Le fabricant d’emballages alimentaires Filpack réorganise son actionnariat
# Industrie # Capital

Le fabricant d’emballages alimentaires Filpack réorganise son actionnariat

S'abonner

Le groupe français Filpack, spécialisé dans la fabrication d'emballages pour l'agroalimentaire, réorganise son actionnariat avec la sortie du fonds NCI. Avec désormais Unexo comme seul actionnaire minoritaire à ses côtés, le dirigeant Philippe Godderis a pour objectif de poursuivre sa trajectoire de croissance et de s’adapter à la nouvelle loi antigaspillage.

Filpack est présent partout en France avec 27 sites dont Filpack Sud, à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) — Photo : DR

Nouvelle étape pour le groupe français spécialiste de l’emballage Filpack. Déjà actionnaire majoritaire à 85 % depuis 2018, la famille Godderis monte encore au capital en profitant de la sortie du fonds régional (Normandie-Île-de-France) NCI. Désormais, la famille détient près de 95 % du capital au côté d'Unexo, fonds d’investissement du groupe Crédit Agricole. Le montant de ce LBO secondaire n’a pas été révélé. Pour l'opération, le pool bancaire est composé du Crédit Agricole (CRCAM du Finistère, CRCAM Nord Midi-Pyrénées), le CIC Paris et la Banque Populaire du Nord. 

Se développer dans le Grand Ouest

Dirigé par Philippe Godderis, le groupe Filpack, qui détient également l’Univers de l’Emballage, est un spécialiste de la distribution de produits et de systèmes de conditionnement pour les fruits et légumes frais et l'agroalimentaire. Il affiche plus de 145 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2021 (contre 126 M€ en 2017) et emploie 343 salariés sur 27 sites. Filpack, qui a son siège en région parisienne, maille aujourd'hui principalement le sud de la France avec des sites en Nouvelle-Aquitaine (2), en Occitanie (5), PACA (6), Auvergne-Rhône-Alpes (3), mais est également présent plus au nord comme à Cléder (Finistère), Saint-Sylvain-d'Anjou (Maine-et-Loire), Hazebrouck (Nord), Rouen (Seine-Maritime), Thaon-les-Vosges (Vosges) ou encore Wihr-au-Val (Haut-Rhin). Le renforcement de son maillage territorial constitue un axe majeur de développement organique. "Nous souhaitons nous renforcer surtout dans le Grand Ouest et en région parisienne", explique Philippe Godderis.

Filpack envisage aussi un développement par croissance externe pour répondre aux enjeux de l’économie circulaire, incitant à renouveler les gammes de produits alternatives au plastique à usage unique. "Notre principale activité est l’emballage pour les fruits et légumes, avec aussi de l’ingénierie en matière de conditionnement, de l’étiquetage. Nous travaillons aussi pour l’agroalimentaire", détaille le dirigeant.

Filpack s’est diversifié au fil des années vers la protection des cultures et des emballages destinés à l’industrie et possède également une branche e-commerce s’adressant au grand public. "Nous sommes déjà très diversifiés mais cela ne veut pas dire que nous allons nous arrêter là", prévient Philippe Godderis.

S’adapter à la loi Agec

Le groupe fait face aux changements engendrés par la loi Agec (Antigaspillage pour une économie circulaire) de février 2020. "Nous avons notamment désormais un site qui fabrique des barquettes en carton car nous en faisions auparavant en plastique, indique le directeur général. La restructuration capitalistique va permettre au groupe de développer ses activités et de relever le défi de la loi antigaspillage." Filpack investit par ailleurs à Beausemblant, dans la Drôme, dans un nouveau site de 3 000 m² qui sera opérationnel en septembre.

# Industrie # Banque # Agroalimentaire # Distribution # Capital
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise FILPACK