Finistère

Banque

Arkéa récolte les fruits de sa diversification

Par Jean-Marc Le Droff, le 04 mars 2019

Le groupe bancaire finistérien Arkéa confirme sa solidité financière en présentant une nouvelle fois des résultats au plus haut pour 2018. Ils sont portés en grande partie par une stratégie de diversification offensive.

Siège du groupe bancaire Crédit Mutuel Arkéa à Brest
En 2018, le résultat net du groupe bancaire Arkéa s'est élevé à 437 millions d'euros, en hausse de 2,1 % sur un an et de 30 % sur deux ans. — Photo : Pierre Gicquel

« Malgré un environnement peu porteur, 2018 aura été l'année de tous les records en termes de revenus et de résultat net », se félicite Jean-Pierre Denis, le président du groupe bancaire finistérien Arkéa, qui chapeaute notamment les Crédits mutuels de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central. « La croissance reste extrêmement régulière sur la durée et extrêmement rentable, car les résultats après impôts sont, eux aussi, en croissance. »

Le groupe coopératif affiche en effet des performances au plus haut, avec un résultat net part du groupe à 437 millions d'euros, en hausse de 2,1 % sur un an et de 30 % sur deux ans. Le portefeuille clients est en augmentation de 6,5 % pour atteindre 4,5 millions de clients, avec une conquête commerciale principalement portée par les activités d'assurance, de banque en ligne et de banque de détail. Le produit net banque assurance (PNBA) atteint quant à lui 2,146 milliards d'euros, en hausse de 2,7 %. « À périmètre comparable et en prenant notamment en compte les changements récents de norme comptable, le résultat net est en hausse de 16,5 % », souligne le président. Les encours d'épargne progressent de 3,2 % (111,2 Md€), les encours crédit de 11 % (56,5 Md €) et le portefeuille assurance de biens et de personnes progresse de 6 % pour atteindre 2,23 milliards d'euros.

De quoi appuyer le dossier d'émancipation d'Arkéa de son organe central la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, pour lequel « les discussions progressent de façon significative », assure Jean-Pierre Denis.

« Réinventer nos métiers »

Une croissance portée en grande partie par une stratégie de diversification appuyée. « Nous étions très dépendants de la banque de détail mais nous avons fait le choix de faire monter en puissance certaines activités comme le BtoB, le capital-investissement, les assurances et la gestion d'actifs ou encore la banque en ligne », détaille Ronan Le Moal, directeur général. À ce jour, l'activité banque de détail et banque en ligne (Fortuneo et Keytrade) ne représentent en effet plus que 44 % du PNBA.

En 2018, Arkéa a ainsi notamment créé deux nouvelles filiales dédiées au BtoB (Nextalk et Arkéa Lending Services), et racheté la banque allemande PrivatBank. Le groupe mise également sur les fintechs à travers ses filiales Leetchi (cagnotte en ligne), Pumpkin (remboursement entre particuliers) ou encore Max, son assistant personnel sur mobile. « Nous disposons de tous les arguments pour continuer à réinventer nos métiers et à imaginer de nouveaux services », estime Ronan Le Moal.

Innovation et nouvelles technologies

Pour soutenir sa croissance, Arkéa investit également dans l'innovation avec le lancement de Bressst, son incubateur de start-up qui devrait accueillir ses premiers projets avant la fin du semestre, dans le domaine de la fintech, de l'assurtech et de la regtech (pour "Regulatory technology"), qui allie réglementation et nouvelles technologies. Revendiquant également son ancrage local comme levier de croissance, le groupe a investi plus de 200 millions d'euros au capital d'entreprises régionales, dont 21 millions dans des start-up locales comme EcoTree, Algo ou encore Phenix.

Siège du groupe bancaire Crédit Mutuel Arkéa à Brest
En 2018, le résultat net du groupe bancaire Arkéa s'est élevé à 437 millions d'euros, en hausse de 2,1 % sur un an et de 30 % sur deux ans. — Photo : Pierre Gicquel