Nancy

Transport

Les capsules d’Urbanloop seront déployées en 2026 à Nancy

Par Jean-François Michel, le 04 juillet 2022

Lors de la présentation de la nouvelle capsule de transport d’Urbanloop, le maire de Nancy, Mathieu Klein, a confirmé l’installation d’une ligne équipée de ce système de transport.

Les nouvelles capsules Urbanloop ont été conçues pour accueillir un cycliste et son vélo.
Les nouvelles capsules Urbanloop ont été conçues pour accueillir un cycliste et son vélo. — Photo : Jean-François Michel

La première ligne équipée par les capsules de transport Urbanloop devra permettre de relier un parking relais installé au Nord de la commune de Maxéville, à la nouvelle cité judiciaire de Nancy, sur la friche Alstom, distante de moins de 3 kilomètres, pour un coût global de 20 millions d’euros, incluant la création d’une voie piétonne et d’une piste cyclable sur une voie ferrée désaffectée.

"Nancy se situe à la pointe de l’innovation mondiale", s’est félicité le maire de la Cité des ducs de Lorraine, lors de la présentation sur la place Stanislas, le 1er juillet 2022, de la nouvelle capsule Urbanloop. "Nous allons être la première métropole au monde à faire d’Urbanloop un mode de transport de la vie quotidienne des habitants, dès 2026".

Le plan de financement de cette première ligne prévoit l’apport de 5 millions d’euros par la Métropole du Grand Nancy, 5 millions d’euros par la Région Grand Est et 10 millions d’euros venant d’un soutien "à définir", de l’État, de l’Union européenne ou encore "de partenaires privés". Les élus du Grand Nancy délibéreront sur le projet en septembre 2022, mais une première enveloppe de cinq millions d’euros a d’ores et déjà été sécurisée, grâce à un engagement financier de la Région, en appui aux projets inscrits au Contrat métropolitain de relance et de transition écologique du Grand Nancy, signé le 12 janvier 2022. Si cette première installation ressemble à une ligne de transport en commun classique, allant d’un point A à un point B, il ne semble pas exclu de voir émerger de véritables boucles desservant la Métropole du Grand Nancy : "Ce n’est que la première boucle, il y en aura d’autres", a lancé Mathieu Klein.

Se confronter à l’avis du public

La nouvelle capsule d’Urbanloop, si elle a pris un peu d’embonpoint par rapport aux toutes premières versions, permet encore d’imaginer de petits ouvrages d’art pour faire passer des capsules sous des routes ou sur des voies étroites, sans consommer trop d’espace. Un mètre de large, 1,68 mètre de haut et 3,4 mètres de long, pour un poids total de 500 kilos à vide : des mensurations qui permettent à la capsule Urbanloop d’accueillir "deux adultes, ou un adulte et deux enfants, ou un adulte et son vélo, ou une personne à mobilité réduite et son accompagnateur", précisait Jean-Philippe Mangeot, le directeur de la SAS Urbanloop.

Avant de devenir une réalité à Nancy en 2026, les capsules d’Urbanloop entreront en service dès 2024, à l’occasion des Jeux olympiques de Paris. Une boucle de 2,2 km desservira trois stations grâce à dix véhicules, pour un débit maximum de 220 personnes par heure, et reliera le vélodrome olympique et la piste de BMX olympique au stade Nautique de l’île de loisirs de Montigny-le-Bretonneux. Ce projet pilote sera mené en partenariat avec "Kéolis pour l’exploitation et Saint-Quentin-en-Yvelines pour la maîtrise d’ouvrage", précise l’équipe d’Urbanloop dans un communiqué.

Rassemblant 12 salariés, la SAS Urbanloop est détenue à 57 % par ses deux fondateurs, Jean-Philippe Mangeot et Thomas Barthoulot, et a bouclé trois levées de fonds pour un montant cumulé de deux millions d’euros. Si l’ensemble des pièces du financement du développement d’Urbanloop semblent se mettre en place, reste que le directeur attend avec impatience les retours du public. Livrée à la curiosité des Nancéiens pendant toute la journée du samedi 2 juillet, sur la place de la Carrière, la capsule a "besoin de se confronter au public, de recueillir des avis", indiquait Jean-Philippe Mangeot.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition