Gironde
Mission réussie pour Ariane 6 mais déception pour la start-up The Exploration Company
Gironde # Spatial # Innovation

Mission réussie pour Ariane 6 mais déception pour la start-up The Exploration Company

S'abonner

La fusée a décollé pour la première fois le 9 juillet à 16 heures (heure de Kourou, en Guyane). L’enjeu est colossal pour le secteur spatial européen. "Succès" est le mot d’ordre, mais il est nuancé par une partie de la mission du vol avortée. La capsule de la start-up girondine The Exploration Company n’a pas été larguée.

Ariane 6 a effectué avec succès son premier décollage, le 9 juillet à 16h (heure de Kourou, 21 h à Paris) — Photo : ESA-CNES-ARIANESPACE-ARIANEGROUP/S MARTIN - P PIRON

"Avec le succès du vol inaugural d’Ariane 6, nous ouvrons un nouveau chapitre pour le spatial européen", affirmait Martin Sion, président exécutif d’ArianeGroup, peu après le premier décollage du nouveau lanceur européen le 9 juillet depuis Kourou (Guyane). Une réussite applaudie particulièrement en Gironde, qui abrite 40 % des équipes d’ArianeGroup, partie prenante du projet aux côtés de l’Agence spatiale européenne (Esa) et du Centre national d’études spatial (Cnes).

La fusée remplaçante d’Ariane 5 a décollé avec quatre ans de retard et devait démontrer sa capacité à s’arracher de l’attraction terrestre et son comportement en vol. Elle transportait aussi 17 passagers non commerciaux - satellites, capsules et expériences -, dont 12 devaient être largués en deux étapes grâce au réallumage à plusieurs reprises de son premier étage. C’est là l’un des grands progrès d’Ariane 6. À la manière d’un bus, elle est en mesure de déposer des passagers à différents endroits.

Si le premier largage de satellites s’est déroulé comme prévu à 600 km de la Terre, le second a échoué. Le moteur Vinci s’est rallumé mais interrompu et la trajectoire a dévié. Deux capsules n’ont pu être détachées, dont un démonstrateur miniature de la start-up franco-allemande The Exploration Company basée à Munich et Mérignac (Gironde).

Prochaine capsule via Space X en 2025

Nyx Bikini, son nom, devait être lancé sur la trajectoire de rentrée et tester sa capacité à traverser l’atmosphère jusqu’à l’océan Pacifique. L’étape était attendue puisque la capsule, destinée au transport de marchandises, doit être réutilisable. Pour autant, The Exploration Company demeure confiant. "Notre vaisseau spatial s’est comporté comme prévu, il vole toujours dans l’espace attaché à l’étage supérieur d’Ariane 6", explique l’entreprise qui prévoit une prochaine capsule début 2025 via Space X.

The Exploration Company développe Nyx Bikini, une capsule durable et réutilisable pour transporter des marchandises dans l’espace — Photo : The Exploration Company

"Bien que nous ne recueillions pas les données de rentrée prévues, ce n’est pas un problème pour nos prochains vols, détaille encore l’entreprise qui a travaillé sur d'autres versions. Nous n’utilisons pas la même protection thermique que Bikini et nous avons déjà collecté des données pour notre nouvelle protection thermique via des tests plasma. […] Bien sûr, nous sommes déçus […] Nous avons anticipé et accepté ce risque. Notre équipe, nos investisseurs et nos partenaires savent que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour en faire un succès." The Exploration Company - qui a levé plus de 40 millions d’euros début 2023 - a signé un premier contrat avec l’américain Axiome Space pour desservir sa station spatiale commerciale.

"Tout le monde reste engagé dans les prochaines étapes" assure The Exploration Company.

Prochain vol d’Ariane 6 d’ici la fin de l’année

De son côté, ArianeGroup a reconnu ne pas expliquer les raisons de l’interruption de l’unité de propulsion auxiliaire (APU), lors de la conférence de presse qui a suivi la phase de lancement. Mais l’entreprise dispose de quelques mois pour analyser ses données. Le prochain vol est prévu d’ici la fin de l’année pour le compte du ministère de l’Intérieur. Son carnet de commandes compte déjà 29 vols.

Gironde # Spatial # Innovation # Start-up