Gers
Le groupe Parera a distribué 80 000 euros en prime de partage de la valeur
Gers # Ingénierie # Social

Le groupe Parera a distribué 80 000 euros en prime de partage de la valeur

S'abonner

Sous l’impulsion de son président Jacques Cettolo, le groupe gersois Parera, qui exerce dans le domaine de la cartographie pour les opérateurs de réseaux, prend des mesures fortes en faveur du pouvoir d’achat de ses 750 salariés.

Le siège de l’entreprise Parera se trouve à L’Isle-Jourdain, dans le Gers — Photo : Parera

Fondé en 1968, le groupe gersois Parera (750 salariés, CA 2022 : 38 M€) développe son activité autour des métiers de la cartographie, de la topographie, de la détection des réseaux et de la gestion de données patrimoniales. Il accompagne les concessionnaires de réseaux, les collectivités territoriales, les gestionnaires de parc immobilier ainsi que le secteur privé, sur l’ensemble de la chaîne de valeurs (maintenance, installation, assistance à maîtrise d’œuvre et édition d’un logiciel de système d’information géographique, Visit Anywhere). Parmi ses clients figurent Enedis, Orange, GRTGaz, GRDF, RTE, Veolia, Suez, Total, SNCF, Tisséo, Action Logement, Lille Métropole Habitat, AP-HP, Galeries Lafayette, RATP, la Ville de Paris ou encore Toulouse Métropole. Le 20 février, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gabriel Attal se trouvait au siège du groupe, à L’Isle-Jourdain (Gers), pour remettre la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mérite à son président Jacques Cettolo et pour saluer le partage de la valeur pratiqué au sein du groupe. “Nous avons distribué en janvier une enveloppe de 80 000 euros de prime de partage de la valeur (PPV) à ceux de nos salariés qui ont les salaires les plus bas, jusqu’à 2 500 euros”, précise Jacques Cettolo, qui a décuplé les métriques de l’entreprise depuis sa prise de fonction en 2004 (80 salariés et CA de 4 M€ à l’époque).

Participation et intéressement

Ce n’est pas tout. Le dirigeant indique avoir aussi revalorisé les salaires de 2,5 %. “C’est moins que le taux de l’inflation, assume-t-il. Mais j’estime antiéconomique d’indexer l’augmentation des salaires sur l’inflation si on n’est pas capable de la répercuter sur nos clients. Nous avons en revanche aidé nos salariés d’une façon différente en versant 350 000 euros en participation et 250 000 euros en intéressement.” Le groupe Parera a par ailleurs augmenté sa part employeur de 50 % à 60 % sur les tickets-restaurants. “À partir de cette année, nous distribuons aussi des primes de résultat, décidées sur la base de points d’étape trimestriels”, poursuit le chef d’entreprise. “Je ne suis pas né patron avec une cuillère d’argent dans la bouche, rappelle-t-il. Je suis fils de petit paysan et j’ai gravi les échelons. Je n’oublie pas d’où je viens. Quand une entreprise gagne de l’argent, c’est grâce à ses salariés. Nous essayons de partager la valeur du mieux que nous pouvons.” Fort de 5 agences en France métropolitaine et de 6 agences à l’international et DOM-TOM (Réunion, Madagascar, Martinique, Guadeloupe, Guyane, Côte d’Ivoire), Parera a acquis au mois de mars, auprès du groupe avignonnais Fondasol, la société rhodanienne Ecartip (46 salariés, CA 2022 : 4 M€) qui accompagne les acteurs de l’aménagement du territoire dans leurs projets de grandes infrastructures linéaires routières, ferroviaires et aériennes. En 2023, le groupe recrute 80 personnes et projette d’atteindre un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros.

Gers # Ingénierie # Services # Social # International # Ressources humaines