• France

    Emploi

    Les embauches signent une nouvelle année exceptionnelle en 2022, malgré leur essoufflement au quatrième trimestre

    20 janvier 2023

    L’année 2022 s’est terminée comme elle avait commencé sur le front de l’emploi : par une (rare) baisse de régime pour les déclarations d’embauche (hors intérim). Au quatrième trimestre, l’Urssaf en a compté 6,89 millions, en repli d’1,8 % en trois mois, pour ce qui est (seulement) leur seconde baisse depuis fin 2020. Les CDI ont mieux résisté (-0,4 %) que les CDD courts (-1,6 %) et les longs de plus d’un mois (-4,3 %). Cette contraction des recrutements est, par ailleurs, circonscrite aux services (-2 %), puisque l’industrie progresse (+1,3 %) et le BTP se stabilise (+0,1 %). Dans le détail, certaines activités sont toutefois en souffrance, à commencer par l’immobilier (-16 %), les industries extractives (-10,5 %) et le commerce (-6,3 %). Le reflux s’avère également limité à quelques régions : la Corse (-4,6 %, hors contrats courts), les Hauts-de-France (-3,2 %) et la Nouvelle-Aquitaine (-1,3 %). Ainsi, au niveau national, malgré ces quelques fissures, la dynamique générale de l’emploi reste exceptionnelle : les embauches progressent d’1,3 % par rapport à la même période d’il y a un an. Mieux, sur l’ensemble de 2022, elles affichent une croissance de +15,8 %, comparée à 2021.

Les dernières infos