Grand Est

Automobile

EDF veut accélérer dans la recharge "intelligente" de véhicules électriques dans le Grand Est

Par Jean-François Michel, le 01 avril 2021

Le délégué régional EDF dans le Grand Est, Jean-Michel Deveza, veut lancer dès cette année une expérimentation autour des technologies de recharge des véhicules électriques.

Les filiales d’EDF Izivia et Dreev vont mener une expérimentation autour du véhicule électrique dans la région Grand Est.
Les filiales d’EDF Izivia et Dreev vont mener une expérimentation autour du véhicule électrique dans la région Grand Est. — Photo : Jean-François Michel

En charge de la coordination de l’ensemble des activités du groupe EDF dans la région Grand Est depuis mars 2020, Jean-Michel Deveza a mis la "transition énergétique" au cœur de la stratégie de l’énergéticien dans la région.

Avec pour objectif "d’apporter des services électriques pouvant se substituer à toutes les énergies fossiles qui produisent des émissions de gaz à effet de serre et du CO2", Jean-Michel Deveza en appelle aujourd’hui aux entreprises de la région, PME ou grands groupes, pour lancer un programme de test autour des technologies de "recharge intelligente" des véhicules électriques, en s’appuyant sur les technologies "V1G" et "V2G". Deux sigles qui signifient "Vehicle-to-Grid", soit une technologie permettant au véhicule de communiquer avec le réseau électrique pour optimiser la charge. Là où le "V1G" permet de retarder la recharge des véhicules pour éviter un pic de consommation sur le réseau, le "V2G" utilise les batteries des véhicules électriques comme un stockage permettant d’assurer l’équilibre du réseau électrique.

Passer du thermique à l’électrique

L’expérimentation sera portée par Izivia, la filiale d’EDF dédiée à l’installation de bornes de recharge, et Dreev, une coentreprise créée entre EDF Pulse Croissance et la start-up californienne Nuvve spécialisée dans le développement du "Vehicle-to-Grid". "Nous sommes en train de proposer cette expérimentation au niveau de la région Grand Est. Et si tous les feux passent verts, au deuxième semestre 2021, nous serons sur la phase de recherche des entreprises qui pourront intégrer le programme", détaille Jean-Michel Deveza. Concrètement, EDF recherche des entreprises qui souhaitent convertir leur flotte de véhicules du thermique à l’électrique, pour arriver à plusieurs centaines de véhicules impliqués dans le test.

Composée à 82 % de nucléaire, à 15 % d’énergies renouvelables et 2 % de gaz, la production d’électricité du groupe EDF dans le Grand Est émet 14 grammes de CO2 par kilowattheure produit. "La moyenne européenne est plutôt autour de 300 grammes, et autour de 330 voire 340 grammes de CO2 en Allemagne. Dans la région Grand Est, nous avons de l’électricité en abondance et très bas carbone", souligne Jean-Michel Deveza, qui entend pousser le "vecteur électrique" face aux autres modes de production. Il affirme que l’heure est à l’investissement, dans l’industrie comme dans la mobilité : "Entre le plan France Relance du gouvernement et le Business Act de la région Grand Est, tout est en place pour faire rentrer les concepts de la transition énergétique dans un principe de réalité."

Les filiales d’EDF Izivia et Dreev vont mener une expérimentation autour du véhicule électrique dans la région Grand Est.
Les filiales d’EDF Izivia et Dreev vont mener une expérimentation autour du véhicule électrique dans la région Grand Est. — Photo : Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail