La création d’agences spécialisées participe à la résilience de la Banque Populaire Méditerranée en 2023
# Banque # Conjoncture

La création d’agences spécialisées participe à la résilience de la Banque Populaire Méditerranée en 2023

S'abonner

Dans un contexte de tensions géopolitiques fortes et d’inflation toujours élevée, la direction de la Banque Populaire Méditerranée se félicite d’avoir réalisé un produit net bancaire supérieur à 400 millions d’euros. Cette "résilience" est notamment le résultat d’une politique d’investissement axée sur le développement de ses expertises pour coller au plus près du tissu économique du territoire.

Philippe Dumas, directeur adjoint, Sabine Calba, directrice générale, Philippe Henri, président et Vincent Thirion, directeur adjoint de la Banque Populaire Méditerranée — Photo : Hélène Lascols

Avec un produit net bancaire supérieur à 400 millions d’euros (401,8 M€), la Banque Populaire Méditerranée "a confirmé son dynamisme et sa solidité, dans un environnement toujours plus complexe", selon les mots de son président Philippe Henri. Elle a aussi tenu la promesse affichée en 2016, lors de la fusion des Banques Populaires Côte d’Azur, Provençale et Corse et de la Banque Chaix.

Maintenir le cap

Il s’agissait non seulement "d’offrir une belle taille critique à cette nouvelle banque mais aussi d’atteindre, puis maintenir le seuil des 400 millions d’euros de produit net bancaire", rappelle Sabine Calba, la directrice générale. Le seuil a été atteint dès 2022, "une année historique" avec 415 millions d’euros et a donc été confirmé l’année passée. La fusion avait un deuxième objectif chiffré : dépasser les 60 millions d’euros de résultat. Là aussi, il est dépassé depuis deux ans avec 68,2 millions d’euros en 2022, puis 64,6 millions d’euros en 2023.

Accompagner ses 520 000 clients

Pour Sabine Calba, ces chiffres traduisent "le dynamisme de notre activité commerciale et démontrent notre rôle incontournable au service de l’économie de notre territoire, avec 2,4 milliards d’euros de financements accordés." Et, même si la Banque Populaire Méditerranée a enregistré une chute de 50 % du nombre de prêts immobiliers accordés, "cette baisse a libéré du temps pour accompagner les clients sur d’autres projets", souligne la dirigeante. Et ainsi donner corps à un axe stratégique de la banque : 113 000 entretiens ont pu être réalisés en 2023, en augmentation de 20 %, avec les 63 000 clients professionnels de la banque.

Développer des agences spécialisées

Puis, un projet interne porte ses fruits : développer l’expertise, dont les clients ont de plus en plus besoin. "Nous veillons à représenter l’ensemble des territoires (neuf départements couverts : Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Drôme, Hérault, Gard, deux départements corses et Monaco) et des secteurs d’activité et avons créé cinq agences spécialisées", explique Sabine Calba. Pour accompagner les acteurs de la santé, les professionnels de l’agriculture et de la viticulture, les clients étrangers qui investissent sur le territoire, pour soutenir les entreprises en procédure judiciaire, pour offrir enfin tous ses services à distance. Ces équipes dédiées ont fait leur preuve.

Ils sont huit et bientôt douze au sein de l’agence Agri-Viti et gèrent aujourd’hui 2 000 clients avec un objectif de développer cette clientèle. Ils sont trois au sein de l’agence "Accompagnement" qui soutient les entreprises en procédure judiciaire. D’autres pourraient voir le jour "pour suivre nos jeunes à l’international, ou accompagner les militaires." Ces agences doivent permettre à la Banque Populaire Méditerranée de se développer sur ces marchés qui demandent une expertise particulière. Il s’agit aussi pour les 2 130 collaborateurs de mettre en œuvre une "approche globale" avec leurs clients.

Corse Var Bouches-du-Rhône Alpes-Maritimes Hérault Gard Drôme Vaucluse # Banque # Conjoncture
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise BANQUE POPULAIRE MEDITERRANEE