Nantes
La DIAN s’engage en faveur de la décarbonation des mobilités
Nantes # Transport # RSE

La DIAN s’engage en faveur de la décarbonation des mobilités

Intervenant dans la distribution, la réparation et la location de véhicules industriels, la DIAN se positionne en acteur de la décarbonation des mobilités et, plus particulièrement, du transport routier.

Eric Chopot, Adeline Boué, Anne Samson et Sandra Beziau de la DIAN, investis dans la décarbonation des mobilités — Photo : DIAN

Implantée à Nantes, la DIAN (Distribution Industrielle Automobile Nantaise) est l’un des principaux distributeurs de camions Scania en France. Filiale du groupe BLV Trucks, elle emploie 155 salariés sur huit sites dans l’Ouest pour un chiffre d’affaires d’environ 80 millions d’euros. La réalisation d’un premier bilan carbone en 2020 et l’analyse plus globale du transport routier ont constitué un déclic pour engager toute l’entreprise, dans une démarche collective, en faveur de la décarbonation des mobilités, à la fois en interne et au sein de son écosystème.

Un référent technique aux énergies alternatives

"Soumis à des réglementations de plus en plus contraignantes, nos clients accélèrent leur recherche de solutions alternatives au diesel. Pour les aider à se faire une opinion, nous avons réalisé un énorme travail de documentation retranscrit dans 150 pages. Nous nous positionnons ainsi comme contributeur à la transition du transport routier sur notre territoire, en nous appuyant sur un contenu objectif, plutôt que sur des effets de communication", indique Éric Chopot, dirigeant associé. Cet investissement s’est traduit, en 2020, par la création d’un poste de référent technique avant-vente aux énergies alternatives pour accompagner les transporteurs et les collectivités dans leur réflexion et la mise en œuvre de la transition énergétique dans leurs activités. Il s’est également matérialisé dans un jeu de cartes, distribué lors du Forum de la transition énergétique organisé par la DIAN à Nantes en 2021, qui présente de façon pédagogique les solutions alternatives au diesel, leurs avantages et inconvénients, de la production à la distribution et aux usages. Ce travail a également alimenté la refonte du site internet, qui inclut un calculateur d’impact CO2 du transport de marchandises, développé conjointement par la DIAN et la société nantaise Toovalu. "Cette démarche nous amène à former nos équipes à de nouvelles compétences et à raisonner en termes d’écosystème. Apporter du contenu contribue, par ailleurs, à instaurer avec nos prospects et clients une relation de confiance, positive pour le business", commente le dirigeant.

Télétravail et horaires décalés

Parallèlement, des actions ont été déployées en interne pour réduire les émissions de CO2. "Le bilan carbone que nous avons réalisé a mis en évidence que 80 % des émissions de gaz à effet de serre étaient liées à notre activité, dont les achats de pièces. Comme il est difficile d’agir sur ce dernier point, nous nous sommes concentrés sur les déplacements", explique Adeline Boué, responsable RSE à la DIAN. Au préalable, le profil mobilité des salariés a été établi par Anne Samson, chargée RH. Par la suite, une charte de télétravail a été formalisée pour les salariés éligibles, les visioconférences développées pour les réunions intersites et une tolérance de 30 minutes autorisée par rapport aux horaires collectifs. Des référents RSE ont également été nommés sur chaque site pour faire remonter les idées d’action dans une logique participative. Enfin, Sandra Beziau, chargée de communication, implique régulièrement les salariés dans différents défis visant à faire découvrir les modes de transport alternatifs à la voiture individuelle.

Nantes # Transport # Services # RSE