Bretagne
Thales, Oceanopolis, Stade Brestois, Lidl… : les Investissements qui marqueront 2023
Bretagne # Recherche et développement # Investissement

Thales, Oceanopolis, Stade Brestois, Lidl… : les Investissements qui marqueront 2023

S'abonner

En 2023, les investissements seront toujours nombreux en Bretagne. L’industrie a particulièrement le vent en poupe. Elle est suivie de près par des projets liés aux grandes infrastructures régionales.

Nation Data Center, filiale du groupe Bakjy, a annoncé le lancement de "Roah Data Center" — Photo : .shock

Nation Data Center investit 30 millions d’euros dans un data center près de Rennes

Son ouverture est prévue au second semestre 2023, pour une pleine capacité début 2024. C’est à Noyal-sur-Vilaine, en région rennaise, que Nation Data Center, filiale du groupe Bakjy, a annoncé le lancement de "Roah Data Center". Cette infrastructure de proximité se traduit par un investissement de 50 millions d’euros pour le fonds parisien. Le futur site de stockage numérique se veut "souverain, local et écoresponsable". Il pourra accueillir à terme 600 baies informatiques et 25 000 serveurs physiques destinés à l’hébergement des données des acteurs locaux publics ou privés. Le choix de Rennes n’est pas un hasard. La ville est une place forte de la cybersécurité en Europe et constitue un territoire historique pour l’implantation des technologies de l’information et de la communication.

Thales s’agrandit en région de Vitré contre 40 millions d’euros

La plateforme bretillienne du géant français de l’électronique Thales, à Étrelles près de Vitré, s’étend déjà sur plus 10 000 m² depuis 2010. Et l’expansion n’est pas terminée. Un nouveau bâtiment de 5 000 m² devrait sortir de terre fin 2023, sur une réserve foncière attenante au site actuel. Le projet d’agrandissement mobilise 40 millions d’euros. Il va permettre d’intégrer les investissements industriels (+ de 14 M€) en vue d’augmenter les capacités industrielles et le lancement des nouvelles technologies de microélectronique. Il favorisera aussi l’amélioration du cadre de vie des équipes internes avec des espaces de travail plus spacieux. Le site de Thales à Étrelles est spécialisé dans la production de modules microélectroniques, notamment pour les avions Rafale.

La plateforme bretillienne du géant français de l’électronique Thales, à Étrelles près de Vitré, s’étend déjà sur plus 10 000 m² depuis 2010. Un nouveau bâtiment de 5 000 m² devrait sortir de terre fin 2023 — Photo : Thales

Vandemoortele construit une nouvelle usine à Torcé

L’industriel belge de la boulangerie et de la viennoiserie Vandemoortele, dont le siège français se situe à Torcé en Ille-et-Vilaine, fait actuellement construire une troisième unité de production à côté de ses deux bâtiments historiques. La mise en service est prévue pour avril 2023. Cette nouvelle usine à 25 millions d’euros abritera une nouvelle ligne de production dédiée à la viennoiserie. Celle-ci doit permettre de répondre à la demande croissante des professionnels, tous secteurs confondus, en matière de viennoiseries de qualité. Elle permettra à Vandemoortele (4 800 salariés, 1,3 Md€ de CA) d’augmenter ses capacités de production de 25 000 tonnes par an. L’entreprise, qui emploie près de 450 personnes sur le site, va ainsi créer 50 nouveaux emplois d’ici avril 2023.

À Saint-Malo, 146 millions d’euros pour rénover Le Terminal du Naye

Sur le port de Saint-Malo, le terminal du Naye doit faire peau neuve à l’horizon 2026. La Région Bretagne, qui en est propriétaire, va y investir 146 millions d’euros sur ces quatre prochaines années. Dédié au trafic de ferries avec l’Angleterre et les îles anglo-normandes (pour le fret et le transport de passagers), le nouveau terminal sera plus en phase avec les réglementations en vigueur et permettra un meilleur accueil des passagers. Avec une augmentation du nombre de voyageurs estimée à +100 000 par an, une nouvelle gare maritime était nécessaire (700 000 passagers actuellement). Le reste de l’investissement concerne les travaux maritimes visant à accueillir des navires de plus grande capacité, mais aussi l’installation de l’électricité bord à quai.

Sur le port de Saint-Malo, le terminal du Naye doit faire peau neuve à l’horizon 2026 — Photo : AREP

Le groupe Nicot investit 12 millions d’euros pour un parc de loisirs Indoor à Quimper

Les travaux du parc de loisirs du groupe familial Nicot (200 salariés, 25 M€ de CA) à Quimper ont débuté. Le projet de 12 millions d’euros a été retardé par le Covid mais est enfin lancé. Le complexe devrait ouvrir fin 2023 avec en attraction phare une vague artificielle. Installé à côté de la jardinerie Botanic de Quimper, autre propriété du groupe, le parc dispose d’un terrain de 3,5 hectares pour un bâtiment de 6 000 m². Le parc disposera de deux restaurants, de deux bars et d’un espace dédié à l’événementiel, notamment pour les séminaires d’entreprises, avec un plateau de 400 m² et 200 m² de terrasse sur le toit. Le parc est dimensionné pour attirer 300 000 personnes par an grâce à 15 attractions.

Les travaux du parc de loisirs du groupe familial Nicot (200 salariés, 25 M€ de CA) à Quimper ont débuté — Photo : © Groupe Nicot Entreprises

Guyot Environnement va construire une tour au port de commerce de Brest

Le groupe brestois spécialisé dans la collecte et la valorisation de déchets, Guyot Environnement (400 salariés, 260 M€ de CA en 2021), a annoncé la construction d’un nouveau siège au port de commerce de Brest pour répondre à l’augmentation de ses effectifs et aux ambitions de croissance de l’entreprise. La livraison de la tour de 39 mètres est attendue pour octobre 2014 avec un début des travaux en septembre 2022. Le montant de cet investissement n’a pas été officiellement révélé.

La "Métamorphose" d’Oceanopolis à 30 millions d’euros lancée

Le conseil communautaire de Brest Métropole a approuvé le financement du projet de refonte de l’aquarium et centre scientifique de Brest, Oceanopolis. "Métamorphose" est un projet évalué à 30 millions d’euros pour un démarrage des travaux programmé au second semestre 2023. Pour transformer le site, une nouvelle billetterie et boutique en lien avec les parkings, un nouvel espace dédié aux enfants et de nouveaux espaces extérieurs sont par exemple prévus. Brest métropole (15 M€), l’État (2,5 M€), la Région Bretagne (6 M€), le conseil départemental du Finistère cofinanceront notamment le projet aux côtés du gestionnaire d’Oceanopolis, Brest’aim (3,5 M€).

85 millions d’euros pour le futur stade de Brest espéré en 2026

Le projet du nouveau stade à Brest a été présenté fin mars 2022 par les coprésidents du Stade Brestois 29 (SB29, 124 salariés, 33 M€ de budget), Gérard et Denis Le Saint, également dirigeants du Réseau Le Saint, et par François Cuillandre, président de Brest Métropole. Installé au Froutven, le projet a évolué en raison du contexte économique, notamment. La nouvelle version représente un investissement de 85 millions d’euros pour un stade de 15 000 places et de 33 350 m² de surface. Le financement n’est pas entièrement bouclé mais il sera majoritairement privé, porté par une société de projet.

Le projet du nouveau stade à Brest a été présenté fin mars 2022 par les coprésidents du Stade Brestois 29 — Photo : François de La Serre

Cadiou Industrie investit pour soutenir sa croissance

Fabricante de portails, l’entreprise de Locronan (Finistère) Cadiou Industrie (770 salariés, 92 M€ de CA) investit pour soutenir sa croissance. "Nous fonctionnons selon les besoins", explique Emmanuelle Cadiou, la PDG. 1,5 million d’euros vont par exemple permettre de rénover l’ancienne école du bourg de Locronan, pour accueillir des formations en domotique pour les artisans partenaires de Cadiou. D’ici 24 mois, la dirigeante prévoit également un autre bâtiment de production et de bureaux de 2 500 m² pour un investissement entre 4 et 5 millions d’euros sur un terrain de 40 000 m².

Trois voiliers cargos commandés à Piriou

Le groupe concarnois Piriou (1 300 salariés, 250 M€ de CA) a été choisi par Towt (10 salariés, 203 K€ de CA en 2019) et par Grain de Sail (47 salariés, 7,7 M€ de CA) pour construire leurs futurs voiliers cargos. Le transporteur Towt né à Douarnenez mais désormais basé au Havre, a commandé un premier voilier de 81 m début 2022. La livraison du premier navire est prévue fin 2023, tandis que celle du second est programmée au printemps 2024. En 2020, la société avait annoncé vouloir investir 40 millions d’euros pour une flotte de quatre voiliers-cargos. De son côté, chocolatier et torréfacteur morlaisien Grain de Sail fait construire un voilier de 52 m pour moins de 10 millions d’euros. La livraison du Grain de Sail 2 est prévue pour fin 2023.

Le groupe concarnois Piriou a été choisi par Towt et par Grain de Sail pour construire leurs futurs voiliers cargos — Photo : TOWT

30 millions d’euros pour FenêtréA et son usine unique en Europe

L’ETI morbihannaise FenêtréA a mis sur les rails son prochain projet majeur. En 2025, l’industriel disposera de l’usine de fabrication de fenêtres la plus automatisée d’Europe. Au sein de ses 11 000 m² de bâti supplémentaires, l’entreprise produira des fenêtres en aluminium très innovantes. Cette usine évolutive va venir conforter le site actuel de fenêtres aluminium qui arrive à saturation. Afin de répondre à l’essor de ce marché, le spécialiste du sur-mesure adapte son outil. De 85 millions d’euros de chiffre d’affaires actuellement, il devrait passer le cap des 100 millions d’ici deux ans. L’entreprise poursuit ses recrutements au rythme de 30 à 40 personnes supplémentaires chaque année. Elle fait partie des 10 acteurs majeurs du marché des menuiseries en France.

L’ETI morbihannaise FenêtréA disposera en 2025 de l’usine de fabrication de fenêtres la plus automatisée d’Europe — Photo : FenêtréA

Naval Group conforte ses positions

Dans un contexte marqué par des tensions géopolitiques aggravées, le champion français de l’industrie navale de défense (4Mds de CA ; 15 000 salariés) enracine durablement ses capacités sur ses deux bases bretonnes. À Brest où près de 60 millions d’euros doivent être investis d’ici 2026, un atelier multispécialité de plus de 13 000 m2 (usinage, chaudronnerie, etc.) est en cours d’aménagement afin d’abriter la maintenance des futurs sous-marins lanceurs d’engins. À Lorient où plus de 40 millions d’euros ont été investis ces trois dernières années, la mise en route du programme de construction de 3 frégates de défense et d’intervention pour la Marine grecque, en plus des 5 unités commandées par la marine nationale, permet de conforter le plan de charge au-delà de 2030.

Naval Group enracine durablement ses capacités sur ses deux bases bretonnes — Photo : Bertrand Tardiveau

Chausson Matériaux investit 11 M€ dans une usine de parpaings à Grand-Champ

Le distributeur de matériaux de construction Chausson (1,5 milliard d’euros de CA ; 5 300 salariés) prévoit d’implanter sur la carrière de Grand-Champ (Morbihan) d’ici à l’été 2023 une usine de fabrication de blocs isolants Airium bas carbone répondant aux nouvelles normes RE 2020, avec une composition minérale qui lui permet d’être recyclable à l’infini, et sans besoin de cuisson pendant sa période de séchage. La création de ce site représente un investissement de 11 millions d’euros pour le groupe familial basé à Saint-Alban, près de Toulouse, qui s’appuie sur un réseau comptant près de 500 agences sur le territoire national. Il devrait permettre la création d’environ 35 emplois.

Kership monte en puissance

Sous la présidence d’Eric Langlois, Kership, la co-entreprise pilotée par Piriou (55 %) et Naval Group (45 %) fait des étincelles avec aujourd’hui 200 emplois et 180 millions d’euros de chiffre d’affaires. Après la finition à Concarneau de 3 patrouilleurs de 87 mètres pour la marine argentine, puis 2 patrouilleurs de 62 mètres pour la marine sénégalaise, le chantier naval monte en puissance sur son site de Lanester qui est mobilisé pour la production de 12 bâtiments chasseurs de mines de 82 mètres pour les marines belge et néerlandaise d’ici 2030. Un nouveau site logistique y a été mis en place pour continuer d’intégrer tout le cycle de production des navires.

L’usine d’eau potable de Saint-Brieuc Armor sort de terre

La construction de la future usine d’eau potable de Saint-Brieuc Armor Agglomération a commencé en juin 2022. Le chantier met en œuvre dix sociétés, pour un budget de 23 millions d’euros, auxquels s’ajouteront deux nouveaux équipements pour cinq millions d’euros supplémentaires. Cette usine va nécessiter 8 000 m3 de béton et 600 tonnes d’acier pour sa construction, qui devrait s’achever après 27 mois de travaux pour une mise en exploitation fin 2023 et une année de rodage. L’équipement produira 1 850 m3/h d’eau potable, contre 1 550 m3 pour l’usine de Ploufragan qu’elle va remplacer et qui date de 1964.

La construction de la plateforme régionale Lidl continue malgré l’incendie

La future plateforme régionale Lidl de Châtelaudren-Plouagat devrait être achevée en 2023, avec retard à la suite de l’incendie qui a détruit plus de 16 000 m² sur les 52 000 m² du bâtiment en construction dans la nuit du 8 au 9 juin 2022. Le lieu doit coordonner et alimenter en marchandises les 62 supermarchés Lidl des Côtes-d’Armor, du Finistère et du Morbihan. L’investissement initial se montait à plus de 90 millions d’euros.

Mise en service du parc éolien de la baie de Saint-Brieuc en décembre 2023

Le par éolien de la baie de Saint-Brieuc devrait entrer en service en décembre 2023. Sauf incident lors de cette dernière année de construction, il aura nécessité un budget de 2,4 milliards d’euros. Le parc de 62 éoliennes de 8 MW, porté par Ailes Marines, filiale d’Iberdrola créée pour l’occasion, aura fait travailler 1 500 salariés, dont 500 en Bretagne pour des retombées fiscales annuelles de 8,5 millions d’euros.

Le Parc des Expositions de Lannion en construction

Les travaux du futur Parc des Expositions de Lannion, réalisé à l’Espace Corinne Ehrel, commencés à l’automne, devraient s’achever en décembre 2023. Le montant total de l’opération s’élève à 11,5 millions d’euros. S’étendant sur 5 800 m², sa jauge pourra monter jusqu’à 7 800 personnes. Ce projet comprend également deux salles annexes d’une surface globale de 419 m² et 893 m² et la restructuration partielle de la Maison des entreprises.

Les travaux du futur Parc des Expositions de Lannion, réalisé à l’Espace Corinne Ehrel, commencés à l’automne, devraient s’achever en décembre 2023 — Photo : DR

Bretagne # Recherche et développement # Services # Investissement # Innovation # Production # Implantation