Haut-Rhin

E-commerce

Le site d'e-commerce automobile Driftshop tente la distribution physique avec un showroom

Par Cécile Hans, le 16 janvier 2023

Le site internet de vente en ligne de pièces automobiles Driftshop est né il y a onze ans à Berrwiller, dans le Haut-Rhin. Malgré un contexte défavorable à la voiture, les fondateurs ouvrent en mars un showroom attenant au siège de l’entreprise.

Steve Leiber (à gauche), champion d’Europe de drift en 2021, Nicolas Koenig et sa femme Aurélie Koenig ont créé le site de vente en ligne Driftshop en 2011.
Steve Leiber (à gauche), champion d’Europe de drift en 2021, Nicolas Koenig et sa femme Aurélie Koenig ont créé le site de vente en ligne Driftshop en 2011. — Photo : Cécile Hans

C’est avant tout la passion qui rassemble Steve Leiber et Nicolas Koenig. Celle du "drift", une discipline de sport automobile de dérapages contrôlés. En 2011, ils font de leur passion une activité et fondent le site internet de vente en ligne de pièces automobiles Driftshop.fr. Sans locaux propres, ils louent un garage faisant office de stock.

La société a investi un million d’euros les deux dernières années. Cette enveloppe a été injectée dans l’extension de leurs locaux de 225 m² acquis en 2013 à Berrwiller, à mi-chemin entre Colmar et Mulhouse (Haut-Rhin). Les associés ont pu acquérir en 2022 le bâtiment voisin. Aujourd’hui, Driftshop compte plus de 3 500 m2 de stockage et presque 500 m2 de bureaux. L’entreprise emploie 30 salariés et ouvre un showroom au printemps pour diversifier ses canaux de vente.

De l’e-commerce au showroom

Driftshop propose toutes les pièces et consommables utiles pour améliorer les performances d’une voiture dans une perspective de conduite sur circuit ou de sport automobile (suspensions réglables pour la conduite sportive, sièges baquets, freinage de compétition, pièces moteur pour augmenter la puissance…), ou pour lui apporter des améliorations esthétiques (jantes, volant, pommeaux, peinture, lumières…).

L’entreprise se fait connaître par des campagnes de publicité via les réseaux sociaux ou Google. "L’e-mailing fonctionne toujours pour faire revenir les clients existants. L’avantage du marketing en ligne est que l’on peut suivre directement son résultat et sa rentabilité", détaille Nicolas Koenig.

À la différence de plateformes très éloignées de leurs clients finaux, il n’est pas rare pour les dirigeants de Driftshop de rencontrer les clients locaux et les personnes en recherche d’une pièce en urgence. "Nous travaillons dans un milieu de passion. Des clients viennent chez nous pour voir certains objets et particulièrement les vêtements, pour voir le rendu des jantes de leurs propres yeux etc.", précise le cofondateur de l'entreprise.

Un showroom pour le printemps

Ainsi est né le projet de créer un showroom de 100 m2, aménagé dans le bâtiment acheté en 2022. Driftshop pourra aussi y faire découvrir les simulateurs de course, un secteur en pleine progression ces dernières années. L’ouverture est prévue à l’anniversaire de l’entreprise, le 17 mars. "Nous avons déjà une activité de vente au comptoir existante, par le biais de laquelle nous réalisons plusieurs ventes chaque jour. Comme nous communiquions sur le fait de ne vendre qu'en ligne, l’ouverture officielle d’un point de vente physique aura forcément une influence positive, mais nous n’avons fixé aucun objectif précis", concède Nicolas Koenig.

Garder une croissance à deux chiffres

Les quatre premières années, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires à chaque exercice. Depuis cinq ans, la croissance annuelle moyenne est de 35 %. "L’activité du site a connu un pic ces dernières années, avec plus de 1 000 expéditions par jour, particulièrement sur les journées promotionnelles type Black Friday", pose le dirigeant. Driftshop a bouclé son exercice 2021 avec un chiffre d’affaires de 15 millions d'euros.

"Le commerce international et le climat économique sont plus qu’incertains. Nous tablons sur un ralentissement de la croissance, déjà observé en 2021. Nous serons satisfaits si l’on parvient à garder une croissance à deux chiffres", poursuit-il. DriftShop traite 600 commandes en moyenne par jour. Deux tiers de ses clients sont des particuliers. "On se distingue par la disponibilité des produits, le service client en français et en anglais et la rapidité de livraison", décrit Steve Leiber.

Jongler avec le coût du fret et des matières premières

Webdesigner de formation, Nicolas Koenig a créé le site internet de Driftshop. Entièrement remanié il y a quatre ans, il s'est enrichi d'une version anglaise pour toucher les marchés internationaux. Les clients se situent partout dans le monde, surtout en Europe mais aussi aux États-Unis et au Japon. "Nous avons livré dans les trois quarts des pays du monde", se réjouit Steve Leiber. La France représente leur premier marché ; viennent ensuite l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Belgique et le Luxembourg. Pour les marchés frontaliers suisse et allemand, la difficulté vient de la différence de législation en termes de contrôle technique.

Leurs principaux fournisseurs se trouvent en Chine, Taïwan, aux États-Unis et au Japon, très peu en Europe et presque pas en France. "Notre travail en ce moment est de toujours recalculer le prix de revient pour l’adapter au marché par rapport à l’augmentation du prix de la matière première et des fluctuations des prix du fret", regrette Nicolas Koenig.

Des pièces similaires pour les voitures électriques

Les activités extérieures ayant été limitées par la pandémie de Covid, le e-commerce a bénéficié à plein du pouvoir d'achat des consommateurs, notamment pour l'équipement de leur voiture. "Les meilleures ventes sont toujours les jantes et les amortisseurs. Par chance, ces pièces restent les mêmes pour les voitures électriques", sourit Nicolas Koenig, qui anticipe déjà les évolutions à venir en matière de motorisation automobile. L’entreprise s’organise autour d’un système informatique basé sur onze années de données en fonction des fournisseurs, des délais, des rythmes de vente : "Le système nous dit quand commander quoi. Notre secteur ne connaît pas de saisonnalité, les trois-quarts de notre catalogue restent les mêmes", expose le dirigeant.
En parallèle de leur activité commerciale, Steve Leiber et Nicolas Koenig organisent une compétition de drift tous les ans, en juin, au circuit automobile de l'Anneau du Rhin. Ils participent également à une vingtaine d'événements par an (drift, endurance sur circuit et autres disciplines de sport auto), bien sûr par plaisir mais aussi pour être visibles. Steve Leiber a été champion d'Europe de drift en 2021. De quoi accroître la notoriété de son entreprise.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition