Gironde

Vin

Johanès Boubée et Carrefour accélèrent dans la vente en ligne

Par Jean Berthelot de La Glétais, le 28 juin 2018

Maison Johanès Boubée, filiale du groupe Carrefour spécialisée dans le négoce de vins, a présenté sur son site de Beychac-et-Caillau (Gironde), un entrepôt flambant neuf de 6 000 mètres carrés. Il sera entièrement dévolu au e-commerce pour nourrir les ambitions du groupe : devenir leader sur le marché du e-commerce alimentaire, incluant la vente en ligne de vins, d'ici à 2022. 

Sur le site de Maison Johanès Boubée à Beychac-et-Caillau, en Gironde, 95 collaborateurs préparent trois millions de colis par an. — Photo : Alban Gilbert

C’est un espace impressionnant que vient d'inaugurer la Maison Johanès Boubée (600 salariés, 1,2 milliard d'euros de CA prévu pour 2018), le négociant en vins, filiale du groupe Carrefour : sur son site de Beychac-et-Caillau, à une quinzaine de kilomètres au nord de Bordeaux, un entrepôt de 6 000 m2 a été construit, qui sera entièrement dévolu au e-commerce. « Nous avions déjà 18 000 m2 consacrés à la logistique, 10 000 m2 dédiés à l’embouteillage, il nous fallait un espace uniquement tourné vers l’activité internet, pour laquelle nous pouvons être amenés à expédier bouteille par bouteille. C’est une activité bien spécifique, d’autant que nous livrons à la fois des magasins et des clients particuliers », explique Didier Thibaud, ex-directeur général de la Maison Johanès Boubée et partie prenante de ce projet. Il est depuis parti à la retraite et a été remplacé par Eric Yung.

(de gauche à droite) : Gérard Spatafora, directeur e-commerce de grands-vins-prives.com, Didier Thibaud, ex-directeur général de la Maison Johanès Boubée, Eric Yung, actuel directeur général de la Maison Johanès Boubée, Philippe Garrigue, maire de Beychac-et-Caillau, et Mathieu Soulard, responsable du site Maison Johanès Boubée à Beychac-et-Caillau, le jour de l’inauguration de l’extension de 6000 m2 des locaux de Beychac-et-Caillau. - Photo : Alban Gilbert

3 millions de colis par an

L’entreprise bordelaise achève ainsi une série de transformations immobilières entamées en 2015 par une ouverture de locaux de 12 000 m2 à la Chapelle d’Armentières (Nord), suivies par la reconfiguration de son site de Bayeux (Calvados) et l’inauguration de son nouveau siège aux bassins à flot, à Bordeaux, en 2017. Sans oublier la création d’un site de 12 000 m2 à Belleville (Rhône), ainsi qu’une réimplantation à Nîmes (Gard) et une extension à Doué-en-Anjou (Maine-et-Loire). Tous ces réaménagements permettent au groupe de mieux répondre au marché, notamment aux attentes des clients en matière de e-commerce.

C’est particulièrement vrai pour l’extension de Beychac-et-Caillau, « aboutissement » de l’ensemble de ces projets, selon le groupe, où 95 collaborateurs préparent trois millions de colis par an, expédiant et réceptionnant 670 palettes chaque jour. Fort de 64 cuves d’une capacité totale de 22 551 hectolitres, de trois lignes de conditionnement (une ligne Bag in Box et 2 lignes bouteilles) pour 43 millions de litres par an, d’une capacité de production de 204 000 bouteilles par jour, le site « permet de poursuivre efficacement la stratégie de développement physique et digital, donc d’accompagner Carrefour sur son activité internet dans le monde du vin », confirme Didier Thibaud.

Trois sites pour des stratégies distinctes

« Il faut savoir que les ventes en ligne ne représentent que 10 % du marché du vin », détaille Gérard Spatafora, ancien de Millesima et directeur e-commerce de grands-vins-prives.com, également filiale de Carrefour. Or la concurrence est rude dans ce domaine, avec plus de 500 sites internet proposant ce type de produits. Pour se différencier, le groupe a développé trois plateformes distinctes, adaptées aux profils des acheteurs.

Avec le site grands-vins-privés.com, racheté en 2015, Carrefour s’adresse à une clientèle de connaisseurs et d’experts. Le site Carrefour GrandsVins mise, lui, sur une offre diversifiée - 1 700 références - couplée à une stratégie omnicanale puisque les colis peuvent arriver à domicile, au bureau, ou même en magasin et les clients les récupèrent en faisant leurs courses. « Enfin avec le site jereservemafoireauvin, les internautes peuvent commander les produits quinze jours avant le début d’une foire aux vins, et avoir leurs colis le jour du démarrage, au prix du magasin », précise Gérard Spatafora.

Devenir leader du e-commerce alimentaire

Tous ces sites permettent à Carrefour de balayer un spectre de clientèle le plus large possible, du néophyte à l’amateur averti. « Globalement, on constate que l’internaute achète des vins un peu plus chers que ceux que choisit le consommateur en magasin », reprend Didier Thibaud. « Nous observons aussi une hausse de la demande en rosé, en vins blancs, en vins effervescents de la part d’une clientèle peut-être un peu plus jeune, à la recherche de boissons 'conviviales' à boire tout de suite. En parallèle, on constate aussi qu’il y a davantage de clients très connaisseurs, qui vont se tourner vers plus de Bordeaux, de vins rouges, de vins de garde. Chez nous, ces deux tendances sur internet sont vraiment palpables. »

Et la Maison Johanès Boubée, donc Carrefour, semble être en mesure de répondre à cette nouvelle donne : « d’année en année, la croissance est à deux chiffres », se félicite Didier Thibaud. D’ici à 2022, l’enseigne s’est donné une ambition : devenir leader sur le marché du e-commerce alimentaire, incluant donc la vente en ligne de vins.

Sur le site de Maison Johanès Boubée à Beychac-et-Caillau, en Gironde, 95 collaborateurs préparent trois millions de colis par an. — Photo : Alban Gilbert

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture