E-commerce

Interview Amazon : "La demande des clients justifie notre installation à Metz"

Entretien avec Angeline Bilodeau, directrice générale du centre de distribution Amazon à Augny

Propos recueillis par Lucas Valdenaire - 26 mai 2021

Après avoir promis la création de 1 000 postes en CDI sur trois ans à Augny près de Metz, Amazon confirme que son huitième centre de distribution français ouvrira à la fin de l’été. "En surface déployée, ce sera le plus grand du pays", confie la Québécoise Angeline Bilodeau. La directrice générale du site en profite pour répondre aux critiques et aux inquiétudes.

Après des études en génie mécanique et une carrière dans l’aéronautique, Angeline Bilodeau est entrée chez Amazon en 2018 en tant que directrice du centre de Toronto.
Après des études en génie mécanique et une carrière dans l’aéronautique, Angeline Bilodeau est entrée chez Amazon en 2018 en tant que directrice du centre de Toronto. — Photo : Amazon

Pourquoi Amazon a-t-il choisi d’ouvrir son nouveau centre de distribution sur l’ancienne base militaire de Frescaty à Augny, près de Metz ?

Angeline Bilodeau : C’est la demande des clients qui justifie notre installation à Metz. Nous souhaitions renforcer notre présence dans cette partie de la France et nous rapprocher de nos clients du Grand Est. D’une part, pour les livrer plus rapidement et d’autre part, pour réduire nos distances et donc notre empreinte carbone. Nous avons choisi le plateau de Frescaty car il répondait à deux critères : la surface disponible et la possibilité de revitaliser les lieux. Il faut savoir que 70 % de nos sites français sont installés sur des sites réhabilités ou dans des bâtiments recyclés. Enfin, les bonnes relations que nous avons nouées avec les élus et les acteurs locaux dédiés à l’emploi ont aussi pesé dans la balance.

Vous annoncez 1 000 créations de postes en CDI sur 3 ans et vous avez officiellement lancé votre campagne de recrutement au début du mois de mai 2021. Où en êtes-vous ?

Angeline Bilodeau : Les postes d’agents logistiques sont effectivement ouverts depuis le 5 mai mais nous avions commencé le recrutement des cadres plusieurs mois auparavant. D’ailleurs, il reste encore des postes de superviseurs à pourvoir. Pour trouver les candidats, nous travaillons avec les acteurs locaux, avec Pôle Emploi mais aussi avec le secrétaire général de la préfecture de la Moselle Olivier Delcayrou. La campagne se poursuit et en ce moment, nous recherchons particulièrement à embaucher des agents spécialisés dans la maintenance.

En plus des CDI, allez-vous faire appel à des intérimaires ?

Angeline Bilodeau : Chaque année, nous connaissons des pics d’activités, notamment à Noël. Et pendant cette période, nous envisageons effectivement quelques centaines de recrutements d’intérimaires.

Ce centre de distribution mosellan sera donc le huitième à ouvrir en France. Quelle sera la surface mobilisée ?

Angeline Bilodeau : Nous compterons 50 000 m² au sol mais nous aurons quatre étages. Au total, la surface déployée sera de 182 000 m². Sur ce critère, ce sera le plus grand centre de distribution Amazon en France.

Ce sera le deuxième site robotique d’Amazon dans l’Hexagone, après celui de Brétigny-sur-Orge. En quoi sera-t-il différent des autres ?

Angeline Bilodeau : Dans un site robotique, les produits sont dans des étagères qui sont ensuite déplacées par des robots ressemblant à des aspirateurs automatisés. Contrairement aux centres traditionnels, les salariés ne sont plus obligés d’aller chercher les pièces en marchant. Ce sont les pièces qui viennent à eux. Grâce à ce système, nous n’avons plus besoin d’espace entre les étagères et nous optimisons notre surface de stockage.

Quelle est la somme engagée par Amazon pour la construction de cette plateforme à Augny ?

Angeline Bilodeau : Nous avons investi 50 millions d’euros pour la robotisation et l’aménagement intérieur. En ce qui concerne l’immobilier, les porteurs du projet (société Argan, foncière spécialisée dans le développement et la location de plateformes logistiques, NDLR) avancent un montant de 250 millions d’euros.

"Nous nous engageons à utiliser 100 % d’énergies renouvelables sur le site d’Augny d’ici 2025."

Sur plusieurs de vos sites, des syndicats dénoncent des conditions de travail difficiles. Garantissez-vous que cela ne sera pas le cas à Augny ?

Angeline Bilodeau : L’idée selon laquelle nos conditions de travail ne sont pas bonnes est fausse. D’ailleurs, nous invitons les gens à visiter nos sites, en présentiel quand cela sera possible ou dès maintenant en virtuel. Ils pourront voir d’eux-mêmes que l’environnement de travail de nos collaborateurs est sécurisé. Nos salariés peuvent aussi venir chez nous pour y faire carrière car ils peuvent être formés et accéder rapidement à des postes à responsabilités. Il est même possible de devenir cadre en deux ans, sans aucun diplôme.

Des collectifs et associations de riverains ont organisé plusieurs manifestations depuis le début du chantier. Ils estiment que ce projet nuit à l’environnement. Que leur répondez-vous ?

Angeline Bilodeau : Oui, il y a des critiques mais je veux d’abord rappeler que le site de Frescaty, nous l’avons revitalisé. De plus, nous avons pris l’engagement d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040, dix ans avant l’accord de Paris. Nous nous engageons aussi à utiliser 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2025. En optimisant nos capacités de stockage, nous réduisons notre empreinte environnementale. Enfin, nous récupérons l’eau de pluie, nous utilisons de l’éclairage Led basse consommation et nous avons l’intégralité de notre toit recouvert de panneaux solaires.

Ce site sortira de terre non loin de l’A31 déjà surchargée. Combien de camions seront mis en circulation par jour et comment allez-vous gérer ce trafic supplémentaire ?

Angeline Bilodeau : Je ne peux pas vous donner le nombre de camions en sortie de site car cela est très dépendant de nos volumes. Mais nous nous entendons très bien avec les acteurs de Metz Métropole pour planifier au mieux le trafic routier. Nous chauffeurs auront des indications précises pour savoir où circuler et ainsi éviter d’encombrer les agglomérations locales. Nous construisons également des routes à l’extérieur du site pour éviter que les camions aillent dans la commune d’Augny.

Quand vous promettez un millier d’emplois CDI sur trois ans, vos opposants répondent que vous en détruisez bien plus dans les commerces locaux. Que leur répondez-vous ?

Angeline Bilodeau : L’e-commerce génère de l’emploi et nous comptons 11 000 PME françaises qui vendent sur Amazon, dont plus de 600 dans le Grand Est. De fait, nous supportons les commerçants locaux pour accroître leurs ventes en ligne car la France reste en arrière en matière de numérisation. Le secrétaire d’État au numérique Cédric O explique d’ailleurs que 30 % des PME françaises utilisent des solutions digitalisées contre 70 % en Allemagne. Non seulement l’e-commerce permet de générer des ventes en ligne mais il est aussi complémentaire des ventes en détail. Sans oublier que pour chaque emploi créé par Amazon, nous en créons de nombreux autres dans le bâtiment, la maintenance ou encore les espaces verts.

Quel sera le montant des retombées fiscales pour les collectivités locales concernées par votre arrivée à Augny ?

Angeline Bilodeau : C’est un peu tôt pour en parler.

Est-ce qu’Amazon paiera ses impôts liés à sa nouvelle activité mosellane ?

Angeline Bilodeau : Tout à fait. Nous payons tous nos impôts et nous continuerons à le faire.

Après des études en génie mécanique et une carrière dans l’aéronautique, Angeline Bilodeau est entrée chez Amazon en 2018 en tant que directrice du centre de Toronto.
Après des études en génie mécanique et une carrière dans l’aéronautique, Angeline Bilodeau est entrée chez Amazon en 2018 en tant que directrice du centre de Toronto. — Photo : Amazon

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail