Sophia Antipolis

Services

Interview Emmanuel Milano (Opteam): "Nous permettons aux entreprises de réduire leurs frais généraux"

Entretien avec Emmanuel Milano, codirigeant du groupe Opteam

Propos recueillis par Olivia Oreggia - 20 janvier 2022

Des véhicules aux fournitures de bureau ou contrats de téléphonie, Opteam permet à près de 600 entreprises adhérentes de mutualiser leurs achats. Mais pour Emmanuel Milano, qui codirige le groupe sophipolitain, il ne s’agit pas seulement de réaliser des économies. La valeur ajoutée se fait aussi sur l’accompagnement.

Emmanuel Milano codirige le groupe Opteam.
Emmanuel Milano codirige le groupe Opteam. — Photo : Olivia Oreggia

Quel a été l'effet du Covid sur votre activité ?

Le Covid a été pour nous un accélérateur. Ces 18 derniers mois, nous avons quasi doublé le nombre de nos adhérents pour atteindre près de 600 entreprises, TPE, PME et ETI. Parmi celles-ci, il y a les entreprises qui se portent bien mais qui sont inquiètes quant à l'avenir, il y a celles qui sont en difficulté et ont besoin d'aide, et enfin, il y a de plus en plus de regroupements business, d'entreprises informatiques ou d'huissiers par exemple, qui doivent alors apporter de la valeur ajoutée à leurs pairs. Nous avons ainsi recruté trois collaborateurs cette année, nous sommes désormais 16 au sein d'Opteam.

 

Quels sont vos objectifs pour 2022 ?

Nous commençons l'année en lançant une filiale dans le Var. Nous y étions déjà présents, mais notre développement passe beaucoup par un ancrage local. La proximité est dans notre ADN. Cela nous rapprochera davantage de nos clients dans l'est du département et nous permettra de pousser peu à peu vers l'ouest et Toulon.

Quelles sont les entreprises qui font appel aux services d’Opteam (16 collaborateurs, CA 2021 : 1,5 M€) ?

En lançant Opteam il y a dix ans, Jérôme Jakob (codirigeant, NDLR) proposait aux entreprises du territoire de mutualiser leurs achats, ce qui était assez novateur à l’époque. On est ainsi devenu leur porte-voix en regroupant des volumes. Étant moi-même un ancien de Sagem et Jérôme Jakob d’Europcar, nos premiers axes d’achat ont été la téléphonie et la location de véhicules. Aujourd’hui, 30 % des entreprises adhérentes viennent des métiers du droit et du chiffre, leurs besoins portent essentiellement sur les fournitures et l’univers du bureau. 30 % sont dans le bâtiment et font appel à nous pour de la location de matériel, d’outillage ou d’engins, pour l’achat d’EPI (équipements de protection individuelle, NDLR). Avec l’ouverture de notre plateforme digitale, 30 % de nos adhérents sont implantés au-delà de la région PACA. Historiquement, nous ne comptions que des TPE, désormais, nous avons beaucoup de PME et même des ETI. Nous travaillons avec le groupe Ippolito, Transcan, Pernod Ricard, le groupe automobile varois Lombardot, avec le groupe niçois Pascal Coste sur la partie comité d’entreprise… 

Au-delà des économies réalisées, quelle est la valeur ajoutée d’Opteam ?

Nous faisons gagner du temps aux entreprises et de leur permettons de réaliser des achats plus complexes, que ce soit sur le plan technique ou contractuel, comme des contrats auprès de fournisseurs d’énergie par exemple. Nous ne réalisons jamais d’achats stratégiques. En plus de notre expertise sur nos axes d’achats, nous accompagnons ainsi nos clients en leur mettant à disposition des consultants dédiés et des salariés experts pour réaliser des audits, apporter des chiffrages, des préconisations techniques et ce, jusqu’à la décision. Sur certains gros contrats, nous devenons même des managers de déploiement de l’axe d’achat afin d’assurer que tout soit bien mis en place. Cela permet à l’entreprise de n’avoir qu’un seul interlocuteur. Sur une flotte globale de 300 téléphones portables, s’il y a un problème à régler sur une carte SIM, c’est nous qui gérons. 

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition