Maine-et-Loire

Industrie

Le fabricant de machines d’embouteillage Pack’R premier signataire de la charte engagement RSE de l’UIMM

Par Olivier Hamard, le 13 juin 2022

L’UIMM a édité fin 2021 une charte engagement RSE au niveau national, spécifique aux entreprises de la métallerie. En Maine-et-Loire, le fabricant de machines d’embouteillage Pack’R, à Beaucouzé, en est le premier signataire.

Francis Herbert, chef de projet RSE Pack’R, Didier Bessard, président de Pack’R, Olivier Jeanneau, délégué général de l’UIMM 49, et Baptiste Gaignard, conseiller HQSE et référent RSE de l’UIMM 49.
Francis Herbert, chef de projet RSE Pack’R, Didier Bessard, président de Pack’R, Olivier Jeanneau, délégué général de l’UIMM 49, et Baptiste Gaignard, conseiller HQSE et référent RSE de l’UIMM 49. — Photo : Olivier Hamard

Pack'R  est l'une des trois premières entreprises en France et la première dans le Maine-et-Loire à signer la charte RSE mise en place fin 2021 par l'Union des industries et métiers de la métallerie (UIMM). 

"Nous avons entamé une démarche RSE en 2016", témoigne Didier Bessard, le président de Pack'R (22 M€ de CA 2021, plus de 150 collaborateurs), une PME de Beaucouzé qui conçoit et fabrique des machines d'embouteillage, à 85% vendues à l'export. "La RSE est pour nous fondamentale et nos clients y sont sensibles. Nous sommes engagés dans deux démarches, l’une nationale avec l’UIMM et une seconde à l’internationale avec la plateforme Ecovadis", poursuit le dirigeant.

Pack'R a articulé sa politique RSE autour de plusieurs piliers, l'engagement social et sociétal, environnemental et éthique. Sur le plan environnemental, la PME cherche ainsi à limiter sa consommation énergétique ainsi que l'impact environnemental de ses machines. Au niveau RH, elle travaille sur la promotion du dialogue et de l'esprit d'équipe, la reconnaissance des savoir-faire et le développement des compétences. Au niveau sociétal, Pack'R est l'un des membres fondateurs de la fondation d'entreprise Mécène et Loire, qui soutient des projets locaux dans les domaines de la culture, de l'environnement, du sport ou encore des sciences.  

Un label RSE à venir

Pour l'UIMM, cette charte RSE est une étape vers la création d'un label propre aux entreprises de son secteur. "C’est la première brique de ce que nous souhaitons mettre en place pour nos entreprises, explique Olivier Jeanneau, délégué général de l’UIMM de Maine-et-Loire. Dans un second temps sera édité un label RSE propre à la métallerie et l’objectif est d’aller ensuite vers une articulation internationale de cette démarche. L’idée est que cela soit pragmatique et utile pour les entreprises avec une approche de performance globale, autour de 5 thématiques : gouvernance et stratégie, social et RSE, liens avec l’écosystème, environnement, partenariats locaux et sociaux."

Actuellement, deux autres entreprises du département se préparent à signer cette charte.

Aller jusqu'à l'engagement des TPE

Pour l’UIMM, les structures de la métallurgie de toutes tailles auront un intérêt évident à s’y engager : "Même les plus petites, appuie Olivier Jeanneau, et l’exemple de celles qui ont déjà signé va les y encourager. Cela va devenir une nécessité : les appels d’offres ont déjà et auront de plus en plus de critères RSE, et cela va naturellement pousser les entreprises à y aller, en descendant jusqu’au TPE. Les donneurs d’ordres vont l’exiger de leurs sous-traitants, jusqu’au dernier rang, et c’est aussi un moyen d’attirer et de recruter de jeunes talents, qui sont très sensibles à l’engagement RSE des entreprises. Nous leur proposons donc de se mettre en marche tout de suite." A l’UIMM, où 88 % des adhérents comptent moins de 50 salariés, on souhaite donc que le mouvement prenne de l’ampleur, avec dans un premier temps la signature de la charte pour l’obtention du label spécifique aux entreprises de la métallurgie. Les premiers devraient être délivrés en 2023.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition