Loire

Industrie

Isonat va doubler et décarboner sa production de panneaux isolants en fibre de bois

Par Gilles Cayuela, le 09 novembre 2022

Filiale du groupe Saint-Gobain, la PME ligérienne Isonat a investi plus de 10 millions d’euros pour doubler sa production de panneaux isolants en fibre de bois. Opérationnel début 2023, cet investissement va aussi lui permettre de réduire de 20 % son empreinte carbone.

Christophe Rongier, le directeur général d'Isonat, ambitionne de doubler sa production de panneaux isolants en fibre de bois en 2023.
Christophe Rongier, le directeur général d'Isonat, ambitionne de doubler sa production de panneaux isolants en fibre de bois en 2023. — Photo : Gilles Cayuela

Filiale d’Isover (groupe Saint-Gobain), le fabricant d’isolants biosourcés en fibre de bois Isonat (60 salariés ; 20 M€ de chiffre d'affaires en 2022) vient d’investir plus de 10 millions d’euros pour doubler la capacité de production de son usine de Mably, près de Roanne (Loire), et passer ainsi d’environ 20 000 tonnes de panneaux isolants produits par an à 42 000 tonnes à horizon 2023.

"Nous avons démarré notre activité en 2012 avec une ligne de production dédiée aux produits rigides pour l’isolation extérieure des bâtiments. En 2016, l’entreprise a été reprise par Saint-Gobain. L’année suivante, nous avons intégré une ligne de produits flexibles pour l’isolation intérieure. Jusqu’à présent, ces deux lignes ne fonctionnaient pas en même temps, nous avons donc décidé d’investir dans un deuxième défibreur et un deuxième séchoir pour nous permettre de produire en même temps des produits rigides et des produits flexibles. Ce qui va nous permettre de doubler notre production", détaille Christophe Rogier, directeur général d’Isonat.

Le directeur général d'Isonat, Christophe Rongier (à gauche), en compagnie de son responsable de production, présente les deux séchoirs qui fonctionneront bientôt en même temps.
Le directeur général d'Isonat, Christophe Rongier (à gauche), en compagnie de son responsable de production, présente les deux séchoirs qui fonctionneront bientôt en même temps. - Photo : Gilles Cayuela

Une demande croissante

Après une progression de son chiffre d’affaires de 30 % entre 2020 et 2021, la PME ligérienne prévoit "une légère croissance" cette année et compte sur cet investissement pour reprendre sa marche en avant en 2023. "Notre outil de production est arrivé à saturation. Cet investissement va nous permettre de répondre à la demande croissante des produits d’isolation biosourcés qui est encore plus importante que la croissance des produits isolants classiques", explique Christophe Rogier.

Passé de 45 salariés en 2020 à 60 aujourd’hui, Isonat prévoit une vingtaine de nouvelles embauches en 2023 pour assurer progressivement la montée en capacité de ses deux lignes de production.

Économies d’énergie

Pour fabriquer ses produits isolants, la PME s’approvisionne en plaquettes de bois auprès d’une quinzaine de scieries situées dans un rayon de 60 km autour de son usine. Elle compte aussi sur cet investissement pour réduire son empreinte carbone et, par là même, sa facture énergétique. "Nous allons pouvoir décarboner notre fabrication car nous utiliserons des technologies qui vont nous permettre d’économiser de l’énergie au niveau du défibrage. Nous allons aussi utiliser des brûleurs à flamme directe sur le séchoir, ce qui va nous permettre d’avoir une meilleure efficacité, sans parler des moteurs avec variateurs de dernière génération qui vont aussi nous faire réaliser des économies", détaille le dirigeant, qui vient par ailleurs de lancer un projet de remplacement des ampoules par des ampoules basse consommation à Led.

Près de 20 000 tonnes de tableaux isolants sont produits chaque année par Isonat. En 2023, ce chiffre passera à 42 000 unités.
Près de 20 000 tonnes de tableaux isolants sont produits chaque année par Isonat. En 2023, ce chiffre passera à 42 000 unités. - Photo : Gilles Cayuela

"Au final, nous allons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 20 %, soit 1 100 tonnes de CO2 par an, en réalisant une économie d’énergie de 4 500 mégawattheures par an", détaille le dirigeant. Ce volet décarbonation a permis à Isonat de bénéficier, dans le cadre d’un appel à projets de l’Ademe, d'une subvention de 850 000 euros .

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition