Mayenne
L'Atelier du Ferment exporte ses premières bouteilles de kéfir mayennais en Suisse
Mayenne # Agroalimentaire # Export

L'Atelier du Ferment exporte ses premières bouteilles de kéfir mayennais en Suisse

S'abonner

La petite entreprise mayennaise lancée en famille en 2018 ne cesse de grandir. Depuis cette année, son kéfir est déjà vendu dans plusieurs enseignes de la grande distribution. L’Atelier du Ferment poursuit la démarche, cette fois en Suisse.

L'Atelier du Ferment propose sept parfums en bio, quatre sou sa marque Kéfirade destinée à la grande distribution, à l'export, et bientôt à la restauration hors domicile — Photo : L'Atelier du Ferment

L’Atelier du Ferment vient de décrocher son premier partenariat à l’export, en Suisse. "Dans un premier temps, nous serons positionnés dans treize magasins de la chaîne Manor, ce qui est un peu l’équivalent de Monoprix dans la Suisse francophone. L’idée est de se développer dans une quarantaine de magasins", raconte Marjolaine Nantillet, cofondatrice de la start-up mayennaise qui produit et commercialise son kéfir en plusieurs parfums.

L’avantage de cette boisson est qu’elle est fruitée, "sans sucre ajouté", rafraîchissante et riche en probiotiques. Le développement d’une production locale a séduit le réseau Biocoop. Mais cet aspect "santé" implique une date de consommation de quatre mois, soit une date limite trop courte pour s’engager à l’export. "On a réussi à obtenir une date de péremption à deux ans, en stabilisant le produit sans probiotiques, explique Marjolaine Nantillet.

De 10 000 bouteilles par an à 20 000 par mois

La marque lancée en mai dernier pour s’implanter dans la grande distribution française, Kérifade, sera reprise dans les rayons suisses. Une augmentation des capacités de production est envisagée, que le développement des ventes en France, et désormais en Suisse, va inciter à financer. D’autant que de nouvelles opportunités pourraient être trouvées en Belgique et en Angleterre. "Ce sont des acteurs commerciaux ou des grossistes qui nous démarchent. On est l'un des rares fabricants dans notre segment de marché. Mais il nous reste des items à travailler, comme sur les notions de réglementations étrangères", indique la jeune directrice.

Créé en 2018, dans la cuisine de Sylvie, la maman et associée, L’Atelier du Ferment ne cesse de monter en puissance. Lorsqu’elle a intégré ses nouveaux locaux à L’Huisserie, début 2022, l’entreprise se sentait déjà à l’étroit. De 10 000 bouteilles la première année, la production était déjà montée "entre 5 000 et 7 000 bouteilles par mois, selon les saisons". Actuellement, ce sont 20 000 bouteilles de 75 cl et 25 cl qui sortent chaque mois de l’atelier. Des volumes qui devraient encore doubler d’ici un an. "À la fin de l’année, on va investir dans une nouvelle machine d’embouteillage pour augmenter la cadence", indique Marjolaine Nantillet. Car d’autres projets sont lancés.

Car vers la restauration hors domicile pour le kéfir mayennais

Après la grande distribution et l’export, L’Atelier du Ferment s’attaque à la restauration hors domicile avec sa marque Kérifade, cette fois en bouteilles de 33 cl. Un premier test est lancé avec un distributeur-caviste mayennais soucieux de développer son offre de boissons sans alcool : "Notre kéfir fait partie du calendrier de l’avent du V and B". Ce partenariat est une première mais sans doute pas un one shot : "En France, la demande en boissons fruitées et sans alcool est très importante, voit Marjolaine Nantillet. Le potentiel est énorme."

De deux associées en 2018, Marjolaine Nantillet et sa mère Sylvie Hudel, l’entreprise, qui ne dévoile pas son chiffre d'affaires, compte aujourd’hui quinze personnes, dont trois alternants. "On a embauché trois CDI cette année, et on prévoit encore deux à trois créations de postes minimum en 2024 pour assurer la croissance. On se développe en fonction des opportunités. On doit encore étudier différentes offres." 

Mayenne # Agroalimentaire # Export # PME # Créations d'emplois # Investissement