du cinéma et du Festival de Cannes, dans les Alpes-Maritimes, attendu pour 2025 bénéficiera d’un investissement d’1 million d’euros de la Ville. Celle-ci a missionné l’établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie (Universcience) pour mener le projet. Le Musée prévoit un espace destiné aux entreprises du secteur qui y présenteront leurs activités, feront des démonstrations et inviteront des clients. En parallèle, la Ville de Cannes réalise un technopôle créatif de l’image de 80,2 millions d’euros d’investissements publics et privés comprenant un campus universitaire et un hôtel d’entreprises.

Mane investit 330 millions d’euros dans un nouveau centre de R & D

Fabricant d’arômes et de parfums, numéro 5 mondial du secteur, Mane (CA 2019 : 512,90 M€) va investir 30 millions d’euros dans l’extension de son site industriel du Bar-sur-Loup, siège social historique de l’entreprise familiale née en 1871 près de Grasse. Ce bâtiment de 10 000 m² permettra de réorganiser certaines activités de R & D et regroupera des infrastructures existantes. Mane compte une cinquantaine de centres de R & D dans le monde. Ce site celui-ci deviendrait le plus grand. Près de 1 500 collaborateurs travaillent au sein de l’entreprise dans les Alpes-Maritimes, plus de 6 600 dans le monde.

Mane va construire un bâtiment de 10 000m² sur son site de 14 hectares à la Sarrée, au Bar-sur-Loup.
Mane va construire un bâtiment de 10 000m² sur son site de 14 hectares à la Sarrée, au Bar-sur-Loup. - Photo : Sophie Sandrin - Mane

Sophia Antipolis lance son Pôle de l’innovation

La technopole de Sophia Antipolis devrait voir d’ici 2024 l’implantation de son Pôle de l’innovation, un ensemble de 9 000 m² présenté comme « le lieu emblématique de la fertilisation croisée en invitant chercheurs, entrepreneurs, étudiants, salariés et acteurs de l’accompagnement et de la création d’entreprise à inventer des collaborations », autour notamment d’enjeux à fort potentiel tels l’intelligence artificielle, le véhicule intelligent, le développement durable ou la performance énergétique des bâtiments. Ce projet majeur, estimé à près de 30 millions d’euros, doit démarrer en 2021. La Casa, la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis investira 12 millions d’euros, la région Sud, 5 millions d’euros.

Le quartier de la gare de Toulon accueillera ses premiers bâtiments en 2021.
Le quartier de la gare de Toulon accueillera ses premiers bâtiments en 2021. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail