Normandie

Textile

Coronavirus: la filière textile normande se mobilise pour faire face à la pénurie de masques

Par Isabelle Evrard, le 19 mars 2020

Pour répondre à la crise sanitaire engendrée par le coronavirus et le manque de moyens alloués aux professionnels, l’entreprise Kiplay, basée à Saint-Pierre d’Entremont dans l’Orne, a décidé de consacrer sa production à la fabrication de masques. Une dizaine d’entreprises normandes de la filière Mode et Habillement se sont déjà engagées à contribuer à cet effort de solidarité.

Kiplay-orne-textile
Sur ses cinquante salariés, l’entreprise a rappelé une dizaine de collaboratrices, aujourd’hui entièrement et uniquement dédiées à la fabrication de masques. — Photo : © Marc Pradal/DR

Alerté par les messages de détresse des professionnels de la santé sur la pénurie de masques de protection et l’appel au secours des autres professions en contact avec le public, Marc Pradal, PDG de Kiplay, à Saint-Pierre d’Entremont, à côté de Flers dans l’Orne, a rappelé une partie de son équipe pour fabriquer des masques de protection. D’ordinaire, l’entreprise crée, produit et distribue des vêtements de travail et d’équipement de protection individuelle.

« Nous étions en train de terminer nos dernières commandes pour nos clients et nous nous préparions à fermer l’usine, quand j’ai vu tous ces appels au secours des professionnels qui travaillaient sans aucune protection » raconte Marc Pradal. À commencer par les institutions voisines : « L’hôpital de Flers et le commissariat étaient également en pénurie totale de masques. Il y avait urgence à les aider et nous étions en mesure de le faire. »

Un millier de masques chirurgicaux par jour chez Kiplay

Ainsi, sur ses cinquante salariés, l’entreprise a rappelé une dizaine de collaboratrices, aujourd’hui entièrement et uniquement dédiées à la fabrication de masques : « Vingt-cinq collaborateurs autres sont en télétravail, les autres ont été placés en chômage technique », précise le dirigeant.

L’usine ornaise est à même de fabriquer un millier de masques de type chirurgical par jour, « des masques lavables et réutilisables », confirme Marc Pradal. Il ajoute : « Le type de tissu utilisé a été validé notamment par la Direction Générale de l’Alimentation ».

Une dizaine d'entreprises normandes prêtes à se mobiliser

Également président de l’Union française des industries mode et habillement (UFIMH), le dirigeant a tenu une réunion d’urgence avec les différentes organisations professionnelles de l’UFIMH et les pouvoirs publics, ce jeudi 19 mars. « Nous mettons en ligne dès ce soir, un site spécialisé qui recensera tous les fabricants de tissus prêts à se mobiliser pour fabriquer des masques ».

Marc Pradal, PDG de Kiplay (Orne)
Marc Pradal, PDG de Kiplay (Orne) - Photo : © Marc Pradal/DR

Une dizaine d’entreprises normandes sont d’ores et déjà prêtes à travailler à la fabrication de masques : Romain Brifault (Rouen), Pascal Thierry (Ifs-Calvados), Grandis (Saint — Pair sur Mer- Manche), Fantex (Flers-Orne), Sofac (Bernay-Eure), Les Parapluies de Cherbourg (Manche), Liste Rouge (Condé-en-Normandie-Calvados), Mod Passion (Buchy-Seine Maritime) mais aussi Les Tricots Saint-James (Manche).

« Notre rôle est de prévenir les entreprises adhérentes des organisations professionnelles et d’apporter notre savoir-faire sur la fabrication des masques, via un cahier des charges réalisé par la Direction Générale de l’Alimentation, la Direction générale de l’Entreprise et le Centre d’expertise et d’innovation des entreprises ressortissantes de la mode du textile et de l’habillement (IFTH) », confirme le président de l’UFIMH.

« Nous sommes en train d’élaborer une stratégie pour voir comment organiser la distribution des masques au niveau local et national. » À commencer par un important travail de communication pour informer les entreprises déjà fermées suite aux consignes du gouvernement. « Il est important d’être solidaire pour permettre aux entreprises de travailler en toute sécurité si l’on ne veut pas que l’économie s’arrête. » Premier bénéficiaire de ces masques « made in Kiplay », le commissariat de Flers qui se verra remettre 250 masques dès ce jeudi soir.

Kiplay-orne-textile
Sur ses cinquante salariés, l’entreprise a rappelé une dizaine de collaboratrices, aujourd’hui entièrement et uniquement dédiées à la fabrication de masques. — Photo : © Marc Pradal/DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail