Région Sud

Accompagnement

La CPME Sud lance un groupement de prévention agréé pour éviter le dépôt de bilan aux entreprises

Par Olivia Oreggia, le 26 avril 2021

La CPME Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur active un groupement de prévention agréé (GPA) sur l’ensemble du territoire régional. Ce dispositif permet aux petites entreprises en difficulté de bénéficier de conseils gratuits afin d’éviter le recours ultime aux tribunaux de commerce. Dans les Alpes-Maritimes, une vingtaine d’entreprises a déjà pu être sauvée.

Alain Gargani (à droite), président de la CPME Sud et du GPA Sud, et Jean-Pierre Patou, trésorier du GPA Sud
Alain Gargani (à droite), président de la CPME Sud et du GPA Sud, et Jean-Pierre Patou, trésorier du GPA Sud — Photo : DR

La CPME régionale Sud vient de lancer officiellement un groupement de prévention agréé (GPA). Un dispositif encore méconnu des entreprises mais qui peut s'avérer salvateur, particulièrement en cette période de crise. Créés par la loi du 1er mars 1984 sur la prévention des difficultés et le règlement amiable, les GPA ont pour mission de détecter les difficultés des entreprises en analysant les informations économiques, comptables et financières que celles-ci lui transmettent, et d’apporter un accompagnement gratuit et personnalisé.

Le GPA de la région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur va s’appuyer sur les CPME des six départements. "Il va élaborer avec les chefs d’entreprise des solutions pragmatiques pour les aider et les accompagner dans cette période critique", explique Alain Gargani, président de la CPME régionale. "Notre groupement mettra à disposition des entrepreneurs son savoir-faire, son dynamisme et son réseau, dans la plus stricte confidentialité et en toute gratuité."

Cet accompagnement est dispensé par une équipe de bénévoles experts dans leur domaine, composée à 50 % d’anciens dirigeants chefs d’entreprise ou cadres de l’industrie, du bâtiment, des services, du commerce et de l’artisanat et à 50 % d’institutionnels ou de professions libérales (experts-comptables, commissaires aux comptes, banquiers, notaires, huissiers, avocats, anciens juges au tribunal de commerce, directeurs d’Urssaf).

Intervenir le plus tôt possible

"Tous les dirigeants qui se posent des questions sur la pérennité de leur entreprise peuvent accéder à ce GPA", précise Alain Gargani. Détecter les difficultés en amont est un élément de réussite prépondérant dans cette démarche. C’est ce que constate le Groupement qui officie depuis plusieurs mois déjà dans les Alpes-Maritimes. "Nous sommes, hélas, en rythme de croisière depuis début janvier. Nous recevons deux dossiers par semaine, surtout des petites entreprises de 2,5 salariés en moyenne", précise Jean-Michel Fauconnier, directeur général du GPA 06. "Nous avons déjà des résultats, nous avons sauvé l’équivalent de quinze salariés et nous pouvons sauver encore 22 salariés sur les dossiers en cours. Mais nous devons faire faire à un problème fondamental qui est la déclaration extrêmement tardive des entrepreneurs. Cela nous pénalise malgré toute l’énergie et l’expertise déployées par nos conseillers."

Une vingtaine d’entreprises déjà accompagnées dans les Alpes-Maritimes

Des conseillers, tous bénévoles, qui sont au nombre de quinze sur la Côte d’Azur aux côtés des "lanceurs d’alerte" (commissaires aux comptes, experts-comptables…) et institutionnels, et bien sûr, des tribunaux de commerce. Le GPA 06 a déjà pu accompagner une vingtaine d’entreprises parmi lesquelles la Grotte aux minéraux, commerce spécialisé dans la création de bijoux, dans le village très touristique d’Èze. Sa dirigeante a rencontré le Groupement par l’intermédiaire de la Banque de France. "J’ai exposé mes difficultés et nous avons mis en place très rapidement une stratégie pour arriver à des échelonnements concernant les dettes que j’avais alors. Cela a tout de suite été très efficace", relate Judith Krief.

Perte de chiffre d’affaires, manque de trésorerie, dettes, impayés, difficultés psychologiques… les raisons de faire appel au GPA ne manquent pas. Les groupements territoriaux s’attendent à accompagner au moins une centaine d’entreprises chacun.

Alain Gargani (à droite), président de la CPME Sud et du GPA Sud, et Jean-Pierre Patou, trésorier du GPA Sud
Alain Gargani (à droite), président de la CPME Sud et du GPA Sud, et Jean-Pierre Patou, trésorier du GPA Sud — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail