Rennes

Commerce

Pourquoi Scarabée Biocoop passe au statut de société coopérative d'intérêt collectif

Par Virginie Monvoisin, le 25 juin 2021

Coopérative de consommateurs depuis 1983, l’entreprise Scarabée Biocoop, qui compte dix magasins bio à Rennes et ses alentours, a validé un changement de statut pour devenir une société coopérative d’intérêt collectif.

Marc Chevalier, responsable administratif et financier de Scarabée Biocoop à Rennes.
Marc Chevalier, responsable administratif et financier de Scarabée Biocoop à Rennes. — Photo : Virginie Monvoisin

Scarabée Biocoop, dont le siège est à Rennes, rassemble une dizaine de magasins de produits bio dans l’agglomération rennaise. Depuis sa création en 1983, elle a grandi et pris une dimension de plus en plus importante, employant 270 collaborateurs et réalisant un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros. Alors qu’elle était jusqu’alors une coopérative de consommation, elle abandonne ce statut pour celui de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (Scic), adopté lors de son assemblée générale le 24 juin.

Les sociétaires pourront devenir associés

"Nous avons atteint une limite et avions envie d’aller plus loin dans le partage des pouvoirs, confie Marc Chevalier, responsable administratif et financier de Scarabée Biocoop. En adoptant le statut de Scic, notre mode de gouvernance ne change pas. Nous intégrons simplement au conseil de surveillance, en plus des sociétaires consommateurs et salariés, d’autres parties prenantes comme les fournisseurs, producteurs, acteurs de la transformation, nos partenaires économiques, etc. En un mot, tous ces acteurs qui sont importants pour nous et notre développement."

Les sociétaires auront ainsi la possibilité de devenir associés. Avec le passage en Scic, dont l’objet est, selon la loi de 2001, "la production ou la fourniture de biens et de services d’intérêt collectif qui présentent un caractère d’utilité sociale", la gestion de l’entreprise reste démocratique et ne privilégie pas la lucrativité.

Développer le bio sur le territoire

À l’issue d’une assemblée générale extraordinaire de transformation qui se tiendra en octobre, Scarabée fonctionnera donc avec un conseil de surveillance élargi. Le directoire, lui, reste aux manettes. Le fonctionnement en holacratie, lui, ne change pas. "La Scic permettra à tous les acteurs de porter le projet de la coopérative pour l’ancrer davantage et la faire grandir sur le territoire, ajoute Marc Chevalier. Nous ne sommes pas que des magasins bio ! Notre première motivation est de développer une agriculture bio et locale, et cela doit se faire en concertation avec nos partenaires". Les décisions seront donc prises en lien avec toutes les parties prenantes.

Marc Chevalier, responsable administratif et financier de Scarabée Biocoop à Rennes.
Marc Chevalier, responsable administratif et financier de Scarabée Biocoop à Rennes. — Photo : Virginie Monvoisin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail