Drôme

Métallurgie

Le groupe Theone mise sur la diversification tous azimuts de Vallgrip

Par Delphine Sauzay, le 16 septembre 2022

Victime de la crise ukrainienne, la spécialiste du crampon pour pneumatiques Vallgrip se mobilise pour sa survie en entamant sa diversification produits. L’entreprise drômoise compte opérer cette mutation en se recentrant sur le marché français.

Joëlle Daumas, présidente du groupe Theone SAS.
Joëlle Daumas, présidente du groupe Theone SAS. — Photo : Delphine Sauzay

Il arrive que la grande Histoire change le destin d’une entreprise située très loin du théâtre des opérations. C’est ce qui est arrivé à la société Vallgrip, filiale du groupe Theone, spécialiste du crampon pour pneumatiques, un produit de sécurité en milieu hivernal exigeant. Victime des sanctions prises à l’encontre de la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine en février dernier, l’entreprise drômoise (25 salariés ; 6 M€ de CA sur l’exercice 2021-2022) est contrainte de se diversifier en urgence.

Arrêt total des commandes

Jusqu’en février 2022, l’entreprise réalisait la moitié de son chiffre d’affaires en vendant des crampons aux marchés russes et ukrainiens. Mais l’embargo qui la prive de ces clients va la mettre en redressement judiciaire le 27 juin dernier. "Nous étions en cessation de paiements virtuel à cause de l’arrêt total de la production pour ces pays", explique Joëlle Daumas, présidente de Theone, qui réunit une entreprise d’assemblage (Ugigrip) et une usine de fabrication de fourreaux et de pointes en carbure de tungstène (Vallgrip).

Après les difficultés de la période Covid, c’est le coup de grâce ! De 9 M€ en 2019, le chiffre d’affaires de la société était passé à 4,7 M€ en 2020 en raison de la réduction du volume de commandes pendant la crise sanitaire, avant de connaître une embellie en 2021, à 7,2 M€ et le retour des bénéfices.

Mais cela ne sera pas suffisant d’autant que ses coûts de revient augmentent : +35 % sur l’acier en un an, +20 % sur les pointes en carbure de tungstène… On connaît la suite, la crise ukrainienne vient la frapper, la contraignant à se séparer d’une dizaine de salariés des fonctions support (licenciements et départs volontaires) et à opérer un tournant à 180 degrés.

Se diversifier pour survivre

"Nous voulons saisir l’opportunité de cette crise pour sortir du mono-produit crampon et nous réorienter, d’une part, vers les marchés septentrionaux d’Amérique et d’Europe du Nord et, de l’autre, vers le marché français", affirme la dirigeante.

L’objectif pour demain ? Un changement de cap radical pour réaliser, d’ici 3 à 5 ans, 50 % de son chiffre d’affaires avec des entreprises françaises sur des produits autres que les crampons pour pneumatiques. Le chiffre d’affaires réalisé en France représente 2 % sur le dernier exercice (150 000 €).

Theone utilise des bobines d’acier ou d’aluminium pour fabriquer ses crampons pour pneumatiques.
Theone utilise des bobines d’acier ou d’aluminium pour fabriquer ses crampons pour pneumatiques. - Photo : Delphine Sauzay

Sa filiale Vallgrip a commencé en 2019 à produire pour le fabricant français de raquettes Evvo, puis des crampons pour le champion de VTT sur neige Eric Barone en 2022. L’année prochaine, la marque branchée de jeans 1083 lui confiera la fabrication de ses boutons.

Dans la bataille qu’elle mène, Vallgrip peut compter sur un atout de taille, sa spécialisation dans la frappe à froid et le roulage, des techniques d’usinage au bilan carbone attractif puisque le process se fait sans perte de matière. Sans oublier sa capacité à répondre à des exigences élevées en matière de normes qualité grâce à son expérience du secteur automobile.

Pour répondre à la demande diversifiée de clients locaux, le fabricant va devoir réorganiser sa production et passer de séries de plusieurs millions de pièces à quelques centaines de milliers d’unités. Bientôt, il lui faudra recruter des opérateurs pour changer les outillages sur les machines. Les crampons vont devoir s’accrocher !

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition