Manche

Télécoms

Acome mise sur sa flexibilité pour rebondir

Par Isabelle Evrard, le 17 août 2022

Après une sévère baisse en 2021, le groupe Acome retrouve son niveau d’activité d’avant-Covid avec un chiffre d’affaires de 552 millions d’euros. L’industriel normand, spécialisé dans les câbles de haute technicité, cherche à renforcer son offre en 2022, avec une plus grande flexibilité, pour contrer les tensions économiques internationales.

Acome, câbles de haute technicité pour les télécoms et l’automobile.
Acome, câbles de haute technicité pour les télécoms et l’automobile. — Photo : Stefen Meyer

Après avoir enregistré une baisse d’activité de 21 % et une perte de près de 120 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, le groupe normand Acome, spécialisé dans les câbles de haute technicité (6 usines à Romagny-Fontenay dans la Manche, 3 en Chine, 1 au Brésil et 1 au Maroc), retrouve son niveau de croissance d’avant la crise : "2021 a été une bonne année en termes d’activité et de performance puisque nous enregistrons une croissance de 30 % avec un chiffre d’affaires consolidé de 552 millions d’euros et un résultat net de 15 millions d’euros. L’excédent brut d’exploitation bénéficie de la hausse d’activité et s’établit à 42 millions d’euros", annonce le PDG Jacques de Heere. Un rebond qui a permis à l’entreprise d’embaucher une quarantaine d’ingénieurs et de cadres pendant l’année, pour un effectif total de 1 750 collaborateurs. La part de l’international atteint, quant à elle, 52 % grâce à une bonne dynamique commerciale et la filiale de Wuhan connaît un rythme de croissance particulièrement soutenu (+ 80 % par rapport à 2019).

L’année 2021 s’est déroulée en deux temps : "le premier semestre s’est montré très dynamique avec une forte croissance et une vraie relance de l’activité économique, mais le second semestre est plus ralenti avec des tensions sur l’approvisionnement et des pénuries de semi-conducteurs dans l’automobile, de matériaux dans le bâtiment et le fléchissement des investissements dans les réseaux d’infrastructures télécoms".

L’activité fibre optique en retrait

Alors que toutes les activités du groupe connaissent une nette amélioration de leur chiffre d’affaires, l’activité des câbles à fibre optique est restée en retrait comparée à celle de l’année 2019 avec une chute des volumes de 18 % en 2021. "Le déploiement du Très Haut Débit en France reste le principal moteur de l’activité mais il a été pénalisé par les importations massives de câbles optiques en provenance d’Asie et particulièrement de Chine. Les effets des sanctions anti dumping prises par la commission européenne n’ont pas eu d’effet avant la fin de l’année et les hausses de prix des matières premières et de l’énergie au dernier trimestre 2021 ont brutalement généré une hausse des prix des fibres optiques et provoqué des tensions sur les approvisionnements qui perdurent en 2022", détaille le PDG qui annonce vouloir élargir son offre aux marchés allemand et anglais encore "peu équipés en fibre optique".

Misant sur la polyvalence, Acome a repris en février 2022, la start-up Énergie IP, qui vient ainsi compléter les offres de câblage et de services portées par le groupe, qui souhaite développer de nouvelles solutions "smart building" (bâtiment intelligent) à partir de la technologie développée par la start-up.

La flexibilité pour contrer les tensions économiques

Si l’année 2022 continue sur sa lancée en termes de volumes d’activité, les tensions au niveau de l’approvisionnement obligent l’entreprise à trouver des solutions de substitution "de façon acrobatique", comme le précise Jacques de Heere qui ne cache pas son inquiétude pour l’année 2022 : "l’entreprise subit de violentes baisses de marges qui s’effondrent littéralement depuis le début de l’année. Le contexte inflationniste et géopolitique mondial provoque des perturbations dans le commerce mondial qui vont provoquer de violents à-coups dans notre activité." L’entreprise normande mise donc sur sa flexibilité et sa réactivité pour absorber ces fluctuations, en adaptant, notamment, de façon ponctuelle les horaires de ses équipes.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition