Var

Agroalimentaire

La Brasserie du Castellet veut devenir une référence en Provence

Par Hélène Lascols, le 29 octobre 2020

Malgré la crise sanitaire, qui a amputé la première année complète de la Brasserie du Castellet et remis à plus tard certains projets, l'ambition reste intacte : devenir une référence provençale sur le marché des bières artisanales. 

Dix-sept salariés travaillent au sein de la Brasserie du Castellet et chacun met la main à la pâte pour développer la notoriété de La Fada.
Dix-sept salariés travaillent au sein de la Brasserie du Castellet et chacun met la main à la pâte pour développer la notoriété des bières La Fada, la blonde, la blanche, la Sunny IPA et la Triple. — Photo : SL. BDC

Une bière provençale. C’est l’idée lancée en 2018 par le distributeur Montaner Pietri Boissons et la famille Sialelli, à qui l’on doit la bière corse Pietra. Ensemble, ils ont créé la Brasserie du Castellet, installée sur le plateau de Signes, en lieu et place de l’ancien site de production Orangina, fermé depuis une petite dizaine d’années. « Les fondateurs ont consenti un investissement important (montant non communiqué) sur le long terme pour doter l’usine d’une belle capacité de production dès le démarrage », confie Sophie Linou, chargée de communication. Une équipe de 17 salariés a été embauchée et l’usine a sorti ses premières bouteilles et premiers fûts de bières estampillés La Fada en 2019.

Une ambition intacte

Depuis, la crise sanitaire est passée par là et a retardé le développement et les projets de la Brasserie du Castellet… Mais l’envie de devenir une référence provençale sur le marché des bières artisanales reste intacte. Dès 2021, le directeur technique Nicolas Gassan espère d’ailleurs retrouver le rythme de croissance prévu avant l’arrivée du Covid-19, soit environ 20 %.

En attendant, il admet que la brasserie, qui réalise 80 % de son chiffre d’affaires auprès des cafés, hôtels et restaurants de la région Paca, navigue à vue. Un exercice d’autant plus compliqué que la production doit pouvoir être anticipée trois semaines à l’avance. « En sortie de confinement, l’association des Brasseurs de France avait pronostiqué et anticipé une baisse globale des ventes de 40 %. Finalement, dans le Var et les Bouches-du-Rhône, nous avons enregistré une baisse de 10 %, et, dans les Alpes-Maritimes, un département déserté par la clientèle étrangère, la baisse avoisine les 60 %. Nous terminons ainsi l’été avec une baisse de 10 à 20 %, ce qui est mieux qu’espéré… Même si le coup reste dur pour une jeune brasserie comme la nôtre, qui devait réaliser en 2020 sa première année complète », explique Nicolas Gassan.

Devenir une référence en région

Malgré la crise, la bière Fada, déjà référencée par le distributeur House Of Beers au sein des magasins Carrefour du sud de la France, a depuis peu rejoint les rayons des supermarchés Leclerc de la région. Dotée d’un outil de production capable de produire 40 000 hectolitres et alors que la Fada devrait s’écouler cette année à 8 000 hectolitres, la brasserie varoise a aussi obtenu en début d’année la confiance d’un géant, Kronenbourg, pour qui elle brasse et met en bouteille la 1664 bio non filtrée.

Enfin, elle vient de sortir une quatrième bière – la triple Fada – et sa bière blanche a été élue meilleure bière de sa catégorie et meilleure bière de France parmi 480 bières hexagonales, à l’occasion du France Bière Challenge 2020. « Des récompenses qui sonnent comme une reconnaissance de nos pairs et qui auront inévitablement une incidence sur nos ventes », se félicite Sophie Linou. Cette mise en avant sert aussi la stratégie de la brasserie dont l’ambition est de « devenir maître chez elle, en région Sud », d’intensifier sa présence en grande distribution, avant d’envisager, dans un avenir plus lointain, la conquête du territoire national et de suivre les pas de sa « grande sœur », la Pietra, devenue une bière régionale de référence.

Dix-sept salariés travaillent au sein de la Brasserie du Castellet et chacun met la main à la pâte pour développer la notoriété de La Fada.
Dix-sept salariés travaillent au sein de la Brasserie du Castellet et chacun met la main à la pâte pour développer la notoriété des bières La Fada, la blonde, la blanche, la Sunny IPA et la Triple. — Photo : SL. BDC

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail