ACC inaugure la première gigafactory de batteries électriques en France
# Industrie # Implantation

ACC inaugure la première gigafactory de batteries électriques en France

S'abonner

L'entreprise ACC vient d'inaugurer la toute première gigafactory de batteries électriques en France, entre les communes de Billy-Berclau et Douvrin (Pas-de-Calais). Fruit d'un investissement de 850 millions d'euros, elle doit créer 2 000 emplois directs d'ici 2030 et affichera alors une capacité de production annuelle de 40 GWh.

Sortie de terre en moins de dix mois, la première gigafactory française de batteries électriques, portée par l'entreprise ACC, s'étend sur 61 000 m² au cœur du bassin minier — Photo : Elodie Soury-Lavergne

L’entreprise ACC (Automotive Cells Company) a inauguré fin mai, au cœur du bassin minier, la toute première gigafactory française de batteries pour véhicules électriques. Le nouvel équipement, situé dans le Parc des industries Artois Flandres, à cheval sur les communes de Douvrin et de Billy-Berclau (Pas-de-Calais), est tout un symbole. Installée sur une friche industrielle de 35 hectares, liée à la réduction d’emprise foncière de la Française de Mécanique en 2015, cette usine constitue la première pierre d’une nouvelle filière industrielle en France et en Europe, celle de la batterie électrique. "C’est un extraordinaire mais difficile projet, qui contribue à réindustrialiser la France et à sa souveraineté", a déclaré Yann Vincent, dirigeant d’ACC.

850 millions d’euros investis

Fondée en 2020, l’entreprise franco-allemande ACC réunit trois actionnaires : Stellantis, TotalEnergies et Mercedes. Cette usine, fruit d’un investissement de 850 millions d’euros, est un projet d’envergure sur bien des aspects, puisqu’elle s’étend sur 640 mètres de long, pour 100 mètres de large. Elle va plus précisément concevoir et fabriquer des cellules et sous-ensemble de modules stockant l’énergie. Ces éléments seront ensuite assemblés en pack batteries par les constructeurs automobiles.

La production doit démarrer cet été, pour une commercialisation fin 2023, avec une première ligne d’une capacité de 13,4 gigawatts heure. La capacité globale de 40 gigawatts heure sera atteinte en 2030, permettant d’équiper un peu plus de 800 000 véhicules électriques. ACC porte deux autres projets de gigafactories, à Kaiserslautern (Allemagne) en 2025 et à Termoli (Italie) en 2026, qui lui permettront d’atteindre 120 GWh à pleine capacité industrielle d’ici 2030.

2 000 emplois créés d’ici 2030

Toujours à cet horizon 2030, l’usine nordiste devrait générer 2 000 emplois directs sur le territoire. Cette gigafactory marque également le lancement d’une nouvelle filière liée à l’automobile dans les Hauts-de-France, une région qui se qualifie désormais comme la "Vallée de la batterie électrique". Trois autres gigafactories doivent en effet voir le jour ces prochaines années dans le Nord, à Dunkerque, avec deux projets portés par Verkor et ProLogium et un projet à Douai, porté par Envisio.

"Ces quatre sites qui vont naître dans les Hauts-de-France représentent 10 000 emplois industriels pour la région", a souligné le ministre de l’Économie Bruno Le Maire lors de l’inauguration. La Région Hauts-de-France, qui a soutenu ce projet d’ACC à hauteur de 121 millions d’euros, se dit prête à accorder son aide financière à d’autres acteurs de la batterie électrique : "Nous voulons soutenir le développement d’activités de recyclage et de raffinage dans d’autres villes du territoire, pour compléter cette vallée de la batterie, techniquement et géographiquement", a commenté le président de la Région Xavier Bertrand.

Pas-de-Calais Dunkerque Gironde # Industrie # Banque # Automobile # Production et distribution d'énergie # Autres industries # Implantation # International # Investissement # Ressources humaines # Innovation # Capital