Loire-Atlantique

Immobilier

La pénurie de logements, locaux tertiaires et d'activité s'aggrave à Nantes

Par Caroline Scribe, le 21 octobre 2021

Après avoir lancé un premier cri d'alerte en janvier 2021, le Club Immobilier Nantes Atlantique récidive. Il confirme la pénurie de logements, de locaux tertiaires et de foncier pour les locaux d'activité sur la métropole nantaise. Un état de fait qui aurait tendance à s'aggraver.

Il y a urgence à relancer la construction à Nantes, pointent les professionnels du secteur.
Il y a urgence à relancer la construction à Nantes, pointent les professionnels du secteur. — Photo : DR

Le secteur de la construction a subi deux coups d’arrêt dans la métropole nantaise : d’abord au moment des élections municipales, puis lors de la crise sanitaire. "2020 a été une année blanche et, en 2021, le rattrapage n’est pas là. Trop peu nombreux, les lancements de nouvelles opérations ne permettent pas de rattraper les retards accumulés depuis des années", constate Christine Serra, présidente du Club Immobilier Nantes Atlantique* (Cina) qui, dès le début de l’année, alertait élus, professionnels et citoyens sur les tensions sur le marché immobilier nantais.

Raréfaction de l’offre face à une demande dynamique

Les constructions dans la Métropole sont très en deçà des objectifs du Plan Local de l’Habitat. Seuls 40 % des 6 000 logements (dont 2 000 logements sociaux) envisagés ont été réalisés. En cause, les délais d’instruction des permis de construire qui s’allongent (deux à trois ans actuellement), auxquels il faut ajouter le temps de la construction, soit cinq à six ans pour livrer un appartement. En face de cette offre trop rare, la demande ne se dément pas, portée par le dynamisme démographique de la métropole, qui gagne 9 500 habitants par an. "Il faut tordre le cou à l’idée selon laquelle ce sont les Parisiens qui font monter les prix. 80 % des transactions sur la Métropole sont le fait de Nantais", souligne au passage Christine Serra.

La pénurie de l’offre de logements concerne aussi bien la location que l’accession, avec pour conséquence un taux de vacance inférieur à 2 % et une envolée des prix, tant dans l’ancien que dans le neuf. Globalement, l’immobilier ancien a augmenté de 9 % sur la métropole nantaise, au troisième trimestre 2021 par rapport à la même période 2020 (contre 2, 2 % à Bordeaux). Le loyer médian pour la location d’une maison ou d’un appartement à Nantes s’élève à 11, 6 euros par m².

Problème d’attractivité

Les locaux d’activité et tertiaires souffrent des mêmes problématiques de pénurie, avec des conséquences en termes d’attractivité pour les entreprises concernées. "La pénurie de logements fait que les commerces nantais peinent à recruter des salariés qui ne peuvent pas se loger. La deuxième difficulté porte sur la logistique du dernier kilomètre. Là encore, le foncier et les projets sont défaillants et les surfaces disponibles inadaptées", analyse Laurence Quiblier, en charge des commerces au sein du Cina. "On ne peut pas parler d’attractivité aux entreprises si l’offre de logements et de locaux tertiaires est insuffisante. Le bureau n’est pas mort malgré le développement du télétravail", complète Christine Serra.

Pour remédier à cet état de fait, le Cina, associé aux autres acteurs du logement, propose de fluidifier le marché en accélérant les délais avant le dépôt des permis de construire. Cette action passerait par la mise en place d’un Carré Pro, à l’instar de ce qui se pratique à La Poste, par exemple. Un interlocuteur dédié à la filière au sein des collectivités permettrait également de faire le lien entre les différentes directions et les professionnels pour éviter les avis contradictoires des services et, donc, l’allongement des délais. Par ailleurs, le Cina pointe le manque de volonté politique de certains élus, réticents à densifier l’habitat sur leurs communes par crainte de la réaction des administrés. Il y a pourtant urgence à agir, s’accordent à dire les professionnels de la construction.

* Créé en 1992, le Cina fédère les professionnels de l'immobilier, analyse et structure la réflexion pour accompagner les élus dans leurs décisions. Il rassemble aujourd'hui environ 300 membres.

Il y a urgence à relancer la construction à Nantes, pointent les professionnels du secteur.
Il y a urgence à relancer la construction à Nantes, pointent les professionnels du secteur. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail