Bruno Le Maire lance la gigafactory du groupe Bolloré
# Automobile # Investissement

Bruno Le Maire lance la gigafactory du groupe Bolloré

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a annoncé, vendredi 17 mai à Ergué-Gabéric, le lancement d’une "gigafactory" pour la production de batteries pour véhicules électriques de dernière génération. Porté par Blue Solutions (groupe Bolloré), le projet doit créer 1 500 emplois d’ici 2032, dans l’agglomération quimpéroise et en Alsace.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, aux côtés du PDG du groupe Bolloré, Cyrille Bolloré, lors de la visite de l’usine Blue Solutions à Ergué-Gabéric (Finistère), le 17 mai 2024 — Photo : Goulven Connan

Annoncée depuis une dizaine de jours, la visite à Ergué-Gabéric (Finistère), près de Quimper, de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des finances et de la Souveraineté industrielle, n’a pas déçu. C’est ici, dans le fief du groupe Bolloré et au cœur de l’usine de production de batteries Blue Solutions (450 salariés), qu’il a choisi d’annoncer le lancement d’une "gigafactory" dédiée à la production de batteries de nouvelle génération pour les véhicules électriques. Accueilli par le PDG du groupe Cyrille Bolloré, Bruno Le Maire s’est immédiatement rendu dans l’atelier de production de Blue Solutions. Car c’est ici que se joue en partie l’avenir de la filière des batteries électriques en France.

1 500 emplois créés d’ici 2032

Ce projet de "gigafactory" est le cinquième sur le territoire français après de multiples projets dans les Hauts-de-France. Il vise à développer et produire des batteries pour véhicules électriques de nouvelle génération. Le projet se base sur la quatrième génération de batterie solides Lithium-Métal.

L’entreprise annonce la création de près de 1 500 emplois d’ici 2032, pour un investissement global de plus de 2,2 milliards d’euros. Le site finistérien accueillera dès 2026 le site de recherche et développement et une première ligne de production "pilote", via la création de 230 emplois. À partir de 2029-2030, la production en série sera réalisée dans l’agglomération de Mulhouse dans le Haut-Rhin (dans la commune de Wittelsheim, précisément), en région Grand Est. La capacité annuelle de l’usine devrait atteindre 25 gigawattheures, de quoi équiper 250 000 véhicules par an.

Un financement de l'Etat et des régions

"La France, qui est le pays de la science, de l’audace et du risque, doit être devant les autres en matière d’innovation et vous en êtes l’illustration, a lancé Bruno Le Maire devant les collaborateurs du groupe Bolloré. Vous êtes ici, à Ergué-Gabéric, à la pointe technologique mondiale des batteries électriques et je vous en félicite !"

Ministre de l’Économie depuis les premières heures de la présidence Macron en 2017, Bruno Le Maire a rappelé son cheval de bataille : la réindustrialisation de la France. "Cette gigafactory est le symbole très fort de cette réindustrialisation française. Je veux garantir la puissance économique du pays à travers une politique stable pour donner de la visibilité aux entreprises".

"La France n’a pas vocation à subventionner la production chinoise", a encore lâché Bruno Le Maire pour redire l’importance du développement en France de cette filière des batteries électriques. Ce sont 20 000 emplois qui seront créés d’ici 10 ans au sein d’un secteur qui n’existait pas il y a cinq ans.

Le PDG du groupe Bolloré, Cyrille Bolloré, entend aider la filière automobile européenne à performer grâce à ses batteries solides du futur — Photo : Goulven Connan

Le groupe Bolloré figure parmi les 500 plus grandes compagnies mondiales (20 Md€ de CA en 2022, 56 000 collaborateurs). Son PDG, Cyrille Bolloré, s’est dit "heureux" que la France soutienne une activité dans laquelle son entreprise investit depuis 30 ans. Elle représente "une vraie rupture permettant à̀ l’industrie automobile européenne de gagner la course technologique de la prochaine décennie", avertit-il.
Si le ministère de l’Économie n’a pas souhaité donner le montant des aides publiques alloué au projet de Blue Solutions (le Journal Les Echos avançait le chiffre de 500 millions d’euros), "la région Bretagne et la communauté d’agglomération Quimper Bretagne Occidentale vont contribuer au projet à hauteur de 13 à 14 millions d’euros", a confirmé Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne. La Région Grand Est financera aussi le projet alsacien mais n'a pas communiqué sur les montants.

Une batterie GEN4 de quatrième génération

"Nous travaillons sur cette technologie de batteries solides Lithium-Métal depuis la fin des années 1990, précise Jean-Baptiste Behaghel, directeur général adjoint de Blue Solutions. Nous sommes la seule entreprise au monde à utiliser cette technologie à l’échelle industrielle". Le dirigeant explique que le procédé, "complexe et assez difficile à maîtriser", offre davantage de sécurité, de densité énergétique et de légèreté aux batteries par rapport à la technologie classique Lithium-Ion.

"Cette technologie, nous l’avons utilisée dès 2011 sur notre offre d’autopartage et sur nos bus un peu plus tard. Nous sommes en train de franchir une rupture technologique avec la quatrième génération de batterie (GEN4) qui offrira au véhicule équipé jusqu’à 40 % d’autonomie en plus, un poids allégé et moins d’encombrement, une longue durée de vie, un temps de charge réduit et une meilleure résistance aux variations de températures." Dans un contexte de transformation profonde de la filière automobile, Blue Solutions va s’appuyer sur ces avantages technologiques pour rendre cette technologie incontournable et répondre aux attentes futures du marché automobile.

Finistère Alsace # Automobile # Investissement # Créations d'emplois # Made in France # Investissement industriel
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise BLUE SOLUTIONS