Finistère

Industrie

Amzair a réamorcé la pompe de la croissance

Par Jean-Marc Le Droff, le 05 novembre 2018

Glen Desmoussaux a repris Amzair à la barre du tribunal de commerce de Brest il y a 6 ans. Le fabricant de pompes à chaleur affiche aujourd’hui une belle santé. Ces trois dernières années, son dirigeant et ses associés sont parvenus à quasiment tripler son chiffre d’affaires. Une performance qu’ils comptent bien renouveler d’ici cinq ans.

Six ans après avoir repris Amzair, Glen Desmousseaux et ses associés sont parvenus à remettre l'entreprise à flot et veulent désormais passer à la vitesse supérieure. — Photo : © Jean-Marc Le Droff / Le Journal des entreprises

« Ça n’aura pas été simple, mais on peut dire aujourd’hui qu’on a redressé l’entreprise et on va désormais changer de braquet », se félicite Glen Desmousseaux, le dirigeant d’Amzair, à Plabennec. Les résultats sont effectivement éloquents : un chiffre d’affaires qui dépassait les 3 M€ en mars, soit 2,5 fois plus qu’il y a trois ans, et un objectif de 3,5 M€ pour le prochain exercice.

Les effectifs suivent la même tendance, passant de 9 salariés il y a quatre ans contre 25 aujourd’hui, auxquels s’ajouteront bientôt cinq embauches, actuellement en cours. La croissance est encore plus visible en termes de production, laquelle est passée de 250 pompes à chaleur en 2012 contre près d’un millier cette année, distribuées via un réseau de 150 installateurs en France. Le tout en pariant sur la recherche et le développement.

Des produits dans l’air du temps

Il faut dire qu’en associant développement durable, production locale et innovation, le concept de pompes à chaleur d’intérieur développé par Amzair est dans l’air du temps. « Nos pompes à chaleur sont en général 10 à 15 % plus chères que celles fabriquées dans des produits à bas coût, mais elles sont beaucoup plus discrètes et permettent de réduire à zéro les émissions de CO2. Au final, la facture est divisée par deux par rapport à du fioul, et par trois par rapport à du propane ou de l’électricité. Nos machines sont donc largement amorties en 4 ou 5 ans », détaille Glen Desmousseaux, qui mise ainsi sur l’innovation pour gagner des parts sur un marché français estimé à 85 000 machines par an.

Une longueur d’avance sur la concurrence

« Nous venons de lancer un pavé dans la mare avec la commercialisation de notre gamme de pompes à chaleur connectées qui permettent de faire de la domotique, de la maintenance à distance, mais aussi du paramétrage, afin de coller au plus près des besoins du client. Ça nous donne une vraie longueur d’avance sur nos concurrents », explique le dirigeant qui, pour développer cette innovation, a travaillé en partenariat avec deux start-up brestoises (SenX et Be Able), ainsi qu’avec un designer industriel. Autre argument de poids : la durabilité. « Nous venons de lancer notre garantie sur dix ans afin de prouver à nos clients que nous luttons contre réellement contre l’obsolescence programmée. »

Et si l’entreprise réalise actuellement 50 % de son chiffre d’affaires en Bretagne et 80 % dans le grand Ouest, Amzair lorgne désormais aussi vers l’export. « Nous venons de nouer un partenariat en Italie et sommes en train d’en développer un autre en Europe du Nord », confie le dirigeant, qui est également en phase de préparation d’une prochaine levée de fonds de l’ordre de 3 millions d’euros.

Six ans après avoir repris Amzair, Glen Desmousseaux et ses associés sont parvenus à remettre l'entreprise à flot et veulent désormais passer à la vitesse supérieure. — Photo : © Jean-Marc Le Droff / Le Journal des entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture